Exposition « digital disturbances », au London College of Fashion, University of the arts, London

Vue de l'installation "Wideshortslimlong", Anrealage, Automn/Winter 2010
Vue de l’installation « Wideshortslimlong », Anrealage, Automn/Winter 2010

La mode s’est emparée des technologies numériques depuis leur apparition en les mixant aux savoir-faire et métiers artisanaux. Elles constituent à la fois un moyen de création et de diffusion. Elles produisent de nouvelles esthétiques, changent les modes opératoires et installent des codes de lecture innovants pour les images, à toutes les phases de la création. Elles sont aussi un sujet de réflexion en elles-mêmes et questionnent notre rapport au corps.

L’exposition « digital disturbances » présentée dans la « Fashion Space Gallery » de la University of the arts à Londres revient sur la relation paradoxale entre l’immatériel et les vêtements. Les créations rassemblées par Leanne Wierzba interrogent les valeurs et les limites de ce type d’associations. Dans quelle mesure le recours aux logiciels de traitement d’images est-il un exhausteur de créativité ou de standardisation des images, reposant sur une palette préétablie par les concepteurs des programmes ?

L’installation « Wideshortslimlong » signée du label Anrealage accueille le visiteur. Il s’agit d’une démonstration caricaturale des possibilités d’élongations, de compressions et de distorsions des corps proposés actuellement par les logiciels de retouche actuels ; l’installation met en exergue l’impact de la modélisation 3D sur la représentation des corps ; Présentées à la Paris Fashion Week depuis 2014, les collections d’Anrealage détournaient déjà le vocabulaire technologique (pixels ou courbes vectorielles) pour en faire des motifs de tissus. Ici, les proportions des vêtements s’adaptent et se muent en fonction de différentes morphologies.

La vidéo « Écho » de Bart Hess apporte un contrepoint à cette réflexion sur la mutation des corps en remplaçant les vêtements par des enveloppes immatérielles. Le traitement numérique donne un aspect liquide et lisse à l’animation créée à partir de diverses matières plastiques. La répétition des mouvements donne à la chorégraphie un caractère lancinant, en jouant sur l’effet de boucle.

L’installation Ripple (2014) proposée par Postmatter (agence de création MeriMedia) joue elle aussi sur le mouvement et la métamorphose progressive des corps. Cette fois, le visiteur est invité à observer sur un écran les effets produits lorsqu’il touche une interface en tissu. Ici, l’image virtuelle entretient paradoxalement un rapport analogique au réel. Textural interroge l’esprit des lieux et tente de le restituer dans des accessoires (sacs, chaussures) en utilisant des matériaux tels que le cuir et l’argent… La créatrice Flora Miranda s’intéresse elle aussi à la téléportation pour travailler sur le thème du fragment dans ses images et ses vêtements.

Simone C. Niquille, Realface Glamouflage, 2013
Simone C. Niquille, Realface Glamouflage, 2013

Le projet Realface Glamouflage (2013) de Simone C. Niquille propose de brouiller les repères  utilisés par les systèmes de reconnaissance faciale et de surveillance tels que Optic nerve avec une série de tee-shirts aux multiples visages. Militant pour la protection des données de la vie privée, la créatrice suisse trouve une alternative à la détection des visages et l’intrusion dans la vie privée. Elle a mené un projet avec le photographe Alexander Porter repose sur le même principe d’hybridation identitaire alors que l’installation « Duty free pour homme. Spring/Summer 2015 » se positionne au contraire à l’échelle du social, dans une critique du système marchand et des stratégies marketing des marques de luxe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.