Plans rapprochés sur l’exposition Newera

Jusqu’au 29 octobre, la galerie RX présente un accrochage collectif réunissant un échantillonnage aléatoire d’œuvres polymorphes (photographies, peintures, sculptures, dessins…). Parmi les vingt artistes exposés, plusieurs photographes – notamment Anna Malagrida, Éric Rondepierre et Georges Rousse… – proposent des jeux de dupes perceptifs des plus saisissants.

1. Le regard filtré

Anna Malagrida, Sans titre (Vues Voilées), 2007, Courtesy Gallery RX

De longs rideaux grèges disposés de part et d’autre d’une baie vitrée tel un écran blanc, vertical, d’où émergent des architectures pâles, sommaires, désorganisées ; une collection d’immeubles comme effacée par la lumière ; des bâtiments égarés dans un paysage laiteux… Serait-ce les symptômes d’une surexposition ? Installée en « vitrine » du premier espace, cette œuvre grand format accueille le spectateur intrigué. Plus qu’un face-à-face, cette photo issue de la série des Vues Voilées (2007) d’Anna Malagrida offre une place privilégiée dans une chambre d’un hôtel d’Amman avec vue sur la capitale jordanienne. Au dehors, le spectacle paraît figé, sous l’effet d’un masque intégral. Malgré la douceur des tonalités, ce lieu suscite un sentiment d’inconfort, empêchant la fenêtre de jouer son rôle de transparence. Aux grands plis des rideaux brisant le cadre du panorama, s’ajoute le voile de la pellicule, aveuglée, faisant écho aux images des paysages urbains étouffés par la pollution ou encore aux échecs incontrôlés de la mimésis photographique. La raison de cet effacement est pourtant moins à chercher dans la boîte noire de l’appareil que dans les systèmes sécuritaires et politiques. En réalité, la vision écumée de la ville provient de l’interaction technique entre les dispositifs de prises de vue et ceux de contrôles installés aux abords des hôtels, équipés de rayons x. Dans cette image, la pérennité des constructions massives paraît soudain labile. Cette brume blanche, rectangulaire, sans aspérité visuelle, devient une surface nouvelle où se déposent les énigmes d’une représentation impossible. Enfermé dans cette chambre de réflexions sans reflet, le spectateur est confiné dans un siège contemporain avec, pour seul échappatoire, la perspective sur un monde insaisissable, à imaginer. Le vecteur de ce verrouillage – la fenêtre refermée sur le monde – est un thème récurrent chez la jeune photographe espagnole, lui ayant soufflé le titre d’une de ses expositions monographiques chez RX (Les Fenêtres, 2007). Ainsi continue-t-elle d’explorer avec cette série les formes actualisées d’une entropie poétique ancrée dans le monde contemporain.

2. Le regard happé

Éric Rondepierre, Le Voyeur (Moires), 1996-1998, Courtesy Gallery RX

Dans le second espace prolongeant l’accrochage Newera, tournant la tête en direction du mur latéral, deux œuvres disposées côte à côte nous retiennent : Le Voyeur et Confidence, appartenant à la série des Moires (1996-1998) d’Éric Rondepierre. Cette présentation permet de sceller la collaboration nouvelle entre la galerie RX et cet acteur incontournable de la photographie contemporaine.

Après avoir endossé les rôles de comédien, danseur, peintre, enseignant, universitaire, Éric Rondepierre s’est tourné, à partir des années 1990, vers une poïesis artistique singulière et inclassable. Depuis lors, sa pratique ne cesse de se développer au contact de mises en dialogues entre images fixes (photo) et animées (cinéma), profusion et épure, actuel et révolu, allusions et déclamations, textes et images, décadrage et recentrement, ready made à faire, à défaire et à refaire, entrée, sortie et renouveau… Scindée autour de différentes phases, son œuvre évolue infiniment vers des propositions complexes, d’une grande profondeur, où les références se mélangent et circulent. Un mouvement de tectonique des plaques issues du champ de l’art est à l’œuvre. Prenant part à ce courant alternatif, la série des Moires a permis d’écrire une étape intermédiaire dans son travail de prélèvement photo-cinématographique (en l’occurrence dans les archives de Montréal) faisant suite à la série Précis de décomposition. Chaque fois, l’acte de voir lui confère un pouvoir, celui de faire exister les choses en apparence éteintes ou cachées, d’en sauver un état.

A nouveau, les images des Moires ont été soigneusement prélevées pour faire apparaître à nos yeux stupéfaits un instant décisif, figeant le processus de corrosion qui les métamorphose inéluctablement. A présent réfugiées dans le continent artistique, ces images vivantes qui évoluaient perpétuellement jusqu’à disparaître, acquièrent une nouvelle invincibilité aux « morsures du temps ». Ce transfert les sauve de l’oubli où elles étaient enfermées pour instiguer des scènes inédites, au centre desquelles règne un climat d’intimité. Figées, elles continuent dans le même temps de tournoyer dans l’esprit du spectateur qui les interprète en fonction de son propre psychisme. Les deux œuvres génèrent alors une force centrifuge du regard. Mis à distance des personnages, le spectateur est d’abord embarqué dans leurs histoires, en position de témoin. Voyons Le Voyeur, par exemple. Quel est l’objet de son attention ? Un sujet absent ? Dans son dos, des taches rondes, sortes de trouées noires venues percer l’espace de représentation, ne parviennent pas à nous distraire. Car c’est un autre signe, sans forme, qui fait basculer notre position et nous fait imiter l’action du (seul ?) protagoniste : une sorte de nuée irradiante apparaît à la manière dont les portes temporelles sont souvent symbolisées dans les films de science-fiction. Serait-ce une faille par laquelle on pourrait pénétrer dans les mystères de cette œuvre, comme s’apprête peut-être à le faire Le Voyeur déjà pris dans les rets de cette image ? Bientôt, c’est à sa place que nous nous mettons. En échange, il est venu habiter notre esprit.

Éric Rondepierre, Confidence (Moires), 1996-1998, Courtesy Gallery RX

Etrangers à ces interrogations, les deux danseurs déploient un long ruban de paroles murmurées en secret comme des bulles de réflexions au texte effacé, plus étiré, concentré à mesure qu’ils se blottissent au centre de l’image. Nous les suivons dans le mystère de leurs ellipses, de ces vides venus contaminer le visible en son sein. Nous voyons des blancs comme nous parlons des silences générés par des absences sonores ou des oublis. Dans les Moires, la version métamorphosée du film se substitue nécessairement à l’original qui lui sert de support. Il n’y a pas de coexistence possible. Les détériorations sont par ailleurs irréversibles. L’effacement produit l’œuvre, la pare de multiples attributions nouvelles : désormais, elle est unique ; les auréoles, encadrements ou effluves aux allures fantomatiques ont pris des tours imprévisibles. Du manque et de la décomposition naît une beauté saisissante, laissant le matériau brut à certains endroits. Éric Rondepierre paraît ainsi nous montrer ce qui est au-dessous de la représentation, comme s’il voulait atteindre la couche liminaire des choses. Par endroit, le regard du spectateur est happé, entraîné par le jeu hors pair des acteurs ou les énigmes du temps ; ailleurs, il est repoussé par la fiction des êtres qui font abstraction de son existence.

3. Le regard piégé

Georges Rousse, Madrid, 2006, Courtesy Gallery RX

Au fond de cette même galerie, deux œuvres de Georges Rousse poursuivent les savants leurres visuels dont le plasticien est coutumier depuis les années 1980. Ces photographies  de 2006 particulièrement emblématiques – Cercle blanc sur fond noir et cercle noir sur fond blanc – affirment, au-delà des références évidentes dont témoignent ces architectures maquillées, un parti pris audacieux et radical. Il en résulte une esthétique étonnante de maîtrise. Tout est affaire de point de vue dans ces œuvres immobilisées en fonction de la place du photographe. Après avoir soigneusement construit une figure géométrique peinte dans la continuité des surfaces architecturales, il utilise la bidimensionnalité photographique pour produire des trompe l’œil des plus convaincants. L’illusion est produite in situ en fonction du lieu et de sa transfiguration éphémère. Des escaliers en contre-plongée, des faisceaux d’ombre ou de lumière, des marches, une rampe, l’ascension programmée en direction d’une géométrie aux contours illusoirement parfaits. Le soin apporté en amont de la réalisation nous transporte dans un autre univers, à la réalité duquel nous voulons croire, un moment, en regardant ces clichés. Tout est empli de mystère dans ces environnements. Pourtant, les lieux sont  réellement reconfigurés, transformés par des effets de lumière travaillée comme un matériau. La peinture de la société et le cadre de la représentation ne font plus qu’un dans le monde photographique de Georges Rousse qui nourrit inlassablement l’espoir d’un dépassement de la perception originelle et fournit la démonstration des potentialités plastiques du médium photographique.

« A quel genre de monde » appartiennent ces trois mondes ? Sans prétendre pouvoir apporter de réponse, l’exposition Newera est riche de perspectives, permettant de poser différents regards sur ces aphorismes visuels autour de la perception et ses marges. Elle affirme la volonté d’attention aux œuvres et aux artistes menée par la galerie RX, à travers un parti pris d’éclectisme et d’ouverture.

Liens :

-Galerie RX : http://www.galerierx.com/expositions/index.html

-Anna Malagrida : http://annamalagrida.com/

-Éric Rondepierre : http://www.ericrondepierre.com/

-Georges Rousse : http://www.georgesrousse.com/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.