11-13.05. Colloque « Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental »

Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental / Producing the History of Fashion in the West

Colloque international co-organisé par Les Arts Décoratifs, le CERHIO-Rennes – UMR CNRS 6258, l‟IRHiS – UMR CNRS 8529, et à l‟initiative du Groupement d‟Intérêt Scientifique « Apparences, corps et sociétés » (dir. Jean-Pierre Lethuillier)

Programme du colloque

Mon intervention « Histoire et mode : une symbiose photographique » aura lieu le 11 mai, dans la section « IMAGES ET HISTOIRES DE LA MODE / IMAGES AND HISTORIES OF FASHION »

Constantin Joffé, Vogue, mai 1944
Constantin Joffé, Vogue, mai 1944

Résumé.

Quels sont les facteurs culturels constitutifs de l’histoire de la photographie de mode ? Les sites choisis pour la prise de vue jouent parfois le rôle de marqueur historique. En 1941, Cecil Beaton photographie un mannequin du Vogue britannique vêtu d’un tailleur de tweed crée par Digby Morton ; elle pose devant les ruines d’un temple londonien, conséquence des bombardements de la seconde guerre mondiale. En France, Constantin Joffé opte pour une stratégie similaire, plaçant l’image d’un paysage dévasté par la guerre en arrière-plan. En établissant la chronologie des parutions portant sur l’histoire de la photographie de mode au cours de la seconde moitié du vingtième siècle, j’analyserai les critères efficients (paramètres techniques, esthétiques, choix des photographes) dans la réception des photographies de mode entre 1940 et 1960. Les supports éditoriaux (catalogues d’exposition, essais, répertoires, albums) nous renseignent également sur la considération de ces images.

91w07ryN3BLComment l’histoire de la mode s’intègre-t-elle dans celle de la photographie ? J’étudierai les parutions concomitantes afin d’en saisir les mouvements culturels : la publication autrichienne Modefotographie. Von 1900 bis Heute, en 1990 peut être mise en perspective avec l’ouvrage américain The Idealizing Vision. The Art of Fashion Photography (Aperture, New York, 1991) et avec Apparences. La Photographie de mode depuis 1945 publiée par Martin Harrison (Le Chêne, 1992), voire avec Vanités. Photographies de mode du XIXème et XXème siècles (1993). Quelle est la place octroyée aux photographes de mode issus du « groupe des XV » (Philippe Pottier et les frères Séeberger 2ème génération) dans ces éditions ?

Il s’agit de se focaliser sur l’origine et la source de ces publications (notamment le Festival international de mode et de photographie, Hyères, la Fédération française de la couture, du prêt-à-porter, des Couturiers, les initiatives individuelles d’auteurs ou les institutions et certains magazines tels que Vogue, Camera Work, Vanity Fair ou Elle). Chaque fois, les intentions diffèrent, cadrant parfois la politique éditoriale sur un accessoire (Le Jeans, Galliera, 1997) ou un créateur, construisant progressivement une histoire de la mode façonnée par le regard des photographes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *