Archives par étiquette : conférence

Présentation du livre « L’Invisible photographique » mardi 2 juillet à la librairie du Jeu de Paume

Dans le cadre de la publication du livre « L’Invisible photographique. Pour une histoire intime de la photographie », je serai heureuse de vous retrouver demain (mardi 2 juillet) pour une présentation à la librairie du Jeu de Paume à 19h : http://www.jeudepaume.org/index.php?page=article&idArt=3437
 

Depuis les origines de la photographie jusqu’à ses développements actuels, cet essai propose une redécouverte complète de l’histoire de la photographie à partir de la clé de lecture paradoxale de l’invisible.

Concrètement, la photographie est un outil de représentation qui induit un choix primordial : que verra-t-on dans le cadre de l’image ? Qu’est-ce qui est montré ou volontairement éliminé de la scène, voire censuré ? Les photographes suggèrent le hors-champ. Ils se rendent parfois invisibles pour capter la vérité d’une situation. Ils défient les limites de la perception humaine en se faisant nyctalope, en montrant l’envers du décor ou en dénonçant les zones volontairement dissimulées par les pouvoirs politiques. Ils nous font voir l’absence, redonnent vie à des images. Ils capturent les sentiments. Deux photographes réalisent un cliché pour un même évènement : il en résulte deux expressions différentes qui révèlent – chacune à leur manière – leur sensibilité. Certains photographes travaillent sur des phénomènes optiques provoquant l’éblouissement. Le vocabulaire plastique de l’invisible photographique se déploie autour de l’agrandissement, la découpe et le prélèvement. Enfin, des net-reporters infiltrent les cybermondes pour en restituer des représentations du « jamais vu ».

À partir d’études de cas précis, il s’agit de déployer toute une typologie des formes d’invisibilité allant du non-vu qui s’applique plutôt à la technique jusqu’à l’anti-visible, lié à l’anthropologie visuelle.

 
 

Patrick Bailly-Maître-Grand & Laurence Demaison à la Filature, le 02. 11.11

En préambule de l’exposition de Patrick Bailly-Maître-Grand & Laurence Demaison, j’aurai le plaisir de donner une conférence le 2 novembre 2011, à 18 h. à la Filature (Scène nationale de Mulhouse) sur l’invitation de Anne Immelé (école supérieure Le quai / Université de Mulhouse).

Patrick Bailly-Maître-Grand & Laurence Demaison : regards dans la même direction, vers l’invisible

Laurence Demaison, Saute d'humeur, 2004

Le temps d’une rencontre inédite, les œuvres photographiques de Patrick Bailly-Maître-Grand & Laurence Demaison font d’abord apparaître des points de vue divergents. Un examen plus approfondi fait pourtant émerger des connivences qui ne demandent qu’à être mises en lumière. L’union de ces deux artistes produit une charade visuelle nous faisant pénétrer dans une réalité mystérieuse parcourue d’illusions sans retouche.

Mon premier est un physicien du regard élaborant, depuis les années 1980, d’ingénieux stratagèmes optiques comme pour « retrouve[r] le sérieux qu’enfant, on mettait dans ses jeux » selon les mots de Nietzsche. Adepte des tours de passe-passe visuels, il réalise quantité d’expérimentations autour de la transparence et des effets de transfiguration, prônant une esthétique spectaculaire par nature. Alors que ses œuvres sont présentes dans les plus grandes collections internationales (Moma, Museet for Fotokunst, Centre Pompidou entre autres) l’artiste joue avec les réminiscences de l’histoire de l’art, puisant parfois également son inspiration dans la brocante de sa mémoire.

Mon deuxième fonde sa pratique sur l’examen sensible de ses états d’âme, faisant de l’autoportrait un support de réflexion depuis les années 1990. Son corps paraît soumis à des forces et des attractions variées, la menant à explorer ses zones les plus intimes.

Patrick Bailly-Maître-Grand, Poussières d'eau, 1994

Mon tout explore une sublimation possible du quotidien. En prenant à bras le corps une physique des sensations, Patrick Bailly-Maître-Grand & Laurence Demaison nous donnent accès à une part invisible de notre environnement. L’être se dissocie en pièces de puzzles. La cercle d’un CD se mue en astre lunaire. L’apparence des objets et des corps varie au contact d’étranges ondes qui les métamorphosent ou les masquent. Une brèche s’ouvre dans la poésie de leurs univers. Si l’art et l’amour réveillent l’exaltation de la vie, alors l’amour de l’art produit chez eux un précipité de la vie qu’ils partagent. Faire l’expérience de pratiques différenciées qui, pourtant, finissent par se rejoindre, c’est révéler la richesse expérimentale qui émane de leurs deux pratiques.