Archives par étiquette : littérature

Séminaire « Genèse et autobiographie », ITEM (ENS-CNRS)

Séminaire « Genèse et autobiographie », sous la direction de Catherine Viollet.

Pierre-Louis Pierson, La Comtesse de Castiglione en marquise, 1860s.

Dates du séminaire 2013-2014. Les samedis : 12 octobre, 23 novembre,14 décembre 2013 ; 18 janvier 2014, 08 février, 15 mars, 05 avril, 31 mai 2014.

Les séances ont lieu de 10h à 13h, à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Beckett.

Continuer la lecture

La Ville-de-Montereau

Anonyme, La Ville-de-Montereau, 1837, Musée Carnavalet.

L’Éducation sentimentale s’ouvre sur une scène d’embarquement à bord d’un bateau à aubes ; Frédéric Moreau part rejoindre sa mère à Nogent-sur-Seine. La Ville-de-Montereau est le premier nom propre de l’incipit. Longtemps pensée comme une invention de l’écrivain, cette appellation désigne une embarcation qui fut réellement en activité en 1840, comme en atteste une image récemment intégrée au champ des études flaubertiennes. En quoi cette représentation peut-elle enrichir notre compréhension de ce « lieu stratégique » ? L’étude iconographique sera mise en regard du contexte historique et de l’analyse génétique.

Article disponible ici : Flaubert, revue critique et génétique

« La Beauté du mot juste chez Flaubert » : C.R. Anne Herschberg Pierrot (éd.), Flaubert, Ethique et esthétique.

« Dans la précision des assemblages, la rareté des éléments, le pli de la surface, l’harmonie de l’ensemble, n’y a‑t‑il pas une Vertu intrinsèque, une espèce de force divine, quelque chose d’éternel — comme un principe ? (je parle en platonicien). »
Gustave Flaubert, Lettre à George Sand, 3 avril 1876, cité par Anne Herschberg Pierrot, p. 8.

Dès les prémisses de sa carrière, Flaubert a un plan : faire imploser les partis pris de la bienséance bourgeoise, voire saper leur « Morale ». Ce terme fait déjà irruption dans ses œuvres de jeunesse. Sa première farce tragique Un parfum à sentir (1er avril 1836) s’accompagne d’un second titre : « Maintenant de peur que la très Sainte Église catholique, apostolique et romaine, ne lance contre moi ses foudres à cause de mon titre cocasse, Conte philosophique immoral, moral (ad libitum), je me justifierai quand on m’aura fait la définition de ce qui est moral d’avec ce qui ne l’est pas. » En 1857, Flaubert use à nouveau d’une stratégie similaire, agrémentant son premier roman d’un sous‑titre évocateur : « Madame Bovary, Mœurs de province. » L’écrivain a beau crypter ses constats, il est en proie à la censure. Son procès retentissant sera mis en parallèle avec celui de Baudelaire. Si plusieurs études critiques avaient déjà mis en relation l’Éthique, la théologie et l’écriture flaubertienne, les nouvelles associations avec l’esthétique proposées par Anne Herschberg Pierrot, procèdent d’une réelle originalité. Les contributions précises de cet ouvrage collectif parviennent à dépasser le strict champ de l’arétologie pour examiner les modalités d’émergence de la morale et saisir la genèse de leurs représentations en littérature. […]

Note de lecture disponible dans son intégralité sur Fabula.

Peter Schnyder, Frédérique Toudoire-Surlapierre (dir.), Ne pas dire – Pour une étude du non-dit dans la littérature et la culture européennes, Classiques Garnier.

« Le non-dit est à la littérature ce que le silence est à la musique. À travers ses degrés de densité expressive, il peut exprimer l’inavouable et l’indicible. Du mutisme au geste qui signifie, la communication non verbale offre un vaste champ d’expérimentation des textes et des œuvres d’art. »

Table des matières.

Peter Schnyder et Frédérique Toudoire-Surlapierre

Avant-propos  …………………………………  7

Frédérique Toudoire-Surlapierre et Peter Schnyder

Les dits du non-dit  …………………………….. 11

Première partie : Écritures du silence

Serge Bourjea

Ne rien en dire : les silences de Valéry  ………………… 31

Marc Courtieu

Parler du non-dit? quand les écrivains partent à «la conquête du silence» (Joë Bousquet)  ………… 53

Nicholas Manning

Rhétorique du silence. Le non-dit comme forme d’argumentation dans la poésie moderne  ………………. 67

Sébastian Thiltges

Du motif au thème. La description du silence et l’expression de l’indicible dans le roman zolien  ………… 83

Élise Montel-Hurlin

Se taire – ne pas dire – mais écrire : le silence d’erri De Luca comme tension  ………………. 97

Mathieu Jung

Raymond Roussel / Michel Foucault : Quelques silences autour de «quelques étés»  …………… 109

Ariane Lüthi

Les silences de Georges Perros  …………………….. 123

Deuxième partie : Des secrets aux aveux

Ingrid Molard-Riocreux

Négations, silences et espaces blancs. Une heuristique du non-dit dans les Pensées de Pascal et les Maximes de La Rochefoucauld

Roger Kempf

Voies et voix du secret  …………………………. 163

Julie Dekens

Eurydice, celle qui ne dit mot…  …………………… 171

Luc Fraisse

« Enfin je trouve un lecteur qui devine». Ce que ne dira pas le romancier de La Recherche …………. 185

Caroline Casseville

La notion du non-dit dans l’œuvre de François Mauriac  ……. 209

Dorottya Szávai

Du non-dit à l’indicible. János Pilinszky face à Rilke et Celan  ………………… 221

Cécile Meynard

Se délester de l’indicible. Le Voile noir, Je vous écris…, et Les Chats de hasard d’Anny Duperey  ……………….235

Troisième partie : Censures et transgressions

Sylvain Trousselard

Les enjeux du portrait chez Rustico Filippi : annonces et dénonciations  ……………………….. 255

Magalie Wagner

« ouïr» et «jouir». Plaisir des corps et des mots à travers une lecture de l’implicite dans Délie de Maurice Scève  …….. 271

Pierre Jamet

Invisible en plein jour. Aperçus de l’ironie shakespearienne  …. 285

Marjorie Rousseau

Le non-dit et la religion orthodoxe chez Dostoïevski  ……… 301

Max Kramer

Le non-dit queer dans la poésie moderne  ……………… 311

Tania Collani

Ne pas dire et en dire trop : la (pseudo-)censure de la Technique du coup d’État de Curzio Malaparte  ……….. 325

Justine Legrand

Du non-dit à la synonymie des antonymes dans l’œuvre d’André Gide  ………………………. 341

Craig Hamilton et Peter Crisp

L’allégorie implicite dans Les Mouches de Sartre  …………. 353

Peter André Bloch

Le «mutisme» alsacien comme moteur de créativité  ……… 369

Quatrième partie : Scénographies du non-dit

Muriel Berthou Crestey

Le silence iconographique : une réserve d’images  ………… 395

Sophia Dachraoui

Écriture des œuvres d’art de Pompéi : du ne pas dire à l’au-delà du dire ……………………. 411

Till R. Kuhnle

«… ce silence inhumain» qui s’impose. Réflexions sur les didascalies chez Racine, Schiller, Horváth et Beckett

Michel Arouimi

L’«inarticulé parlé par l’indéfini» : la grande énigme de L’Homme qui rit ………………… 449

Tatiana Musinova

Dimension du non-dit dans Voyage au bout de la nuit ……… 461

Anna Maziarczyk

Fiction et dissimulation. Le cas de Jean Echenoz  ………… 475

Vincenzo Borlizzi

Répétition, absence, allusion, ambiguïté. L’Année dernière à Marienbad entre Resnais et Robbe-Grillet  …. 487

Index  …………………………………….. 505

Colloque « Photolittérature, littératie visuelle et nouvelles textualités », 26-27. 10, NYU, Paris

Colloque international

NYU Paris,  Université Rennes2, Université du Québec à Montréal

Photolittérature, littérature visuelle et nouvelles textualités

« La photolittérature réfère à des productions imprimées dans lesquelles ont été insérées des photographies, le plus souvent à titre d’illustrations, au sein d’œuvres ayant un statut littéraire ou vocation à être perçues ou reconnues comme telles. Par extension, le mot désigne aussi l’ensemble des productions éditoriales dans lesquelles l’image photographique joue un rôle structurant. Ce colloque a pour ambition de contribuer à une réflexion sur l’histoire passée et la mutation contemporaine des littératures, du livre, de la photographie et plus largement des formes de textualités. »

ContactPhlit.org@gmail.com

Direction : Paul Edwards (NYUF, CHCSC, UVSQ) Vincent Lavoie (Uqàm) Jean-Pierre Montier (université rennes 2 )

Renseignements: Université NYU Paris

56 rue de Passy
75016 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 92 50 80
Métro : Métro Passy ou La Muette Code rue B9821
Bâtiment de la deuxième cour

VENDREDI 26 OCTOBRE 2012

9h > session 1, plénière, salle 6
« Inventions photolittéraires » introduction par Paul Edwards

Catherine Clot (nYu) : « Le valois de Gérard de Nerval illustré par Germaine Krull »

Carla Manfredi (Queen’s university, Kingston, Canada) : « Fantasmagories du Pacifique: la photofiction de Robert Louis Stevenson »

Shaba kowsar (doctorante, uvsQ, ChCsC) : « Une séance de pose d’Henry Monnier en 1860 »

Xavier Fontaine (doctorant, Princeton, new Jersey) : « La photographie non-identifiée de Bruges-la-Morte »

14h > session 2, salle 11
« Fictionnalisations photolittéraires »

Emna Beltaïef (université de la Manouba, tunis) : « Paris tendresse, Brassaï & Modiano, de la photographie à l’écriture »

Côme Martin (doctorant, Paris iv) : « Usage thématique de la photographie dans extremely Loud & incredibly Close de Jonathan Safran Foer »

Catherine Poisson (Wesleyan university, Connecticut) :
« Textures : Le petit Chaperon rouge revu et supplanté par Sarah Moon ? »

Chantal Bizzini (Chercheuse indépendante, Paris) : « illuminations de Sebald »

14h > session 3, salle 6
« Littératies plasticiennes »

Ji-Yoon Han (doctorante, université de Montréal) : « La Poupée de Bellmer : variations éditoriales sur le montage d’une série photographique »

Jérôme Dutel (université Jean Monnet, saint-etienne, CeLeC) : « Les horizons incertains (2010) de Martine Aballea »

Danièle Méaux (université Jean Monnet, saint-etienne, CiereC)) : « Quand les artistes viennent questionner le dispositif photolittéraire »

Márcia arbex (université de Minas Geraïs, Belo horizonte, Brésil) : « Les récits-images de Jean Le Gac et de Michel Butor »

17h30 > Conférence de clôture, salle 6 suzanne Doppelt, écrivain

___________________________________________

SAMEDI  27  OCTOBRE 2012

9h > session 4, salle 6
« Intermédialités et visualités du livre »

Céline Cadaureille (docteure, Membre associée LLa-Créatis, toulouse) : « Les scripts secrets des fantasmes sur papier glacé »

Andrea oberhuber (université de Montréal) : « Par-delà l’illustration : projets photolittéraires et modes de lecture du livre-objet dans les années trente »

Gyöngyi Pal (docteure, universités rennes 2 et szeged, hongrie) : « Tendances et spécificités de la photolittérature hongroise »

Gersende Camenen(université de tours) : «Les étranges textes-images de Mario Bellatin»

9h > session 5, salle 11
« Mutations photolittéraires »

Dalhia El seguiny (université du Caire, égypte) : « Du visuel dans le scriptural : la photo dans l’autobiographie moderne »

Muriel Berthou Crestey (docteure, membre associée ITEM/CNRS) : « Rhétorique du référent invisible »

Anahí Alejandra Ré (université de Cordoba, argentine) : « De la “dés-adressibilité” à la naissance d’un nouveau langage : agrippa (1992) de Gibson »

Arcana Albright (albright College, Grande-Bretagne) : « Textualité sans frontière : Livre /Louvre de Jean-Philippe Toussaint »

14h > session 6 , plénière, salle 6
« Nouvelles textualités de l’image » introduction par Vincent Lavoie

Servanne Monjour (doctorante, rennes 2, Cellam) : « Penser les virtualités de la photographie en dehors du numérique : retour imaginaire d’Atiq Rahimi »

Érika wicky (Post-doctorante, uqàm, Figura) : « Transparence et aura : la reproduction de tableaux au XXIe siècle ».

Anne Reverseau (Post-doctorante, K.u. Louvain, Belgique) : « Les cartes postales du désordre : des nouvelles du continent numérique »

Anne-Cécile Guilbart (université de Poitiers, ForeLL) : « Photolittérature argentique des années 1980, le chant du cygne ? »

17h30 > Conférence de clôture, salle 6

Bertrand Gervais (uqàm, Figura) : « Une figure suspendue. Reprise et dédoublement de the Falling Man dans les fictions du 11 septembre 2001. »

Parution : « l’Esprit des lieux » (dir. G. Peylet / M. Prat), Eidôlon n°99, Presses Universitaires de Bordeaux

Les communications présentées lors du colloque éponyme ainsi que d’autres textes délimitent – en pointillé – le territoire heuristique de « l’Esprit des lieux ».

Détail des contributions :

Première partie : Pour une définition de l’esprit des lieux

Alain Milon : L’esprit des lieux et le temps du lien

Christophe Perez : L’esprit des lieux et la vision du cœur

Paul Carmignani : Echos et visions de l’esprit des lieux dans la culture américaine

Michel Prat : Le mythe de l’esprit des lieux dans Il Gattopardo de Giuseppe Tomasi di Lempedusa et The Alexandria Quartet de Lawrence Durrell

Yolande de Pontfarcy : Aux sources de l’esprit des lieux dans l’ancienne Irlande

Elizabeth Magne : Image, paysage et voyage

Elena Daniela Grigorescu : Musique et représentation romanesque de la métamorphose spatiale

Hélène Jacomard : Le génie du lieu « Australie » d’après Michel Butor

J-M. Rietsch : La Genève de Nicolas Bouvier, écrivain-voyageur (1929-1998)

Françoise Daspet : L’imaginaire de la vie à la campagne dans les élégies de Tibulle

Alain-Philippe Durand : Kiosques à journaux, salons de coiffure et fromageries chez Georges Amado

Mirella Witek : La musique dans les Lettres d’un voyageur de George Sand

Lydie Pearl : Chagall : La lettre et l’esprit du lieu

Deuxième partie : Ces lieux où souffle un esprit

Daniel-Henri Pageaux : Azorin entre levant et Castille ou les chemins de l’écriture

Lise Sabourin : Les lieux de l’esprit créateur au XIXème siècle

Raffaella Cavalieri : Quand l’esprit des lieux renouvelle le paysage et le voyage

Christiane Muratelle : L’Amazonie ou l’utopie contrariée

Marc Arino : La légende de Kalla ou l’esprit des lieux dans Sortilèges créoles. Eudora ou l’île enchantée de Marguerite-Hélène Mahé.

Robert Varga : La Hara et ses transformations. Images d’un quartier d’antan dans l’œuvre d’Albert Memmi.

Agnès Lhermitte : Le mal est au château : un thème décadent

Yves Clavaron : L’esprit des lieux comme enjeu colonial

Françoise Genevray : Bombay, entre imagerie exotique et mythe romanesque

Géraldine Puccini-Delbey : La Thessalie, terre de fascination dans Les Métamorphoses d’Apulée

Renée-Paule Debaisieux : Le mythe de l’esprit antique en Grèce dans la littérature néo-hellénique du début du XXème siècle : ses modalités, sa finalité

Antony Soron : Lieu dit et lieu du silence : lecture de La maison du retour

Elisabeth Vauthier : Djeddah, espace du mythe et de la tragédi dans Aride Paradis de Laylâ al-Juhanî

Bernard Urbani : Le mythe de Ferrare dans Le roman de Ferrare de Giorgio Bassani

Léonor Graser : La Cité de banlieue, au cœur de l’intrigue

Andrée Mansau : Buenos Aires vue par Julio Cortazar. Quand la marquise sort à cinq heures

Régine Atzenhoffer : Lieux clos et lieux ouverts dans l’œuvre de H. Courths-Mahler (1867-1950) : empreintes de modes de vie, de codes et de valeurs

Patrice Cambronne : L’autel de la Victoire, un lieu de Résistance dans la Rome du IVème siècle.

Troisième partie : L’esprit des lieux mis en question

Alain Mons : La trouée des lieux contemporains : mutations, perceptions, corps

Peter Kuon : La plaine du Pô : lieu et non-lieu dans l’œuvre de Gianni Celati

Sylvie Castets : L’œuvre habitée / habiter l’œuvre

Valérie de Daran : Les lieux dans les épopées poétiques de Peter Handke, La perte de l’image et La nuit sur la Morava

Sophie Limare : Génies du non-lieu

Martine Bovo-Romoeuf : L’esprit des lieux dans L’Ange d’Avrigue

Delphine Bahuet-Gaschet : Entre mythe et modernité : le Milan de Dino Buzzati

Yves-Michel Ergal : Des lieux et des hommes

Odile Gannier : « …Aux Marquises » : chorographie picturale des artistes voyageurs

Thorsten Schüller : Lieu lointain ou lieu commun ? L’image de l’Afrique dans les avant-gardes européennes

Laura Eugenia Tudoras : Lieux d’esprit féminin : la ville de l’évocation et de l’imaginaire dans Pourquoi nous aimons les femmes

Jean-Guy Cintas : Quel esprit pour le Manoir d’Ango ?

Muriel Berthou Crestey : L’esprit des lieux dans les photographies d’Edouard Levé

Olivier Belin : Une mémoire errante : la Tahiti de Victor Segalen

Ana Lavrador et A. Tavares : La représentation de la vigne : de symbole à spectacle

Valérie Mréjen, Association d’idées

Plasticienne et écrivain, Valérie Mréjen traque l’éloquence de fragments autobiographiques. Ses premiers livres et vidéos (1997-) utilisaient déjà le langage comme un matériau. Questionnant les modes de restitution des souvenirs, son dernier livre Forêt Noire (P.O.L.) met en scène une rencontre avec l’impossible. Compte-rendu de notre entretien du vendredi 13 avril 2012.

-Il y a une dimension très littéraire dans vos œuvres plastiques et inversement, une dimension plastique dans vos œuvres littéraires. Forêt noire génère beaucoup d’images dans l’esprit du lecteur. Comment abordez-vous ce va-et-vient entre les médiums et les formes d’expression ?

Valérie Mréjen. En fait, c’est quelque chose qui se fait sans même que je ne m’en rende compte. Dans mon travail, j’ai tellement l’habitude de mêler les rapports à l’image et au texte et d’essayer d’aller vers l’un ou vers l’autre en fonction des moments qu’il y a une sorte d’interpénétration permanente. Le livre fait explicitement référence à des films dont les images sont restées très présentes à mon esprit. Ils interviennent à titre de souvenirs et les séquences filmiques s’intègrent de la même façon que des évènements vécus. Inversement, mes films ont une dimension très littéraire puisque mes premières vidéos partaient déjà de textes et de dialogues et d’expressions particulières, de mots qui me faisaient ensuite aller vers des comédiens apprenant le texte « à la virgule près ». L’écriture a toujours été un préalable, un socle.  Progressivement, je suis allée vers des choses plus improvisées.

-Avez-vous une procédure de travail qui vous soit propre ?

V. M. Ma procédure de travail a changé depuis mes premières vidéos tournées avec beaucoup de rigueur en plan fixe parce que les projets documentaires ont transformé mon regard. J’étais obligé de saisir les choses telles qu’elles se présentaient sans avoir de maîtrise sur elles, notamment dans le projet sur un hôpital psychiatrique à Marseille. Là cela m’échappait complètement. Des patients faisaient irruption pendant qu’on filmait. Cela m’a progressivement amenée à laisser venir la spontanéité et à l’utiliser en tant que telle.

-J’ai l’impression que c’est un livre dédié au processus de la mémoire en lui-même plutôt qu’à une personne en particulier.

V. M. C’est vrai. L’idée de ce livre m’est d’ailleurs venue de la prise de conscience de ces histoires de morts. Dans nos mémoires, beaucoup d’histoires se déposent, s’accumulent au fil du temps et parfois, de manière totalement aléatoire, une fiche ressort plus qu’une autre par associations d’idées sans doute. Comment vit-on avec les histoires entendues ? Certaines m’ont été racontées sur un coin de table et m’ont marquées au même titre que d’autres auxquelles j’ai été confrontée directement. L’histoire de la promenade avec le fantôme est venue dans un second temps. Mais la première idée consistait à faire un recensement d’histoires avec lesquelles on vit.

-Est-ce que Forêt noire répond à une logique onirique ?

V. M. Pas forcément. Ces histoires sont bien réelles, cruellement vraies. La partie avec le fantôme conduit par contre à un fantasme de retrouvailles. Cette partie va plus vers le roman que mes livres précédents, qui étaient faits de chapitres très courts, factuels.

-Comment vous est venue cette forme de montage déstructuré ?

V. M. Cela me vient de façon assez aléatoire. Je n’avais aucun plan. Les phrases en elles-mêmes créent une logique dans leur enchaînement. Lorsque je finis un chapitre, le suivant est guidé par une association d’idée, le fait qu’un mot précédent embraye sur autre chose.

-La narratrice est désignée à différents âges de sa vie avec la troisième et la première personne du singulier. Est-ce pour dire qu’il y a plusieurs vies en une seule ?

V. M. Je me suis posée beaucoup de questions à ce sujet. Dans les livres précédents, j’utilisais la première personne du singulier assez naturellement. En revanche ici, comme je convoque des souvenirs plus anciens et plus difficiles pour moi à raconter, il y avait cette idée d’un recul. Quand je parle de la petite fille de 7 ans, cela me paraissait évident que ce n’était plus moi parce que c’est tellement loin. C’était aussi pour ne pas ramener ces histoires au « je », car, en réalité, c’est un collectif. Ces faits ne m’appartiennent pas.

-Est-ce une manière de dire l’indicible ?

V. M. Enfant, j’étais souvent confrontée à un tabou dans ma famille par rapport aux histoires de morts. On évitait d’en parler, d’où l’importance de m’y confronter plus tard. J’ai eu besoin de l’aborder comme un sujet de façon frontale.

-Avez-vous réfléchi à la position du lecteur ?

V. M. La question se pose tout le temps surtout lorsqu’il y a une dimension autobiographique. Et justement, par rapport à cette idée de distance des personnages, au fait qu’ils ne soient pratiquement jamais nommés (sauf une fois mais c’est un surnom) permet une ouverture.

-Cependant, vous employez souvent des pronoms démonstratifs, par exemple en écrivant, « cet homme… » dès l’incipit.

V. M. C’est vrai que je n’aurais pas écrit « un homme ». C’est important de montrer qu’il a vraiment existé, que je ne l’ai pas inventé. En même temps, ce livre est une forme d’hommage à certaines personnes et les gens peuvent quand même les reconnaître derrière la description. C’est un dosage d’éléments.

-Parfois la lecture donne l’idée d’une voix off racontant les évènements.

V. M. C’est drôle parce que justement, il y a quelques mois, j’avais eu l’idée de faire une vidéo dans le cadre d’une commande faite par la Poste. J’avais imaginé comme synopsis une promenade dans Paris aujourd’hui avec une voix off narrant la façon dont un revenant percevrait tout ce qui a changé. Le livre est un peu parti de ce projet.

-Avez-vous des influences précises ?

V. M. Il y a une phrase dans le Journal de 1918 de Mireille Havet qui m’a vraiment donné l’impulsion de la structure du livre, où elle se compare à une crypte. Tout d’un coup, j’ai vu une espèce de coupe transversale en me représentant les vivants à la surface de la terre et les morts, sous nos pieds, qui occupent des espaces sous la terre. J’ai aussi pensé à Univers Univers de Régis Jauffret où il y avait cette idée d’une déclinaison tentaculaire qui fait que les vies se font, se défont, comme si c’était un programme informatique avec des possibilités infinies. J’ai pensé aussi à la série Six Feet Under où je trouve qu’il y a chaque fois un exercice scénaristique très prenant et inventif.

-Vous souvenez-vous de votre première émotion artistique ?

V. M. Oui, je devais être adolescente. Mes parents n’étaient pas très cinéphiles. On allait voir des farces grand public avec L. De Funès, sur les Champs-Élysées et j’étais partie en week-end avec une amie et son père qui nous avait emmené voir, au Quartier latin, Jeune et innocent d’Hitchcock. C’était la première fois que j’allais voir un film de ce style au cinéma et j’ai vraiment senti que c’était très important.

-Mettez-vous longtemps à réaliser vos projets ?

V. M. Pas nécessairement. J’ai mis un an à écrire Forêt noire, en travaillant simultanément à différents projets. En fait, j’ai commencé en résidence en Japon, à Kyoto. Pour débuter un livre, j’ai besoin d’être loin de mon contexte quotidien. Une fois que c’est commencé, après, je peux revenir à Paris et terminer. Mais c’est bien d’être un peu ailleurs.

-Tous les états d’âme sont-ils propices à la création ?

V. M. Les moments où l’on se met à travailler sont ceux où l’idée commence à germer depuis très longtemps et où l’on sent qu’à l’épreuve de la durée elle est toujours là, donc il faut la saisir. Il m’arrive d’avoir des idées de textes ou des scénarios que parfois je laisse tomber, mais plus tard, si cela revient, j’essais de trouver la forme. Pour moi, c’est plus lié à des étapes et à une maturité du projet ou de l’idée. Il arrive un moment où cela devient nécessaire. Le seul moyen de se débarrasser de l’obsession, c’est de la travailler.

-Sur quels projets travaillez-vous actuellement ?

V. M. Je travaille sur un nouveau scénario de long-métrage toujours avec Bertrand Schefer, ainsi qu’un projet pour la galerie des enfants de Beaubourg qui doit commencer mi-juin et concerne l’apprentissage du langage. Je constitue une forme de lexique avec les déformations, les réappropriations ; et il y aura un film que je vais tourner la semaine prochaine avec des enfants. J’ai eu cette idée en visitant l’exposition sur W. Benjamin  au Musée d’art et d’histoire du judaïsme car il faisait des listes, notamment des premiers mots prononcés par son fils.

-Le dernier mot du livre est « Paradis ».

V. M. C’est vrai que j’ai gardé cette image un peu absurde du poster géant avec l’île déserte et je voulais la retrouver à un autre moment dans le livre. Finalement, j’ai terminé là-dessus.

Horacio Fernandez, Les livres de photographie d’Amérique latine.

Pour pallier une carence, le premier forum latino-américain sur la photographie a réuni à São Paulo en 2007 un comité consultatif composé de Horacio Fernandez, Marcelo Brodsky, Lesley Martin, Iata Cannabrava, Martin Paar et Ramon Reverte. Ils ont mis en évidence l’existence d’un vivier créatif et la nécessité de le révéler au grand public. Pour cela, Horacio Fernandez a rassemblé une somme d’ouvrages qui a pris la forme d’une exposition au Bal – Foto/Graphica (20.01 – 08.04) – sous son commissariat et dans laquelle la découverte des livres se traduit par des dispositifs variés : éditions originales, tirages d’époques, projections, maquettes, citations permettant de retracer un siècle d’histoire à travers un prisme géographique inédit et un point de vue original (celui de l’édition). Le format de l’exposition a conduit à une sélection resserrée de quarante livres. L’ouvrage d’Horacio Fernandez en présente plus de cent cinquante. La plupart d’entre eux sont restés secrets ou confidentiels durant de nombreuses années. Certains ont été censurés, d’autres perdus ou édités à très peu d’exemplaires, à compte d’auteurs. Pour ce projet, les critères de sélection se sont imposés dès le départ alors que « la recherche part[ait] quasiment de zéro, comme l’exploration d’un territoire non cartographié : pour toute carte, un capharnaüm composé de livres, de catalogues, de portfolios, de monographies, d’annuaires, d’anthologies, d’études, de brochures publicitaires, de calendriers, de revues, etc. » (Horacio Fernandez, Les livres de Photographies d’Amérique latine, p. 16). De Cuba à la Patagonie, une nouvelle histoire de la photographie s’est ainsi progressivement dégagée de ce périple de trois années, à mesure que le nouveau monde éclairait en partie le vieux continent.

Horacio Fernandez considère que le livre du 20ème siècle est le reflet des paradigmes sociétaux de l’Amérique latine, se faisant tour à tour creuset de la censure ou de la propagande, de la Révolution mexicaine, lieu de promesses politiques, de déceptions refoulées ou de la catharsis. Pour parvenir à  donner l’image de ces émotions, les livres de photographies mélangent souvent les ressources iconographiques aux  poèmes. La collaboration de Pablo Neruda avec des photographes aboutit à des objets hybrides axés sur une « observation profonde » des conflits armés de la guerre civile espagnole de juillet 1936 jusqu’à des sujets proprement culturels. Martin Chambi (photo), Alturas de Macchu Picchu. Martin Chambi est chargé de photographier « un monde comme une tour enterrée » : la cité perdue des Incas (Alturas de Macchu Picchu, 1954) accompagnant l’indianisme d’esprit de l’écrivain. L’ambition de Chambi  est de changer le regard porté sur son peuple. Ainsi, déclarait-il en 1936 : « J’ai lu qu’au Chili, on pense que les Indiens n’ont pas de culture, qu’ils ne sont pas civilisés, qu’ils sont intellectuellement et artistiquement inférieurs comparativement aux blancs et aux européens. Plus éloquents que mon opinion, en tout cas, sont les témoignages graphiques. Mon espoir est qu’un document officiel impartial et objectif évaluera cette preuve. Je sens que je suis un élément représentatif de ma race ; les miens parlent à travers mes photographies. » (cité par Horacio Fernandez, p. 22). C’est un objet hybride et autonome qui jaillit de la rencontre entre écriture et images.

« Je suis une hallucination sur le bout de tes yeux » pouvons-nous lire dans Paranoia (1963). Ce livre est le fruit d’une recherche ayant temporairement rassemblé les œuvres de Wesley Duke Lee, artiste et Roberto Piva, écrivain, unis par le désir de transgression et la volonté de créer le désordre. Mais Sao Paulo échappe au cadre contraint de leurs métaphores  visuelles et pensives ; progressivement, la violence des images contamine le paysage urbain. Ayant fui des pages, elle est devenue réelle. Les détails urbains font apparaître des coïncidences avec des jeux de mots. Le miroir déformant de la couverture se pare d’une capacité divinatoire où les cauchemars des auteurs contaminent le présent.

En 1970, Daniel Vittet opte pour un choix singulier : il n’utilise qu’une seule photographie diffractée, dissociée, que l’on retrouve tout au long de l’ouvrage, en l’occurrence, un portrait de son comparse Nicanor Parra, à l’origine des textes de Versos de Salon. Celui-ci définit lui-même son langage populaire comme de l’antipoésie : « Montez, si le cœur vous en dit. / Bien sûr, je ne réponds de rien si vous descendez/ en saignant de la bouche et du nez ». L’humour des textes s’accorde aux francs découpages du personnage photographié, se déplaçant dans diverses positions au sein de la page. Le feuilletage rapide du livre confère une contenance cinématographique à ce cliché unique. Selon le système du flip book, il paraît bouger, se déchiqueter puis se recomposer…

George Leary love, Amazonia, 1973,

La conception graphique de Fernand Meza a amplifié l’aspect ludique de la proposition comme un écho à l’effervescence de villes telles Buenos Aires et ses habitants dont parle J. L. Borges : « où des gens plus étranges que toi et moi s’apprêtent à passer un samedi divertissant, un samedi à la hauteur de leurs attentes, autrement dit un samedi triste » (cité p. 79).  Les mendiants nous regardent sous l’objectif de Sergio Larrain.

Des portraits d’autres oubliés surgissent dans les livres de Claudia Andujar, les Yanomani, soit le peuple amazonien menacé d’être envahi sous l’égide de la dictature militaire dirigée par le général Médici. La photographe restitue la beauté des visages dans des images plein cadre et des camaïeux sombres qui traduisent leur caractère « cruellement grandiose » (p. 114), tout en préservant leurs croyances. Amazonia propose une expérience du sensible en prise avec les éléments naturels, à cet endroit où les vues aériennes et microscopiques se rejoignent. La collaboration avec son mari George Leary Love conduit Claudia Andujar à réaliser des vues à l’esthétisme soigné. Le texte qui les accompagnait, signé Thiago de Mello, a été censuré en raison de ses préoccupations écologiques et éthiques, contraires au régime en place. Les passages iconographiques de l’extérieur vers l’intérieur s’affirment comme une narration ouverte. Les transes auxquelles se prêtent la photographe pour accompagner les cérémonies traditionnelles trouvent un équivalent dans les visuels. Le livre de photographie devient capable d’exprimer une expérience introspective et d’en restituer une trace au lecteur.

Catalogue raisonné d’une performance, Autocriticas (1980) de Marcela Serrano se présente comme une forme d’expression de ses états d’âme mis en images. Le très beau livre de Nelly Richard, Cuerpo correccional (1980), entend documenter les œuvres de l’artiste Carlos Leppe. Les couvertures rigides et le soin apporté à la typographie apparaissent comme une provocation envers la scène artistique chilienne, réputée pour concevoir des livres très modestes, composés de photocopies rapidement agrafées. Le perfectionnisme de Fernell Franco le poussa à détruire tous ses livres, achetés progressivement après la publication. Horacio Fernandez est parvenu à retrouver l’un des rares exemplaires rescapés. Fotografias (1983) manie habilement les séquences en noir et blanc. Abandonnées dans la langueur de l’après-midi, les anciennes demeures du centre de Cali déploient des aspects étonnants. Elles sont menacées de démolition. « Documentaire sombre et triste » (p. 158) où le rythme et la composition de l’ouvrage instillent des propositions de parcours.

Agustin Jimenez (Photo), Molino Verde, Mexico, 1932

Le livre de photographies de Paolo Gasparini, Retromundo (1986) est habité par les regards et les directions qui les orientent. Amérique latine, Europe et Amérique s’y rencontrent dans une répartition en trois chapitres. La coupure de la double page agit sur la réception des images. Vers où regardons-nous ? Du côté de la propagande ou de la résistance ? Certaines brochures restent anonymes. Des reportages photographiques sont commandités par la dictature. Les villes paraissent saturées, baignées dans des monochromes entêtants. Silent Book (1997) : Miguel Rio Branco plonge ses clichés dans la brutalité écarlate. Le format est carré. Les sujets, souvent symptomatiques d’une société parfois cruelle.

En photographiant la lutte libre mexicaine (2005), Lourdes Grobet reconnaît produire une équivalence actualisée de la figure de  « l’Indien projeté dans la ville » (p. 214).

Horacio Fernandez compare certains livres exhumés à des bombes à retardement : apparemment inoffensifs, ils contiennent un fort potentiel expressif.

Colloque « Apparitions fantastiques », Angers, 24-26 novembre

COLLOQUE CRILA-CERIEC- CERLI

24-26 NOVEMBRE 2011


Apparitions fantastiques « Apparitions et disparitions dans la fiction brève (littérature et arts de l’image) »

prog_crila_fantastiques297x420mm_20oct

PROGRAMME :


JEUDI 24 NOVEMBRE

Accueil 13 h -14 h à la MSH

14 h 00 : Ouverture du colloque (Amphi G. Tillon)

14 h 15 – 15 h 15 : Conférence plénière de Michel Viegnes : « Être, apparaître, disparaître: quelques réflexions sur les enjeux du fantastique dans le récit bref ». (Amphi G. Tillon)

15 h 15 : Ateliers

Atelier A (Amphi G. Tillon)

Thème : Domaine nord-américain

Président de séance : Françoise Dupeyron-Lafay

15 h 15 – 15 h 45 : Marc Michaud, « La Transparence mythologique et l’apparition/disparition du père dans This is What It Means to Say Phoenix, Arizona de Sherman Alexie »

15 h 45 – 16 h 15 : Pascale Denance, « Entités fantomatiques et obsessions scopiques en tant que vecteur des états-limites du sujet dans un corpus composite du XIXe siècle ».

16 h 15 – 16 h 45 : Simone Grossman, « Ecriture et disparition dans le fantastique contemporain du Québec »

Pause café : 16 h 45 – 17 h 00

17 h 00 – 17 h 30 : Gerald Preher, Vrais-faux fantômes : « The Real Ghost » de Eudora Welty à Peter Taylor »

17 h 30 – 18 h 00 : Anne-Marie Baranowski, « Les récits fantastiques d’Ambrose Bierce (1842 – 1913 ?) : Une poétique de l’angoisse et de la subversion ».

Atelier B (Salle F. Kahlo)

Thème : Images de l’apparition (cinéma)

Président de séance : Jean Arrouye

15 h 15 – 16 h 00 : Gilles Menegaldo, « Dead of Night (1945) : spectres, miroirs et autres visions, l’effet fantastique dans la forme brève »

Pause café : 16 h 00 – 16 h 15

16 h 15 – 17 h 00 : Marie-Camille Bouchindomme, « Une écriture de l’invisible dans Le Horla de J-D Pollet »

17 h 00 – 17 h 45 : Charles Quiblier, « Apparitions de fantômes japonais : de l’écrit à l’écran, de la forme courte au long métrage »

Atelier C (Salle J. Gracq)

Thème : Les apparitions fantastiques (autres aires culturelle)

Président de séance : Michel Viegnes

15 h 15 – 15 h 45 : Roger Bozzetto, « Des nouvelles de Borges »

15 h 45 – 16 h 15 : Catherine de Wrangel, « Spectres, vampires et réflexion philosophico-politique dans les nouvelles de l’écrivain italien Tommaso Landolfi: du roman gothique à la critique des Lumières »

16 h 15 – 16 h 45 : Evelyne Jacquelin, « Entre Goethe et Kleist : des fantômes à la naissance de la nouvelle fantastique allemande »

Pause café : 16 h 45 – 17 h

17 h 00 – 17 h 30 : Pierre-Luc Landry, « Faire voir ce qui n’est pas là : disparition, enquête et surnaturel dans « L’éléphant s’évapore » d’Haruki Murakami »

17 h 30 – 18 h 00 : Gabrielle Napoli, « L’apparition fantastique ou les détours du témoignage dans Le Chercheur de traces d’Imre Kertész : Dürer et l’Apocalypse »


VENDREDI 25 NOVEMBRE

9 h 00 – 10 h 00 : Conférence plénière de René Godenne : « Le Fantastique dans la nouvelle d’expression française des XIXème et XXème siècles. » (Amphi G.Tillon)

Atelier D (Amphi G. Tillon)

Thème : Domaine anglo-saxon

Président de séance : Lauric Guillaud

10 h 00 – 10 h 30 : Patricia Crouan-Véron, « Quelques nouvelles de H. R. Haggard (1856-1925). Entre tradition orale africaine et littérature écrite. Forme et apparitions ».

10 h 30 – 11 h 00 : Françoise Dupeyron-Lafay, « Apparitions fantastiques : dialectique du réel et du surnaturel et ironie structurelle. Les paradigmes inversés de « The Open Window » (1914) de Saki et « On the Brighton Road » (1912) de Richard Middleton »

Pause café : 11 h – 11 h 15

11 h 15 – 11 h 45 : Stéphane Mercier, « L’apparition comme preuve de l’échec de la raison [chez Lovecraft] »

11 h 45 – 12 h 15 : Marie-Odile Salati, « L’apparition symptôme dans The Colour out of Space de H.P. Lovecraft (1927)  »

Atelier C bis (Salle J. Gracq)

Thème : Les apparitions fantastiques (autres aires culturelles). Approche comparatiste.

Président de séance : Roger Bozzetto

10 h 00 – 10 h 30: Arnaud Huftier, « Les nouvelles du « soleil liquide » : l’essence du fantastique chez Lord Dunsany, Jean Ray et Michel Tremblay »

10 h 30 – 11 h 00 : Patrizia d’Andrea, « Un champ de recherche protéiforme : la littérature fantastique et les courants ésotériques »

Pause café : 11 h 00 – 11 h 15

11 h 15 – 11 h 45 : Thierry Jandrok, « La rhétorique vampirique, entre jeux de miroirs et oppositions dialectiques »

11h 45 – 12 h 15 : Anne E. Duggan, « Du génie à l’ifrit: apparitions fantastiques dans les contes des Mille et une nuits »

Atelier B bis (Salle F. Kahlo)

Thème : Images de l’apparition (photographie)

Président de séance : Gilles Menegaldo

10 h 00 – 10 h 45 : Jean Arrouye, « L’apparition qui nous a à l’œil »

Pause café : 10 h 45 – 11 h 00

11 h 00 – 11 h 45 : Martine Lavaud, « L’apparition photographique dans les nouvelles spirites »

11 h 45 – 12 h 30 : Muriel Berthou Crestey, « Les spectres de la lumière »


Atelier E (Amphi G. Tillon)

Thème : Les apparitions fantastiques (aire francophone).

Présidente de séance : Anne-Simone Dufief

14 h – 14 h 30 : Catherine Botterel-Michel, « Le motif du miroir dans le récit de Maupassant : à la recherche de l’identité »

14 h 30 – 15 h : Nadia Ghelala, « L’apparition fantastique chez Théophile Gautier : De la rencontre au détachement »

15 h – 15 h 30 : Morgane Leray, « L’apparition du masque : la révélation du néant. Pour une lecture apocalyptique du fantastique de Jean Lorrain »

15 h 30 – 16 h : Daniel Long, « Dévoiler, décentrer et désencadrer le tableau imaginaire dans les nouvelles fantastiques de Zola »

Pause café : 16 h – 16 h 15

16 h 15 – 16 h 45 : Alain Néry, « L’apparition dans « Vera » et « L’intersigne » de Villiers de l’Isle-Adam »

16 h 45 – 17 h 15 : Thierry Santurenne, « L’apparition du serpent : étude comparée de Djoûmane (Mérimée) et de Catalina (Villiers de l’Isle-Adam) »

17 h 15 – 18 h 15 : Assemblée générale du CERLI

Amphi G. Tillon

Atelier F (Salle J. Gracq)

Thème : Atelier anglophone (communications en anglais)

Président de séance : Emmanuel Verdanakis

14 h 00 – 14 h 30 : Benedicte Meillon, « Unreal, Fantastic, and Improbable Flashes of Fearful Insight in Annie Proulx’s Wyoming Stories »

14 h 30 – 15 h 00 : Chartier Cécile, « “This is no Vision”: The Invisible “Something” and the Elocutionary Disappearance of the Author » [ Fitz-James O’Brien]

15 h 00 – 15 h 30 : Alice Clark, « « Imaginative Distortion in Robert Olen Butler’s Severance »

15 h 30 – 16 h 00 : Michelle Ryan-Sautour, « Authorial Evanescence and the Power of Unease in Angela Carter’s “The Lady of the House of Love” »

Pause café : 16 h – 16 h 15

16 h 15 – 16 h 45 : Ineke Bockting, « Apparitions and Evanescence in Short Fiction »

16 h 45 – 17 h 15 : Tanya Tromble, « Joyce Carol Oates : Fantastic, New Gothic and Inner Realities »

17 h 15 – 18 h 15 : Assemblée générale du CERLI

Amphi G. Tillon

20 h 30 : Dîner de gala


SAMEDI 26 NOVEMBRE

Atelier B ter (Salle : F. Kahlo)

Thème : Images de l’apparition (cinéma)

9 h 00 – 9 h 45 : Vincenzo Borlizzi, « Le thème de l’apparition de la revenante chez Poe et sa transposition cinématographique, de Jean Epstein à Roger Corman »

Atelier H (Amphi G. Tillon)

Thème : Les apparitions fantastiques dans la science-fiction

Président de séance : Gilles Menegaldo

9 h 00 – 9 h 30 : Marie Puren, « Ecriture sérielle et formes courtes dans les textes de science-fiction: Disparition et apparitions dans l’œuvre de Jean de La Hire (1878-1956) »

9 h 30 – 10 h 00 : Hervé Lagoguey, « Créatures parasites, apparitions, disparitions et substitutions dans quelques nouvelles inquiétantes de Philip K. Dick »

10 h 00 – 10 h 30 : Natacha Vas-Deyres, « Quand la nouvelle réécrit le roman: Le Livre des Ombres de Serge Lehman »

Pause café : 10 h 30 – 10 h 45

10 h 45 – 11 h 15 : Jérôme Goffette, « Apparition et disparition de soi et du corps
à propos de « The Barbie Murder » de John Varley »

11 h 15 – 11 h 45 : Sylvie Allouche, « Apparitions et disparitions inquiétantes dans les nouvelles de Greg Egan »

Fin du colloque

Colloque « Ne pas dire », 17-19 novembre

Lucien Levy-Dhurmer, Le Silence, 1895.

PRESENTATION GENERALE DU COLLOQUE ORGANISE PAR FREDERIQUE TOUDOIRE-SURLAPIERRE ET PETER SCHNYDER.

« Le non-dit est à la littérature ce que le silence est à la musique. Ce n’est pas un hasard si la rhétorique classique a catégorisé les degrés de densité expressive (et aussi leur absence) : ils vont de l’hyperbole à la litote,de la répétition à l’ellipse, de la redondance à la prétérition,de l’allusion à l’aposiopèse, etc. Mais il y a également le présupposé, l’insinuation, la suggestion, qui entrent à leur tour en lice, et il faut reconnaître que le non est plus qu’un jeu : ne peut-il pas exprimer, dans certains cas, l’indicible même ? La thématique pourra donc refléter à la fois les problèmes de l’interdépendance entre littérature et peinture, cette dernière ayant été saluée par Lessing comme étant « une poésie muette », cependant que la poésie pouvait être considérée comme une « peinture parlante », mais au-delà, réfléchir les limites mêmes du langage et le recours fréquent de ses usagers à des procédés autres, qui vont des gestes, des jeux de regard, de l’affectation et de l’insistance à des somatisations et finissent souvent dans des formes violentes. Du mutisme au geste qui signifie, la communication non verbale offre à notre époque un vaste champ d’activité pour expérimenter, dans une perspective pluridisciplinaire,des textes épiques, lyriques et dramatiques des lettres européennes dans leur ensemble, sans que soient négligés les apports des autres arts, à commencer par la peinture, choisis à partir de leur pertinence et de leur représentativité. Tout en cherchant à placer au centre l’analyse et l’histoire littéraires, les séminaires et le colloque de l’ILLE au cours de l’année 2010-2011 feront appel à des linguistes, historiens, sociologues, psychologues, théologiens, etc., car le non-dit, le secret, le tu, se dit et se lit entre les lignes et s’il est vrai que la parole a été donnée à l’homme pour déguiser sa pensée, selon le mot de Talleyrand, réfléchir dans notre université, avec des spécialistes de plusieurs disciplines, aux ressorts profonds de mécanismes de la recherche de la vérité et de sa dissimulation est se rendre compte de la santé mentale d’une époque, d’une société donnée – ou de son absence ».

Organisateurs : Peter Schnyder{ peter.schnyder@uha.fr }Frédérique Toudoire-Surlapierre{ frederique.toudoire@uha.fr }Coordination : Hélène Barthelmebs{ helene.barthelmebs@uha.fr }Inscription : 20€Entrée libre pour les étudiants de l’UHA,les conférenciers et sur invitationContact :FLSH – ILLE, 10 rue des Frères LumièreF – 68093 Mulhouse CedexTéléphone :+33 (0) 3.89.33.63.91 / +33 (0) 6.47.91.73.61www.ille.uha.fr

JEUDI 17 NOVEMBRE 2011

Salle du Conseil, Maison de l’Université

9 h ‐ 9 h 30

Ouverture par M. Alain Brillard, Président de l’UHA

Présentation par les organisateurs

9h. 30 – 11 h. REFLEXIONS GENERALES

Président : Peter Schnyder, directeur de l’ILLE

Roger Kempf [Zurich]

Voies et Voix du secret

Marc Courtieu [Lyon]

Parler du non‐dit? Quand les écrivains partent à « la conquête du silence » (Joë Bousquet)

Luc Fraisse [UdS]

ce que ne dira pas le romancier de la Recherche

{ 11 h Discussion et pause }

11h.30 – 13 H. LES INTERSTICES ET ESPACES BLANCS

Président : Peter André Bloch, président de l’APEFS

Muriel Berthou‐Crestey

Le silence iconographique : une réserve d’images

Ingrid Molard‐Gicquel [Sorbonne]

Négations, silences et espaces blancs : une heuristique du non‐dit dans les Pensées de Pascal et les Maximes de La Rochefoucauld

Élise Montel [Poitiers]

Se taire – Ne pas dire – Mais écrire : Le silence d’Erri De Luca comme tension

{ 13 h Déjeuner }

15h. – 16h. 30. LES PAROLES SILENCIEUSES.

Présidente : Frédérique Toudoire‐Surlapierre, directrice adjointe de l’ILLE

Julie Dekens [Zurich/Paris 4]

Eurydice, celle qui ne dit mot…

Michel Arouimi [Littoral]

La « loquacité de la nuit » ou la parole de Victor Hugo

Tatiana Musinova [ILLE]

Voyage au bout de la nuit : la dimension du non‐dit dans la relation dichotomique Bardamu – Robinson

{ 16 h 30 Discussion et pause }

17h. – 19 h. ARTICULATION DU NON-DIT.

Présidente : Cécile Meynard, Responsable des Manuscrits de Stendhal

Vincenzo Borlizzi [Paris 3]

Répétition, absence, allusion, ambiguïté : L’Année dernière à Marienbad entre Resnais et Robbe‐Grillet

Sébastien Thiltgès [UdS/Luxembourg]

Du motif au thème : la description du silence et l’expression de l’indicible dans le roman réaliste

Marjorie Rousseau [Tours]

Non‐dit et religion orthodoxe chez Dostoïevski

{ 18 h 30 Discussion }

{ Dîner en ville pour les conférenciers }

VENDREDI 18 NOVEMBRE 2011

Salle du Conseil, Maison de l’Université

9h. – 10h. 30. L’IRONIE.

Présidente : Tania Collani, directrice du Département d’Italien, FLSH

Peter‐André Bloch [ILLE]

Les silences d’André Weckmann

Sylvain Trousselard [Saint‐Étienne]

Les enjeux du portrait chez Rustico Filippi : annonces et dénonciations

Pierre Jamet [Franche‐Comté]

Invisible en plein jour (aperçus de l’ironie shakespearienne)

{ 10 h 30 Discussion et pause }

11h. – 12h. 30. LA REFLEXIVITE OU LE SILENCE EXPLIQUE.

Présidente : Caroline Casseville, coordinatrice des Nouveaux Cahiers François Mauriac

Cécile Meynard [Grenoble 3]

Se délester de l’indicible : Le voile noir, Je vous écris et Les chats de hasard d’Anny Duperey

Matthieu Jung [UdS]

Raymond Roussel/Michel Foucault : quelques silences autour de « quelques étés »

Nicholas Manning [Rennes II]

Rhétorique du silence : le non‐dit comme forme d’argumentation dans la poésie moderne

Dorottya Szávai

[Université Pannon de Veszprém, Hongrie]

Du non‐dit a l’indicible dans la poésie moderne (Rilke, Celan, Pilinszky)

{ 13 h Déjeuner }

14h. 30 – 16h. DIRE ET NE PAS DIRE LA SEXUALITE.

Salle du Conseil, Maison de l’Université

Présidente : Régine Battiston, directrice de Département (IUT)

Max Kramer [Saskatchewan]

Le non‐dit queer dans la poésie moderne

Magalie Wagner [ILLE]

« Ouïr » et « jouir » : plaisir des corps et des mots à travers une lecture de l’implicite dans la Délie de Maurice Scève

Justine Legrand [Sorbonne]

Du non‐dit à la synonymie des anonymes dans l’œuvre d’André Gide

{ 16 h Discussion et pause }

16h. 30 – 18h. QUAND NE PAS DIRE INTERROGE LE GENRE LITTERAIRE.

Présidente : Dorottya Szávai, rédactrice des Studii si Cercetari Filologice, seria Limbi Romanice,

Université Pannon de Veszprém, Hongrie

Caroline Casseville [Bordeaux 3]

La notion de non‐dit dans l’œuvre de François Mauriac

Anna Maziarczyk [Lublin]

Fiction et dissimulation : le cas de Jean Echenoz

Serge Bourjea [Montpellier]

Garder au silence (Paul Valéry)

{ 18 h Discussion }

{ 18 h 30 Déplacement }

19 h 30 Buffet dînatoire à la Filature.

{ 20 h 30 Théâtre  pour les conférenciers et les invités }

« Les mots sont des !eurs de néant. Je t’aime. » de Richard Brautigan – Luc-Antoine Diquéro

SAMEDI 19 NOVEMBRE 2011

9h. 10h. 30 LES DETOURS DE LA PAROLE.

Salle du Conseil, Maison de l’Université

Président : Luc Fraisse, président de l’ADIREL

Craig Hamilton [ILLE] & Peter Crisp [Chinese University of Hong Kong]

L’Allégorie implicite dans Les mouches de Sartre

Tania Collani [ILLE]

Dire et ne pas dire. Propos politique et censure littéraire : La Technique du coup d’état de Curzio Malaparte

Ariane Luethi [ILLE]

Les silences de Nicolas de Chamfort, André Chénier et Joseph Joubert interprétés à la lumière de L’Art de se taire

{ 10 h 30 Discussion et pause }

11h. – 13h. QUAND LE NON-DIT (RE)TRAVAILLE LE LANGAGE.

Président : Sylvain Trousselard, secrétaire adjoint de la Société des Italianistes de l’Enseignement supérieur

Till R. Kühnle [Limoges]

« … ce silence inhumain » qui s’impose – les didascalies chez Racine, Schiller, Horváth et Beckett

Philippe Wellnitz [Berlin]

du paradoxe du silence au théâtre

Sophia Dachraoui [Strasbourg/Fribourg]

Écriture des œuvre d’art de Pompéi : du « ne pas dire » à l’au‐delà du « dire »

13 h Conclusions

{ 13 h 15 Clôture du colloque }

Nicolas Bouyssi, Esthétique du stéréotype : Essai sur Edouard Levé

Edouard Levé était attentif aux ricochets des sens propices à l’extrapolation. Selon le phénomène du « bouche à oreille », il a su reconstituer la rumeur d’un évènement, le condensant en quelques mots ou dans une phrase décontextualisée (Journal). L’artiste était féru de ce principe comparable au clinamen, où l’imaginaire se développe à mesure que le sens dévie. La mémoire nous ment ; il jouait de ces fractures sémantiques. Alors que ses œuvres parlaient peu, elles transcrivaient cependant une vérité plus profonde, intemporelle. S’emparer d’un tel dispositif de reprise pour le mettre à distance plus encore de sa source aurait pu générer une réflexion nouvelle. Pourtant, l’Essai sur Edouard Levé de Nicolas Bouyssi génère ici une toute autre chose. L’auteur voudrait rebondir à partir des œuvres de l’artiste ; mais leurs analyses arrivent tardivement dans le livre et semblent posées en arrière plan.

Edouard Levé aimait l’idée selon laquelle deux personnes pouvaient avoir des interprétations différentes en observant un même objet. Ainsi était-il un amateur de « récits d’exposition » qu’il avait institué comme « genre de conversation » à part entière. Bouyssi (je me permets cette forme de raccourci car elle est apparemment plébiscitée par l’auteur vis-à-vis d’Edouard Levé) parle ainsi d’une « esthétique du stéréotype » là où je perçois un détournement à partir du stéréotype. L’effet de neutralité apparaît comme un instrument de travail pour Edouard Levé mais sans être assimilable à une fin en soi. Il me semble au contraire que cette pratique transcende le banal, pour nous donner à contempler la quintessence du monde sensible détaché de ce qui le dissimule habituellement.

Que ce soit dans sa production littéraire ou artistique, Edouard Levé avait pour objectif de produire une écriture blanche : un style épuré, concentrant tout le prisme des impressions envisageables. Celle de Bouyssi est d’une teinte indéfinissable ; tous les éléments sont présents, mais sous une forme de mélange. Dans l’Esthétique du stéréotype, les couleurs des mots s’annulent. Au final, surgit le texte d’Edouard Levé initialement paru dans le journal Particules n°12 (nov.-déc. 2006) : « Sentiment de vertige dans une allée de la FIAC » (trop courte appendice de deux pages). L’écriture d’Edouard Levé est concentrée, celle de Bouyssi, comprimée. Pourtant, cette observation n’est pas applicable au premier livre de l’écrivain, Le Gris, paru en 2007 chez P.O.L. Le flux et l’enchaînement des mots semblaient alors couler de source. La pratique de l’essai fait moins état de ces qualités littéraires et on aurait parfois l’envie de suggérer à l’auteur d’écrire plutôt un essai sur une ancienne idole des jeunes, eu égard à son obsession des « que ».

L’auteur produit par ailleurs des polysémies dont il vaut mieux rire : « On retrouve D&G et la notion de signature » où le lecteur peut choisir d’identifier alternativement le couple d’initiales à Deleuze et Guattari ou à Dolce & Gabbana, selon son humeur, rejouant le texte comme une partition nouvelle.

Par ailleurs, plusieurs incompréhensions apparaissent face à des affirmations péremptoires : faut-il vraiment faire du double un thème aujourd’hui « éculé », « usé », « réducteur » ?

Quand Bouyssi se livre à une interprétation du 8ème rêve (Reconstitutions), c’est avec l’intention première d’y voir un objet transparent, apte à livrer un message, avant d’en conclure : « c’est impossible ». Dès lors, il met au point une deuxième hypothèse :

« Il y a une autre solution. C’est que le plaisir de la compréhension et du sens soit situé à un niveau différent, et que leur aspect privé (autobiographique) ne soit pas ce qui importe dans ces reconstitutions de rêve ».

Edouard Levé, Rêve reconstitué 1, 2000, Courtesy Gallery Loevenbruck

Certes, Edouard Levé tend alors à produire une image de l’inconscient, indépendamment de son propre psychisme. Toutefois, c’est une démarche personnelle qui est à l’origine de ce projet : en effet, le premier rêve [lui] « procurait une sensation très particulière et très agréable. J’étais sûr que j’allais l’oublier, j’ai voulu en garder une trace. C’est pour cette raison que j’ai réalisé la photographie du Premier Rêve Reconstitué » me confiait-il lors d’une interview. Il paraît délicat d’évoquer la pratique d’Edouard Levé exclusivement en termes de dépersonnalisation, dans la mesure où il se définissait avant tout comme un « spécialiste de lui-même ». Et pour justifier la liste des Homonymes constitués, il disait avoir d’abord agi en fonction des auteurs qu’il appréciait. L’effet de neutralité provient chaque fois d’un référent personnel. L’emploi de la deuxième personne du singulier dans son dernier ouvrage m’apparaît d’ailleurs comme un point essentiel pour comprendre son travail.

Nicolas Bouyssi préfère penser les concepts avant de voir les images, avec le danger d’employer le terme confus d’« abstraction » (p. 35). Assurément, Edouard Levé « abstrait » (c’est-à-dire qu’il enlève, il déplace un objet, une personne, un fait de son environnement pour le mettre en évidence). Néanmoins, il ne produit pas de photographie abstraite (un genre qu’il disait détester).

Nicolas Bouyssi ouvre pourtant des questionnements intéressants à partir de cette œuvre. Ainsi du name dropping défini comme « une pratique qui consiste à faire en sorte que l’information qu’exprime la référence du nom soit bien comprise dans l’objectif que chaque membre d’un même milieu demeure toujours d’accord. »

Chez Edouard Levé, le message, sans cesse latent, échappe. La dialectique actuel/virtuel constitue également une entrée significative pour penser son œuvre. Voir dans le prototype un effet de réification est plus discutable. Faire des spectateurs des « voyeurs » (p. 78) paraît ici contestable.

Les œuvres d’Edouard Levé ne se réduisent pas à leurs apparences neutres. Elles décèlent un potentiel finalement plus fort. Le principe élusif fonctionne comme une révélation. La soustraction apporte un supplément, sans se limiter au principe de retranchement en surface. Un potentiel d’évocation hors bornes, comme dans cette description de la FIAC, où il écrit :

« Je deviens fou, comme mon cousin écologiste qui, par amour des sangliers, visionne des cassettes vidéos de chasses sanglantes, parce qu’il n’a pas trouvé celles où il y aurait les sangliers sans les chasseurs. »

Lui ne voulait montrer que l’essentiel.

Olivier Cadiot : d’après photo

Nan Goldin, Sharon in the River, Eagles Mere, PA, 1995, Courtesy Gallery Matthew Marks

C’est une photo de Nan Goldin qui a inspiré le nouveau livre d’Olivier Cadiot dont la parution est prévue en août chez P.O.L. Un mois avant sa sortie en librairie, Ludovic Lagarde met en scène son adaptation théâtrale au festival d’Avignon. Du jamais vu. La représentation d’Un Mage en été se présente d’ores et déjà comme un vertigineux système de chaîne icono-graphique conçu comme un exercice « dédisciplinarisant » (au sens de W.J.T. Mitchell). Des transferts se produisent entre la photo matrice (picture), l’image ainsi générée (****) et son interprétation écrite, puis sa représentation théâtrale, recouverte par le voile médiatique et parachevée dans l’esprit du spectateur qui reformule ce qu’il voit « dans l’autre sens, sur l’écran noir en soi qu’on regarde » (O. Cadiot, Retour définitif et durable de l’être aimé)…) Soient autant d’incarnations différentes des images… Aucun doute. Ce dispositif nourrit alors un ping-pong cérébral appliqué au champ du visible.

Gertrude Stein, la fée, le roi, Robinson, le lapin fluo, l’analyste, le dandy, le chasseur de têtes, le décorateur, le philosophe ou l’homme qui se fait cirer les chaussures (dans le célèbre daguerréotype, Boulevard du Temple)… peuplaient déjà l’univers romanesque d’Olivier Cadiot. Il semble que Sharon in the River ait – depuis peu – rejoint cette faune des plus culturelles…

Comment interpréter la fascination de l’auteur pour ce cliché de 1995 ? En plongé, Nan Goldin y montre une femme nue, seule, au premier plan d’une rivière. On pourrait presque deviner les rousseurs de la vase dans les profondeurs de l’image. C’est pourtant dans un bain de couleur émeraude qu’elle se tient, à demi immergée. Les pointes de ses cheveux platine semblent avoir absorbé cette tonalité acide et trouble par endroits. Le cours d’eau paraît stagnant, cependant quelques volutes réparties autour de ses hanches laissent supposer qu’un léger courant l’anime, peut-être. Aurait-elle amorcé un mouvement ? Le visage est absent, perdu dans les limbes du contre-jour. L’attitude paraît à première vue figée, contemplative. Optant pour le grand angle, Olivier Cadiot aurait-il cloné ce personnage pour en donner à voir plusieurs images possibles ? La découverte de l’ouvrage contiendra sans doute quelques révélations.

Dépeindre le visible pour « peindre l’ invisible » : voilà qui pourrait être l’un des tours de main de l’écrivain toujours prêt à proposer ses petites madeleines sur un plateau… Les sensations sont là, à portée d’œil. Les références se frictionnent. Dans les œuvres d’Olivier Cadiot, « on remonte le temps en arrière en spirale, c’est possible » (Fairy Queen)… Mais peut-on, à l’inverse, anticiper, redescendre le cours du **** en marche rapide ? Souvent, la grammaire claudique et la syntaxe se promène jusqu’au bout de la langue. Alors, des images apparaissent.

L’incipit d’ Un Mage en été est disponible en avant-première sur le site de P.O.L :

http://www.pol-editeur.com/pdf/6358.pdf

http://www.pol-editeur.com/index.php?spec=livre&ISBN=978-2-8180-0478-4

Du 21 au 27 juillet
Un mage en été d’Olivier Cadiot au Festival d’Avignon

21, 22, 23, 24, 26 et 27 juillet à 18h
Théâtre-Opéra
Place de l’Horloge
84000 Avignon
http://www.festival-avignon.com/