Bettina Rheims l’œil de Paris

Rose, c’est Paris. La Joconde du métro. Métro, ligne 9, mars 2009 © Bettina Rheims. Courtesy Galerie Jérôme de Noirmont, Paris

Rose, c’est Paris marque une quintessence dans le travail photographique de Bettina Rheims, entrepris dès 1978 avec la série Strip-tease puis avec Female Trouble, à la recherche du « côté double » de ces images « à la fois féminines et masculines, dures et tendres » (selon les propos de C. Deneuve). Mais dans ces clichés noirs (peuplés de vanités) et blancs (imprégnés du souvenir duchampien de Rrose (vs Eros) Sélavy), c’est sa propre vie qu’il s’agit cette fois de mettre à nu, bien que Bettina Rheims connaisse l’art délicat de disposer l’intimité dans un écrin de mystère.

Le fil d’Ariane se tisse autour de 110 photographies accompagnées d’un film de Serge Bramly retraçant l’histoire d’un Fantômas d’un genre nouveau, où le dandy est une jeune femme « B » (comme Bettina ou Bramly) à la recherche de sa sœur jumelle « R » (celui de l’autre Rrose ?). Quel décor à ces lettres capitales ? Un Paris surréaliste, un Paris secret, labyrinthique et envoûtant, qui exhale un merveilleux énigmatique, atemporel. Jeux d’échecs, de réussites ou de dames ? Bettina Rheims avance masquée, déplaçant ses mises en scène fantasmagoriques au cœur de treize tableaux vivants.

Explorer une telle exposition hybride, c’est découvrir la profondeur de ce cadavre exquis à quatre mains où les spectres ont pris corps. Pythie, mariée, jumelles, jongleuse et autres muses inquiétantes sont incarnées par des actrices, modèles, célébrités et proches de la photographe. D’où vient la fascination pour ces atmosphères théâtrales ? Les intrigues jalonnent la trame narrative. Allusion à la disparition temporaire de la Joconde, volée par un vitrier en 1911, une image la montre ressurgie aujourd’hui dans un métro désert… Minotaure en smoking, caducée, soigneur de gravité : autant d’apparitions qui surgissent comme les concentrés liquoreux d’un art dont la beauté nous est offerte avec les épines. Sur fond de pierre de rêve, Bettina Rheims nous engage sur le « tapis roulant » (comme Aragon aimait à définir le mythe) du temps et sur les liens du sang. « Il se peut que la vie demande à être déchiffrée comme un cryptogramme » écrit André Breton, dans Nadja. S’inscrivant dans la filiation de cette maxime, Bettina Rheims est parvenue à lui conférer une dimension immortelle.

Rose, c’est Paris

Bettina Rheims et Serge Bramly

BnF Richelieu – galerie de photographie.

8 avril – 11 juillet 2010



Citer ce billet
Muriel Berthou Crestey (2010, 26 juin). Bettina Rheims l’œil de Paris. LE REGARD A FACETTES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjxn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.