Ange Leccia : Nuit bleue

S’inscrivant dans le sillage d’une démarche plasticienne, Nuit bleue – le dernier long-métrage d’Ange Leccia – est visible à l’Espace Saint Michel depuis le 13 avril 2011. De précédentes œuvres s’y intègrent délibérément comme pour exalter la dimension hybride d’un nouvel « arrangement » adapté cette fois au cinéma. Originaire de l’île de beauté, l’artiste s’affirme à nouveau comme « un grand décélérateur » en cette ère de la vitesse dénoncée par Virilio. Les scènes paraissent souvent en suspension. A contre courant des pratiques traditionnelles, Ange Leccia a pris pour habitude de dévier son art des sentiers battus. Déconstruisant les codes spatiaux-temporels, il fait exploser les cadres et les catégories, entrecroisant la trame narrative avec d’autres pistes d’extrapolation possibles.

 [youtube]https://www.youtube.com/watch?v=N6fBGQepoSs&NR=1[/youtube]

Le film s’ouvre sur une citation du philosophe contemporain Jean Toussaint Desanti : « Celui qui n’accepte pas de se laisser égarer n’empruntera jamais que des chemins déjà tracés : il risquera de manquer celui qui le concernait en propre. A moins qu’il ne sabote tous les chemins, les coupe et les embrouille ». Les points de vue se rencontrent : tableau de bord pris à l’arrière d’une voiture, vision du passager, vue du pare-brise depuis l’extérieur où défilent feuillages, nuages et visages au gré de l’avancée.

Relations croisées entre trois personnages qui ne dialoguent pour ainsi dire qu’avec la musique et les décors où ils évoluent : cavités rocheuses creusées par l’érosion des vagues, chambre peuplée d’écrans ouverts sur un monde intérieur, galeries du Louvre… Mutisme des insulaires. Les routes sont sinueuses. Prise à la verticale, la mer dessine des nervures.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=90qzvEuZmxs[/youtube]

Les explosions sont envisagées comme des ponctuations. Les cataclysmes de la nature sont des manifestations spatiales montrant l’intériorité des personnages qui jouent parfois leur propre rôle. « Il y a création quand la vérité s’institue dans l’œuvre et déploie son être comme combat » écrit Heidegger (Chemins qui ne mènent nulle part). La charge poétique qui imprègne le projet d’Ange Leccia est porteuse d’une vérité.

L’artiste fait de la mer un des protagonistes les plus expressifs de ses tableaux cinématographiques. D’ailleurs, il a souvent intégré les vagues de la Méditerranée dans ses créations, jusqu’à en faire une pièce essentielle de son vocabulaire. Dès ses premières œuvres, en 1971, Ange Leccia conçoit une projection des reproductions de peintures de primitifs italiens sur le ressac. Pensionnaire de la Villa Médicis en 1983, il fait apparaître, à l’inverse,  le mouvement des vagues sur la surface des architectures romaines qui l’accueillent.

Ange Leccia déconstruit le schéma narratif : la situation initiale dans laquelle une personne a disparu en mer n’évolue pas. Le rythme est sans cesse troublé, passant du calme à l’agitation des détonations. Mais aucune péripétie n’est clairement explicable. Le récit est une succession de scènes qui se répètent et intercalent quantité d’écrans entre la narration et le continuum logique. Tous les codes du film d’action sont présents (hélicoptère, gyrophare, présence policière, lumières nocturnes, courses, suspense…) bien que rien de visible ne justifie leur déploiement. Ce traitement singulier d’un récit où le destin des êtres paraît aussi aléatoire que celui des cartes dans une partie de poker concourt à faire du quotidien une zone ambiguë. Les séquences tournent volontairement à vide de sorte que le spectateur puisse projeter ses propres impressions sur les scènes répétitives. La porte de l’interprétation reste ouverte.

Le film est constamment nourri par un traitement pictural et plastique d’une grande force. Les interfaces à travers lesquels il montre les paysages (vitres, écrans, références, extraits de films enchâssés dans l’imaginaire collectif), brouillent en partie la vision, la perturbent, remettent en question nos perceptions. Les acteurs deviennent des personnifications.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=vWOzPk-dXik[/youtube]

La jeune femme permet la convergence de plusieurs sens : la vue, quand au début, elle regarde La Barque de Dante (Delacroix) au Louvre comme un prolongement de ce qu’elle entend, par l’intermédiaire de son téléphone portable : « Jean a disparu ». Alors, sur le tableau, l’écume contamine progressivement le personnage qui semble se débattre. Le toucher, lorsque, arrivée sur les lieux, elle effleure le rocher. Extérieure à l’île, elle nouera une relation triangulaire avec les deux hommes.

Les personnages tiennent la barre, portent des torches, allument des cierges, dirigent les phares, cherchent à se guider mais chacun d’eux semble évoluer seul indépendamment des relations qui les unissent. Il n’y a pas de détermination au préalable. « L’ensemble, écrit Jean Toussaint Desanti, est à la fois très singulier, très corse (paysages, visages, chants, attentats) et totalement universel (l’errance, le choc modernité/tradition, l’absence d’avenir, la jeunesse, l’impossibilité de l’amour…) ».

Les images sont des points d’orgue pour l’émotion resserrée des personnages qu’Ange Leccia a voulu « à la fois héroïques et désespérés », faisant de la « géographie, [du] climat [et de] la culture du Cap Corse » « une représentation de leur univers mental ».

Les écrans de télévision, d’ordinateur, de contrôle sont présents et se multiplient à l’intérieur de celui du cinéma.  Les images fonctionnent en réseau, du psychisme du réalisateur à celui du spectateur en passant par les personnages.



Citer ce billet
Muriel Berthou Crestey (2011, 26 avril). Ange Leccia : Nuit bleue. LE REGARD A FACETTES. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tjyk

Une réflexion sur « Ange Leccia : Nuit bleue »

  1. Vincent

    Bonjour,

    votre analyse est très fine et experte.
    Elle nous fait partager la beauté de ce film.
    Comme vous le dites si justement “la charge poétique est porteuse d’une vérité”.
    En revanche, il me semble que le montage qui produit ce temps flottant ne déconstruit pas la trame narrative, mais au contraire la lisse et lui permet de se fixer dans le moindre petit geste, attitude, etc. Le film porte une attention très vive, il nous semble, à son récit. Il parait ainsi, contrairement à ce que beaucoup de critiques ont perçu, d’une grande limpidité.

    Cordialement,
    Vincent
    http://lederniercoquelicot.hautetfort.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.