Intervention de matali crasset auprès des étudiants en CPGE de l’Ecole Duperré

Designer française reconnue internationalement pour l’aspect novateur de ses propositions alliant créativité, humanisme et convivialité, matali crasset s’affirme depuis les années 1990 comme une créatrice polymorphe. Lors de cette présentation à l’École Duperré, elle a partagé sa vision de l’histoire du design avec les étudiants de CPGE tout en revenant sur la genèse de plusieurs de ses créations emblématiques, en particulier “Quand Jim monte à Paris” (1998) ou encore l’hôtel “Hi Matic” (2011), offrant ainsi un regard personnel et audacieux sur la thématique annuelle du concours de l’ENS « De l’Objet à l’environnement » qui résonne particulièrement bien avec son univers. Elle a abordé avec beaucoup d’émotion l’expérience décisive de sa formation à l’ENSCI / Les Ateliers puis sa collaboration avec Philippe Starck ; elle a expliqué également ses processus de création appliqués à des projets plus récents, en particulier sa création in situ pour l’ENS Paris- Saclay intitulée “L’Archipel tonique” (réalisée dans le cadre du 1% artistique en 2020). Son vocabulaire plastique s’y développe à une grande échelle. matali crasset parvient alors à marier sa gamme chromatique intense et vive en élevant le défi de la modularité à son paroxysme. C’est cet univers ludique, simple et frais, immédiatement reconnaissable qui fait sa signature bien qu’elle varie systématiquement les logiques d’intervention, au cas par cas.

matali crasset, L’Archipel tonique, îlots de générosité et de confort
Commande dans le cadre du 1% artistique de l’ENS Paris-Saclay 2020.

La transmission et l’empathie sont au cœur de la démarche de cette designer unanimement saluée et récompensée (élue notamment « Créatrice de l’année par le salon du meuble de Paris » en 2006) ; lors de cette intervention à l’École Duperré, elle a su communiquer son énergie ainsi que l’effervescence qu’elle déploie dans tous ses projets auprès des étudiants de CPGE puisqu’elle intervient non seulement dans le champ du design industriel en concevant des objets pour les plus grands éditeurs (Campeggi, Le Buisson, Danese, Domeau & Péres) et marques (Seb, Artémide, Ikea) mais aussi dans celui du graphisme, de la scénographie d’exposition et d’architecture.

Si ses idées d’objets naissent parfois en observant les besoins de ceux qu’elle aime, c’est parce qu’elle a fait de l’accueil, de l’adaptation et du partage des principes de vie et de création. Ainsi a-t-elle expliqué comment la forme se réinvente pour répondre à de nouvelles fonctions ; ses idées naissent parfois d’une observation ou d’une envie de changer les normes, car matali crasset parvient à faire évoluer des codes qui semblaient pourtant immuables. Un entretien avec la designer a permis de prolonger la présentation de son univers, puis un échange a donné la parole aux étudiants, en leur offrant l’occasion de poser les questions qu’ils avaient préparé à partir des analyses d’œuvres et des commentaires de textes précédemment réalisés en cours.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.