Conférence de Marco Lavit auprès des étudiants du DSAA Mode – Prospective (1) de l’Ecole Duperré

Dans le cadre du cours d’histoire des arts à l’école Duperré, nous avons reçu Marco Lavit, architecte et designer. Fondateur de l’agence éponyme créée en 2014 avec un parti-pris cosmopolite, il engage un dialogue entre Paris et Milan tout en s’inspirant des autres cultures. Il allie les partis-pris de simplicité esthétique des pavillons de thé japonais avec une observation attentive des trabucco, ces cabanes de pêcheurs sur pilotis emblématiques de la côte italienne. Son travail s’inscrit dans une optique résolument pluridisciplinaire associant l’architecture, la scénographie, le design d’objet et d’espace, avec des incursions dans le champ du mobilier, des ecolodges, du design textile également. La variété de ses inspirations permettra aux étudiants de 1ère année du « DSAA Mode – Prospective, matériaux, art de vivre » de réaliser un moodboard qui découle de l’observation de ses créations, à partir des références à l’histoire des arts dont l’architecte s’inspire.

 ©ATELIER LAVIT

Marco Lavit s’est notamment fait remarquer pour sa Venezia Lounge Chair à la Milan Design Week, véritable manifeste en faveur d’un classicisme et d’un modernisme réinventés, d’où sa place au sein de l’exposition rétrospective de Le Corbusier au Centre Pompidou en 2015.

Autour de l’idée d’atelier et de laboratoire se sont construits des projets alliant flexibilité et adaptabilité élaborés au cas par cas en fonction des demandes privées variées et de commandes de mobilier notamment pour « Living Divani » (avec le fauteuil Lemni qui est notamment chez My Design à Paris et qui a reçu le prix « Elle Deco International Design Awards » 2022).

Lors de cette présentation, Marco Lavit est revenu sur la genèse de ses différents projets afin de restituer l’évolution de son regard, depuis ses années de formation jusqu’à la conception de cabanes dans les arbres. Celle-ci s’effectue parfois en concertation avec des botanistes qui vérifient la faculté de développement des végétaux. Ainsi peut-on parler d’architecture vivante pour qualifier ses interventions dans les airs ou sur l’eau, nouveaux nids réinventés à l’échelle humaine tout en s’inspirant du biomimétisme des oiseaux. Citons en particulier les cabanes conçues pour le château de Raray ou celles du lac de la Lionne (2017).

©ATELIER LAVIT

En donnant une large part à l’artisanat d’art dont il valorise les savoir-faire au sein de ses créations, les projets de Marco Lavit font état d’une sensibilité aux enjeux environnementaux. De plus, ses plateformes flottantes proposent une expérience immersive avec et dans le paysage. Elles permettent d’investir des matériaux naturels et des gestes artisanaux qui se réinventent au contact des environnements, tels que la technique du bambou tressé pour le projet à Port Louis, sur l’île Maurice.

©ATELIER LAVIT


Citer ce billet
Muriel Berthou Crestey (2022, 2 novembre). Conférence de Marco Lavit auprès des étudiants du DSAA Mode – Prospective (1) de l’Ecole Duperré. LE REGARD A FACETTES. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tk1f

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.