Le Bout des Bordes, n°15

Supervisé par Kristell Loquet dont l’œil bienveillant ouvre le 15ème numéro, cette dernière livraison du Bout des Bordes se présente comme un précipité de créations, d’envies, de rapprochements, de souvenirs et d’idées autour desquelles Jean-Luc Parant a gravité entre le 29 octobre 2011 et 2021. Invitant selon ses principes d’autres sensibilités à investir ce gros volume constitué au gré des amitiés, des rencontres, du hasard et des nécessités, ce journal de sa vie fait naturellement ressurgir Robert Combas, concentré d’énergie à l’instar de ses deux félins, intrépides acrobates de l’atelier venant s’enchâsser dans les toiles du maître, devenus motifs ahuris. Jean-Luc Parant explique, p. 368 : « Créer avec Robert Combas c’est comme renaître avec d’autres yeux et d’autres mains, c’est faire exister en moi celui qui a vu et touché ce que je n’ai moi-même jamais vu ni jamais touché. Comme si je voyais et que je touchais alors un monde que je ne connaissais pas, un monde qui était le monde, pas plus éloigné de moi que les œuvres de Robert Combas le sont sous mes yeux et sous mes mains. »

Jean-Luc Parant, Robert Combas et Pierre-Alain Challier. Exposition “ENTRE QUATRE ZIEUX”, 2019. Photo : ©théo Pitout

Gros plans sur certaines boules repeintes par d’épais motifs aux cernes marquant les yeux des pieuvres… D’autres créatures mutantes prennent vie sous le pinceau jadis trempé dans la « figuration libre »… Ce sont deux inventeurs de mouvements, de gestes, de réalités qui se rencontrent. Ailleurs, un tableau pleine page : « Portrait de Jean-Luc Parant en cocotte-minute qui va exploser d’une minute à l’autre ! Il peint mais brûle » (acrylique sur toile, 2019). L’amphore de Combas laisse apparaître de part et d’autre deux drôles de volatiles, les yeux fixes, et le mouvement du temps, avec de grandes figures rouges animées (certaines pourvues de becs d’oiseaux et de hauts talons).

Vue de l’exposition « Entre quatre zieux », 2019 de Robert COMBAS et Jean-Luc PARANT – Courtesy Galerie Pierre-Alain CHALLIER

Autres photos d’expo et collections d’instantanés : « Éboulements » (musée des Beaux-arts de Chambéry, 2015) : all-over d’images et de sensations du sol au plafond ; photos de performances de l’artiste accompagné de Léonard, son petit-fils au piano…

Puis d’autres artistes, d’autres textes, d’autres œuvres déboulent dans cet espace éditorial où rien n’est figé. Les réflexions de Salah Stétié (« Hypnos, yeux mi-clos »), celles de Yan Fabre (livrant des extraits de son Journal de nuit), de Marc Desgranchamps, Philippe Cognée ou de Valère Novarina, les enquêtes anthropologiques de Marie Morel sur l’amour physique prennent la forme alternativement de textes ou d’images. Suites de réflexions – in progress – sur l’art et la création. Ben se transforme en père Noël échangiste lorsqu’il écrit à Parant. Autre hommage explicite du niçois à cet être bicéphale mi graphomane mi scopophile : « J’ai les boulles » (la faute fait partie de l’œuvre…) ou encore « Au secours j’ai plus de place » (2019). Le ton est bon enfant, décalé, subversif.

Le fantôme de George Pérec visite une œuvre co-réalisée avec Titi Parant ; celui de Raymond Queneau exhume certaines pratiques canines universelles pour marquer le territoire. Les boules en terre de J-L. Parant manuscrites par Michel Butor (p. 570) rappellent que la chronologie n’a plus cours quand il est question d’inventivité. Des artistes de sa collection (E. Arroyo, p. 634, Denise Aubertin, p. 621, Paul Eluard, p. 453, Christo et Jeanne-Claude, p. 466) se mêlent aux courriers de Jean Dubuffet (p. 488 : « 8 juin 1975. Chers Jean-Luc et Titi Parant, Je suis très enthousiaste des horloges d’amour, et des Boules et des Yeux. Je regrette de ne pas vous avoir vus quand vous étiez à Paris, je souhaite qu’une autre fois nous nous rencontrions ; mais aussi les rencontres IN PERSONNA ne sont pas tellement utiles ; il arrive qu’elles ne le soient pas. Je vais tâcher de me procurer de ces textes publiés (semés au vent) […] ».

Au fil des pages se découvrent d’autres poèmes de l’auteur et de ses invités : Alain Jouffroy avec l’un de ses derniers textes écrits à l’attention de J.L. Parant en 2015 « la Terre n’est pas ronde », Lydie Parisse rend hommage aux fées des fontaines, Nelly Crestey à Van Gogh dans un dialogue entre les pigments et les émotions. Jean-Luc Parant y répond avec l’éclat d’un tableau de jeunesse, donnant finalement moins l’image de tournesols que de soleils…

À côté des photos de boules en papier entassées comme dans la corbeille géante d’un écrivain exigeant qui accumuleraient les boulettes froissées et les repentirs (« Le Voyage des yeux » exposé dans « La Beauté in Fabula »), Jean de Loisy en vient à conclure (p. 396) : « [..] les interrogations et les réponses suggérées dans l’œuvre de cet artiste sont sérieuses, existentielles. Il s’agit de reconstruire un monde tel que nous l’explorerions si nous le voyions pour la première fois et aucune pierre ne doit manquer pour marquer ce territoire. Ainsi arpenté par l’imaginaire de l’artiste, cet enchaînement incompréhensible de causes et d’effets, d’êtres et de choses, cette configuration longtemps incompréhensible devient enfin habitable. »

Manque les petits ronds tremblants de Jean-Luc Parant sur la page de garde, comme ceux de la dédicace qu’il avait dessinée sur cet autre livre qu’il m’avait offert – immense collection d’herbiers poétiques et autres partitions de rêves agglomérés : Mémoire du merveilleux


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.