Jean-Christian Bourcart : miroir, étrange miroir…

Jean-Christian Bourcart, Black Sheet, 2010-2011

Pénétrant dans l’exposition de Jean-Christian Bourcart à la galerie Vu’, le spectateur est immédiatement saisi par l’étrangeté des photos qui l’accueillent. Impressionné, il imagine les personnages en proie à des transes hypnotiques. Décomposés, ouverts ou repliés comme des feuilles froissées, à la fois puissants et vulnérables, les portraits (souvent autobiographiques) de l’artiste se présentent d’abord sous un aspect inconnu. Les expressions sont graves. Des taches, des éclats saccadés scandent la composition. La litanie des contorsions infligée à tous les membres paraît quelque fois effrayante. Souvent, les lignes sont franchement tracées, miroitantes, taillées dans le vif du papier. A cru. Ailleurs, elles ressortent auréolées, floues, noyées dans l’espace. Les couleurs se montrent d’autant plus intenses qu’elles sont absorbées par le noir luisant qui les révèle. Elles se répartissent comme pour dessiner la température des états d’âme. Disposées en cercle autour de nous, les différentes formes prises par le chamane nous invitent-elles à la cérémonie ?

La feuille noire ayant généré ces formes hybrides est placée à l’entrée de l’exposition Kailash (signifiant « Cristal » en Sanscrit, du nom de la montagne sacrée impossible à escalader dont la singularité de chacune de ses arêtes est telle qu’elles paraissent finalement impossibles à assimiler comme un ensemble). On se reflète dans la feuille pour devenir soi-même l’un de ces êtres diffractés, éclatés, plongés, peut-être, dans la révélation d’une sombre apocalypse.

Jean-Christian Bourcart, Black Sheet, 2010-2011

Dans les photos, la chair se rétracte, s’amplifie, se déforme à certains endroits. Un étrange génie semble s’être échappé d’une lampe magique où il s’était contorsionné. Ailleurs, le corps est comprimé, abîmé, contraint. L’enjeu paraît grave et les formes dansent comme de petits démons acharnés et vifs. Le dispositif est visible : il s’agit de photographier le reflet d’une personne métamorphosée par cette étrange feuille noire comme sur un fond dramatique. Au jeu du portrait chinois, c’est d’ailleurs Goya qui vient à l’esprit du photographe pour désigner sa référence la plus marquante en matière de peinture. Jean-Christian Bourcart parle de cette récente série comme d’une « machine à faire des monstres ». Les photos semblent bouger ou tout du moins, elles donnent par endroits la sensation du mouvement. Black Sheet nous fait vivre une expérience de remémoration, de dépossession, d’une présence invoquée par la nécessité d’une redéfinition de l’acte de voir.

Jean-Christian Bourcart, Bardo, 2003

L’exposition se prolonge au sous-sol, marque une rupture avec le reste. Deux vidéos sont présentées : d’abord, Bardo (2003) inspiré par le livre des morts tibétain. Les images défilent très vites. On distingue à peine ce qu’il voit, ce qui est vu de lui… Des images de La Jetée de Chris Marker semblent par moment habiter le déroulé insatiable du film dont jaillit presque une impression stroboscopique. La rapidité accumule les images qui se confondent par endroits. Suit la vidéo plus récente Fortune Teller (2011), résultant d’une caméra cachée. Le photographe a rencontré des chiromanciennes dont il confronte les vagues prédictions.

Jean-Christian Bourcart, I shot the Crowd, 2009-2011

Suit la série photographique dans laquelle Jean-Christian Bourcart a capturé plusieurs visages extraits du flot de la foule des métros du monde. Ils sont devenus la métaphore d’obscurs espaces mentaux. Extraction de quelques visages perdus dans la caverne des illusions du quotidien, produisant un effet de boucle. Enfin, avec Camden (2008-2009), il continue sa traque de l’humanité dans les lieux qui paraissent les plus reculés et extrêmes, jusque dans la misère apprivoisée. A nouveau, ne subsiste que son goût pour la rencontre primitive, instinctive, pulsionnelle avec l’autre et sa capture instantanée, entre chien et loup.

Liens : http://www.galerievu.com/detail_exposition.php?id_exposition=108

http://jcbourcart.com/p.php?p=pages%2F06-News

Jean-Christian Bourcart : prix Niépce 2010

Jean-Christian Bourcart, série "Stardust", New York, 2005-2006, © Jean-Christian Bourcart

Depuis 1955, le prix Niépce organisé par l’association Gens d’images a notamment récompensé Robert Doisneau (1956), Keiishi Tahara (1988) Patrick Tosani (1997), etc… En 2010, il est décerné à Jean-Christian Bourcart. Le photographe français installé depuis 1997 à New York est un fervent adepte des œillades volées et autres « lapsus visuels », collectionnant, depuis les années 1980, les images clandestines d’une intimité parfois underground. D’abord photographe de mariage puis acteur actif de la presse quotidienne (membre de l’agence Rapho, il participe à l’aventure « Libération » avant de rejoindre la galerie « Vu’ » à laquelle il est aujourd’hui associé), il mène de front des projets plus personnels et artistiques, étendant son champ d’expérimentation à d’autres médiums (vidéo…). Ses moteurs de recherche ? Le web, les marges, les frontières, la pulsion de voir, le risque de l’image (disséquée, observée sous tous les points de vue, comme dans une vision cubiste), l’engagement (physique, politique, psychologique…), les interdits de représentation qu’il brave, les visions hallucinatoires du réel, voire kaléidoscopiques, le contre-courant, les masques sociaux, l’interférence entre celui qui voit / celui qui est vu et leur relation en miroir… Soit une foule de modalités possibles d’échanges de regards.

Regardant par le trou de la serrure sociétale, Jean-Christian Bourcart promène l’objectif de son appareil photo dans les zones les plus obscures (parfois sordides ou sulfureuses) entre évocation, invasion, indécence ou provocation. Dénonçant les troubles perceptifs ou éthiques (de façon intrusive, engagée ou distanciée), les dérives mais aussi les ambiguïtés, cet aventurier de l’image prône souvent une esthétique crue, celle du choc visuel. Allusion à la méthode thérapeutique du « Photolangage », à l’instrument de travail de sa mère, le « Photo Quizz » ? Tragiques ou magiques, les images de Jean-Christian Bourcart, comme le système psychique freudien, sont des palimpsestes. Des couches innombrables les composent et fournissent des clés de lecture multiples.

La genèse de son projet « Camden » est désormais célèbre : il recherche sur Internet le nom de la ville la plus dangereuse des Etats-Unis. Il s’y rend – photographie.

D’autres séries, moins brûlantes, affirment le même parti pris ascétique dans le traitement formel de l’image. Traffic ? Il dévisage les New Yorkais suspendus dans l’attente, pris au piège des embouteillages, emprisonnés dans le cadre de son téléobjectif. Souvent plongés dans un abyme de perplexité, en proie au regard technologique, ces visages semblent exprimer une autre temporalité, déstructurée, transitionnelle : en suspens. Des non-temps, des espaces-temps vacants.

The most beautiful day of my life ? Recomposition d’une famille d’anonymes à partir des photographies de mariages dites « ratées », loin des clichés traditionnellement associés à cet événement : flous, indistinctions, surimpressions. Ainsi décrit-il notamment sa fascination pour les « milliers d’images qui sortent de la grosse développeuse » dans son autobiographie intitulée « Sinon la mort te gagnait » parue en 2008 au Point du Jour : « Parfois, parmi tous ces moments de bonheur préfabriqué, je découvre une image belle par son étrangeté ou sa cruauté (dans le sens d’Antonin Artaud : près de la vie) ou son absurdité, et j’ai envie de la garder. Plus tard, je fouille dans les cartons remplis de quantité de photos invendues, patiemment, extrayant de la masse des souvenirs abandonnés, ma nouvelle famille quelque peu monstrueuse mais choisie » (p. 56).

Stardust ? Il infiltre une salle de cinéma pour photographier « l’image laissée par la projection quand elle traverse la vitre ». Il en résulte des « échographies spectrales ».

Chez Jean-Christian Bourcart, l’appareil photographique est tantôt un bouclier, tantôt un fardeau à cacher, nécessaire à l’accession d’une vérité du visuel, du visible, de la visualité, au regard du voyant, du voyeur, de ce qui est vu : autant de paramètres cristallisés par une optique obscure mais lucide, sur des milieux clôts, avec une perspective ouverte. Du brouillon et du flou, émerge une mise au net.

Liens :

http://gensdimages.com/index.php/wiki/read/t04_niepce.html

http://www.galerievu.com/evenements.php?id_evenement=5

http://jcbourcart.com/

Les travaux du lauréat seront présentés lors de l’Atelier de Gens d’images ouvert au public qui se déroulera le mercredi 23 juin à 18h30, à l’Institut Michelet, 3, rue Michelet 75006 Paris. Cette manifestation est reportée en septembre.

Exposition à la galerie Vu’, du 24 septembre au 6 novembre 2010.