Immersion sensorielle : Silent Movie de Laurent Grasso

Laurent Grasso, Silent Movie, 2010, vue d'exposition à la galerie "Chez Valentin"

Laurent Grasso, Silent Movie, 2010, Vue d'exposition à la galerie "Chez Valentin"

La galerie Chez Valentin présente jusqu’au 13 novembre 2010 un curieux dispositif réalisé par Laurent Grasso dans le cadre de la 8ème édition de Manifesta à Murcia (Espagne) : Silent Movie. Serait-ce un hommage à l’installation éponyme de Chris Marker (1995, Wexner Art Center for the Arts) elle-même conçue pour honorer la mémoire des films muets ? Une fois de plus, « l’œil mécanique » de l’artiste nous mène alternativement en bateau et sur les terres de Carthagène, faisant fructifier l’éventail de nos perceptions mentales au contact d’étranges constructions défensives. Où est le réel ? Immédiatement, le regard du spectateur se confond avec celui de la caméra, partant à la recherche des moindres saillies de ce paysage. Il pénètre au sein des tranchées comme si elles avaient été creusées par un autre œil, scrutant la possibilité d’un sens. Des vues à regard d’aigle alternent avec d’autres visions… entoptiques (à l’instar de son travail intitulé Vertigo) ? Le crépitement des petits assauts répétés par les vagues contamine par moment l’écran format cinéma, nous faisant penser que l’agglomération temporaire puis le détachement des cellules pixellisées provient directement de notre œil. Mais non, ce n’est que la beauté de la mer calme… frémissante ? Elle berce en même temps que l’énigme se consolide, inquiète. Laurent Grasso est un fabricant d’émotions duplices… peu importe comment il y parvient (vidéo, installation, supports du passé, dessins, photos, etc…), le regard, l’imaginaire et l’affect y sont emportés.

Il se dégage de Silent Movie (2010) une physicalité particulière, comme si cette œuvre était chargée des ondes attractives dont Laurent Grasso, lauréat du prix Marcel Duchamp 2008, semble connaître certaines formules magiques. Il ne s’agit pas de distiller un message mais, simplement, de faire calmement monter la tension chez le spectateur pris dans les rets de cette histoire. La dimension narrative est ouverte par les images suspendues, comme répétées, articulant des jeux de retours entre passé immédiat et présent. Mise en situation de non évènements ? Force est de reconnaître que le rythme est tranquille, le temps des plans étiré. Les vues sont prolongées de manière à ce que le spectateur s’imprègne des atmosphères, des environnements. L’attention est pourtant maintenue en éveil. On dirait que tout est possible.

Le déplacement, la multiplication des angles de vue sont au centre de cette pratique discursive. Le plasticien module l’effet engendré. Un bruit de fond, sourd, accompagne notre progression dans ce parcours. Pour Laurent Grasso, c’est « comme si le monde était devenu totalement subliminal : une absence de repères, une fiction permanente et la recherche de tous les phénomènes qui peuvent contenir différentes possibilités dans la réalité. On n’est plus ni dans le rêve, ni dans l’imaginaire, mais seulement dans des prélèvements de morceaux de réel qui contiennent de la fiction, des possibilités, et qui peuvent générer différents types de rapport chez le spectateur. »[1]

Laurent Grasso, Silent Movie, 2010, vue d'exposition à la galerie "Chez Valentin"

Paradoxalement blotti à l’intérieur des constructions militaires, le champ de vision paraît cependant vaste. Rien à voir avec les meurtrières des châteaux permettant d’observer sans être vu. Le rectangle de vision est spacieux, juste rogné, séparé par l’architecture singulière de l’édifice. Le cadre paraît redoublé. Comme un hypercube déplié dont on voudrait apercevoir toutes les faces, l’œuvre de Laurent Grasso multiplie les perspectives sur son objet pour les réunir au sein d’une intrigue dont le silence est parfois altéré par les autres spectateurs… Est-ce à dire que cette œuvre récente serait déjà victime de son succès, captivant un public très large ? La pièce demeure remarquable dans sa faculté de nous mettre en relation avec des lieux paraissant inaccessibles, d’instaurer des mises en situation pensées conjointement avec l’irrationnel, nous téléportant d’un endroit à l’autre, dans les cryptes de la perception.

Informations supplémentaires sur le site de la galerie :

http://www.galeriechezvalentin.com/fr/expositions/2010/silentmovie/

Expositions récentes de Laurent Grasso :

-“Sound Fossil “, Galerie Sean Kelly, New York, U.S.A, du 11 septembre au 23 octobre 2010.

-“Memories of the future “, Leeum, Musée d’art Samsung, Séoul, Corée du Sud, du 26 août 2010 au 13 février 2011.

-“The birds “, Saint Louis Art Museum, Saint-Louis, U.S.A, du 16 juillet au 10 octobre 2010.

-“Nomiya”, Toit du Palais de Tokyo, Paris, France, jusqu’au 30 mars 2011.

-“Manifesta 8 “, Murcia, Espagne, 2 octobre 2010 au 1er janvier 2011.

-“De leur temps 3ème édition, 10ème anniversaire du prix Marcel Duchamp”, Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg, France, du 5 novembre 2010 au 18 février 2011.


[1] Laurent Grasso, propos recueillis lors d’un entretien, 15. 04. 2008


1 réflexion sur « Immersion sensorielle : Silent Movie de Laurent Grasso »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.