Portraits d’écrivains (5 nov. – 20 fév. 2011)

Echelonnée sur une période allant de 1850 à nos jours, l’exposition permet l’alliance entre un lieu – la Maison de Victor Hugo -, des fonds – collections de la MEP associées aux épreuves autochtones mais aussi à celles de Roger-Violet -, et un thème – les Portraits d’écrivains.

La présence de Victor Hugo (notamment photographié par Nadar) vient hanter l’accrochage en filigrane : ouvrant l’exposition, la main de l’écrivain perçue sous l’objectif de A. Vacquerie est encadrée par deux clichés étonnants de H. Manuel, révélant un intérêt certain pour les mains. Clôturant l’exposition, de sublimes tirages par contact viré au platine ont été pris à la chambre par Olivier Mériel dans le but de dresser cette fois des portraits de lieux, à savoir, entre autres, la Hauteville House (1998), maison d’exil du poète à Guernesey. Enfin, le célèbre portrait de V. Hugo sur son lit de mort (A. Harlingue) ayant fait la une de l’Illustration du 30 mai 1885.

Ce parcours s’établit autour de personnalités photographiques aussi différentes que Robert Mapplethorpe montrant William Burroughs braquant son fusil hors champ alors que Carlo Ginsberg le saisit en pleine bagarre avec J. Kerouac. D. Colomb décèle les multiples visages d’Antonin Artaud là où Edouard Boubat présente le regard inspiré de G. Bachelard, E. Cioran, M. Yourcenar ou encore M. Duras. Carlos Freire choisit de poser ses objectifs face à Borges ; Gisèle Freund saisit les expressions de Colette ; Richard Avedon est ému par la détresse d’Ezra Pound ; Irving Penn surprend Truman Capote ; Marc Trivier soutient le regard d’Iris Murdoch ou encore de Philippe Soupault.

D’autres figures tutélaires viennent également occuper ce lieu et partager l’intimité de ces moments privilégiés, faisant de la photographie une forme d’écriture. « Il est parti en laissant un message incompréhensible » précise la légende d’une photo de H. Guibert montrant les lettres déformées sur le miroir d’une salle de bains, vraisemblablement écrites avec de la mousse à raser (1990). Installé à son bureau, J. Kessel pose à côté de son portrait (P. Choumoff). Le vignetage systématiquement employé par K. Tahara donne l’impression d’une série de portraits alors même que chaque personnalité s’affirme dans des situations insolites (B. Lamarche-Vadel, P. Sollers, C. Ollier, C. Simon, A. Robbe Grillet, etc.). Ces photos nous montrent des situations parfois cocasses ou des plus beaux effets (la fumée de cigarette de P. Soupault venant générer un brouillard diffus autour de son visage). Friande de mises en scène, J. M. Cameron cherche à percer, derrière la beauté des poses aux inspirations préraphaélites, un supplément d’âme qui fit son succès de portraitiste dans les années 1870. Le parti pris de classification par auteurs, valorisant le travail des photographes, crée des écarts chronologiques.

Le cheminement établi à partir de ces rencontres est particulièrement agréable. Ainsi peut-on s’amuser à mettre des pensées, des écrits sur un visage et à voir, derrière le portrait de la personne, l’âme du photographe qui s’y dépose aussi parfois.

Liens :

Maison de Victor Hugo (Entrée payante, 6 €, 4, 50 €, 3 €)

Hôtel de Rohan-Guéménée
6, place des Vosges
75004 Paris
Tél. : 01 42 72 10 16

Métro: Bastille, Saint-Paul ou Chemin-vert

Bus: 20,29,69,76,96

Vélib: 27 bd Beaumarchais, 26 rue Saint-Gilles, 36 rue de Sévigné, 11 rue de la Bastille
Ouvert de 10h à 18h du mardi au dimanche.

http://www.paris.fr/portail/loisirs/Portal.lut?page_id=5967&document_type_id=5&document_id=12845&portlet_id=13359


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.