Dialogue à quatre mains à la galerie « Camera obscura »

Sarah Moon, Coquelicot. 1998 Tirage charbon couleur 58 x 44 cm.

Les photographies de Sarah Moon ont le charme d’anciens miroirs dont le tain en partie corrodé libère l’objet de sa fonction pour devenir simple sujet de contemplation. Les effets du hasard et du temps s’y révèlent. Ses images s’émancipent de leurs sujets. Ainsi, des bouquets de fleurs représentent – sinon la nature – des allégories de la grâce ou de la vie, peut-être… Les mariages chromatiques des pivoines, pavots et tulipes les font basculer dans un univers parallèle qui ressemble à la peinture. Ses photographies donnent une impression de mouvement quand une baigneuse s’immobilise. Ici se joue la rencontre avec l’univers pictural et instinctif d’Ilona Suschitszky.

Ilona Suschitszky, Bouquet, 2017. Dessin, fusain. 57 x 82cm.

Dans ces représentations où l’évanescence se dispute à la beauté, les champs picturaux et photographiques se fertilisent. La peintre déploie des projets minutieux, délicats, où la broderie vient apporter un rythme différent aux livres ainsi ponctués de petites saillies vermillon. La photographe conjure la fixité de son médium par le floutage des contours. Indéniablement, des secrets d’ateliers s’y jouent, s’inscrivant par là-même dans la tradition des peintres. Leurs œuvres ont – avant tout – pour point commun d’être gracieuses mais aussi froissées, comme on le dirait de manière figurée d’une personne blessée qui veut sauver les apparences. Sarah Moon parvient à photographier le rouge, plus encore que la fleur de coquelicot. Le tirage charbon donne à cette composition uniflore une radicalité manifeste.

Vues de l’exposition à la galerie Camera obscura, 2018.

Une dimension narrative émane forcément dans l’évanescence des silhouettes, la superposition de textures venues l’on ne sait d’où, la nature enfin, dans ses plus belles parures. Si l’on avait déjà eu un aperçu de la relation artistique qui unit depuis longtemps les deux artistes lors de l’exposition « Alchimies » à la Grande galerie de l’évolution, elle s’exprime ici avec une logique désarmante, où un médium s’imprègne des codes de l’autre pour détourner le classique vers l’étrangeté. Dans le projet « Hidden », la peintre réinterprétait déjà la photographie de S. Moon en dessin… La rencontre peut se rejouer puisqu’elles partagent certainement un même objectif : réenchanter un monde quand bien même il conserverait les stigmates – cachés ou pas – de ses afflictions. Le frôlement des lumières participe de ces histoires denses et grainées, souvent mélancoliques, mais chaque fois d’une grave beauté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.