Claude Iverné à la Galerie Agathe Gaillard

L’objectif de Claude Iverné est-il de nous promener dans ces chaudes contrées qu’il arpente depuis de nombreuses années ? L’horizon recouvre une continuité dans un sobre photomontage associant deux photographies – légèrement disposées en décalage – d’un désert distant. Quelquefois, les perspectives s’écrasent. Loin de la démarche du reporter, le photographe français ne se contente pas de documenter la réalité difficile du Soudan dont il est le témoin, encore moins d’en révéler une vérité.

Ses images – personnelles sans être jamais narcissiques – expriment davantage des « Choses vues » à une échelle précise. Quoi qu’il en soit, elles rappellent l’ambiance dix-neuvièmiste des vues de M. Du Camp : en Nubie (l’actuel Nord-Soudan) : « On rame en chantant » écrit-il dans une correspondance à Théophile Gautier… La référence à Jean-François Champollion guide alors les écrivains-voyageurs dans leurs parcours. L’authenticité des images de C. Iverné relève peut-être de l’attention avec laquelle il restitue les grains de peau, le détail des points d’une couture.

Claude Iverné, Barbier & Salon de coiffure, tribu Zaghawa, Geneina, Darfour ouest, décembre 2005

Simplement, il se trouvait là, à l’instant t, chez ce barbier soudanais au décor hétéroclite un jour de décembre 2005 (tribu Zaghawa, Geneina, Darfour ouest). Les meubles peints dans une homogénéité de coloris vert d’eau créent des jeux de cadres enchâssés. Une route ne mène à rien sinon une surface redécouverte à la verticale. Le proche et le lointain peuvent-ils se rencontrer ? Les ruines d’une cafétéria à Khartoum (juin 2001) ont conservé des bribes de grands trompe l’œil aux graphismes de bouteilles de coca. Ses belles images concentrent les références complexes qui animent des lieux de l’entre-deux. Tradition et fantasme occidental se font la part belle sur ces terres ambiguës innervées de sous-entendus.

Claude Iverné, Vestige d’une cafétéria / Jardin du 6 avril / Khartoum / Juin 2001

Dans son approche empirique, C. Iverné adopte parfois une position de surplomb : on l’imagine approcher à pas feutrés pour saisir l’inattendu au flanc d’une montagne, à moins qu’une mise en scène ne vienne immortaliser la solennité d’un événement (par ex. « Cérémonie de remise de diplômes d’apprentis, centre de formation Saint-Vincent-de-Paul. Sœur Emmanuelle/Quartier Lologo/Juba, décembre 2015 »). Au plus près du réel ou de ce qu’il en a vu, il saisit deux silhouettes en plein milieu des dunes, surplombant une caravane de chameaux au repos. S’approche-t-il davantage pour saisir les points piqués d’une poche grossièrement plaquée et les boutonnières un peu trop grandes ? Ou est-ce la grande croix translucide qui l’intéresse ? C’est bien elle qui achève ce chapelet porté sur un cou hors-champ. Le banal est un terrain privilégié pour C. Iverné qui parvient à restituer le travail de la main quand elle crée, sème ou récolte (par exemple la gomme arabique).  Au sous-sol, un espace dédié à la vidéo suggère des gestes domestiques – parfois artisanaux ? – tout en préservant le mystère de leur exécution. Après un « Hommage [réussi] à la beauté », Fiona Sanjabi qui perpétue la galerie Agathe Gaillard ainsi que son équipe, parviennent à en poursuivre le goût esthétique tout en proposant une impulsion nouvelle.

Claude Iverné, Mnaïma Adjak / Tribu Shenabla / Clan Awasma / Nomade / Kordofan Nord / Août 2001

La scénographie de l’exposition ne sacrifie pas à la beauté des tirages et les baobabs sont judicieusement réservés en vitrines, offrant une avant-scène séduisante à ces images qui, sans chercher à se conformer à des standards, ont un magnétisme simple et discret. A l’intérieur, des imprimés « fusées » ou « Tour Eiffel » décorent les tissus dont on fait les robes et les jupes.  Alors sans doute s’agit-il plutôt de nous faire « rêver, c’est déjà ça ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *