Conférence « Andy Goldsworthy: apprivoiseur d’éphémère », Festival de l’Histoire de l’art, 01.06.13

Festival de l’Histoire de l’art, Fontainebleau

Andy Goldsworthy, apprivoiseur d’éphémère

1er Juin, 15h.30-16h.30, Théâtre de l’âne vert

« Ce n’est pas du tout pareil de confectionner une sculpture éphémère et d’en faire une qui reste visible tout le temps […] [La photographie en conserve alors une trace]. Il y a dans ce procédé, une intensité que je ne ressens pas lorsque j’accomplis un travail fait pour durer. »

Andy Goldsworthy, Arche, p. 16.

Andy Goldsworthy, Août 87 - Feuilles d'Iris agrafées entre elles par des épines remplies en 5 endroits par des baies de sorbiers/attaque de poissons par en dessous/difficile de conserver toutes les baies becquetées par des canards.

Pour mettre en oeuvre une « subsistance de l’éphémère »[1], le Land Art donne l’opportunité de prolonger les cycles de la nature. La photographie offre un point d’orgue au geste de l’artiste en perpétuant les installations parfois fragiles d’Andy Goldsworthy, faisant d’un acte révolu un présent dont il s’agit de contempler les métempsychoses.

Andy Goldsworthy a fait de l’instant et du temps des partenaires voués à parachever ses créations : il lance des poudres colorées qui s’estompent dans les airs, place sur la surface d’un lac des feuilles d’iris agrafées avec des épines qui se délitent progressivement sous l’attaque des poissons. Enfin, il sculpte la glace pour en faire des mausolées à l’éternel. Le land artist a construit des œuvres qui empruntent leur temporalité à la nature. Ainsi marque-t-il l’avènement d’une autre beauté, celle dont Charles Baudelaire affirmait la dimension « transitoire, fugitive, contingente » qui est « la moitié de l’art » [par opposition à] l’autre moitié [qui] est l’éternel et l’immuable. » (Cf. Les peintres de la vie moderne). Regarder une photographie de l’une de ces installations précaires, c’est s’inscrire en deçà du « ça a été » barthésien, pour réitérer l’action, mentalement et la revivre au présent. Le temps dans l’œuvre (ses transformations, sa déliquescence) se dissocie alors du temps de l’œuvre (et ses possibles extensions via la photographie). Le passage d’un médium à un autre transforme alors ses modes d’inscriptions temporels. « Il n’est pas nécessaire que la photographie se fane et tombe comme une feuille pour que le changement soit intégré dans le travail photographique »[2]. L’étude portera sur ces zones de frictions temporelles à partir des « lieux de temps » dissociés par Jean-François Lyotard, à savoir les temps de production, de consommation et celui auquel l’œuvre se réfère, dont elle constituera bientôt une nouvelle épiphanie.

Muriel Berthou Crestey


[1] Michel Ribon, L’Art et l’or du temps, Essai sur l’art et le temps, Paris, Kimé, p. 162.

[2] Charles Auquière, La Nature photographique d’Andy Goldsworthy, Paris, La Lettre volée, 2002, p. 9.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.