Table-ronde « Visible / Invisible dans la photographie contemporaine », le 14 novembre à l’Hôtel particulier Montmartre, Paris.

V2-Logo-Parcours-dix-huit-297x300Conviée par Marie Gayet à m’exprimer sur la question de l’invisible dans la photographie contemporaine (qui fut le thème de ma thèse), je vous invite à nous rejoindre à l’Hôtel particulier Montmartre pour une discussion. Cette table-ronde est intégrée au « Parcours dix-huit » coordonné par la galeriste Ségolène Brossette. Il aura lieu le samedi 14 novembre à partir de 16h30 à l’Hôtel particulier Montmartre, 23 avenue Junot, Paris 18ème. Les photographes Ingrid Milhaud et Thierry Bigaignon présenteront leur travail à partir d’une dialectique de l’inaperçu et du dévoilé…

Dans l’histoire de la photographie, la question de l’invisible s’applique d’une part à la science et d’autre part à la religion ou au mysticisme. Penser cette question à partir d’approches artistiques contemporaines accentue le paradoxe de réfléchir aux arts visuels comme un moyen d’accéder à ce qui échappe à la vue.

lete_lapinmaison-500x500
Ingrid Milhaud, Photographie extraite de la série « L’été avant l’orage »

Ingrid Milhaud déjoue le temps et le dilate : dans la série « L’été avant l’orage », avec trente ans d’intervalle, elle donne accès à des souvenirs dont la maison de son enfance a conservé la trace. Le point de vue en surplomb confère à ces vues un caractère suranné, rappelant la fragilité des images du XIXème siècle qui s’estompaient au fil des expositions en raison de leur sensibilité à la lumière. Souvent les premiers souvenirs s’inventent en parcourant les albums de photographies. La photographe donne la possibilité de se réapproprier ces réminiscences. Dans ce cas, c’est la photographie qui fabrique les souvenirs. Il est question d’images mentales.

Thierry Bigaignon emploie un vocabulaire formel axé sur des compositions structurées et graphiques. Quelque chose se trame dans la distance, l’ombre, le flou, l’absence, le doute perceptif : la série Umbra montre à dessein des contrastes très marqués. Les degrés de lecture varient selon l’enchaînement des plans ; une narration s’insinue dans les interstices de l’image. On ne perçoit plus seulement le référent mais bien la photographie en tant que telle, dans sa matière et sa qualité d’objet. Le photographe nous invite à imaginer le hors-champ en optant pour des cadrages fractionnés pointant un détail. A l’opposé du panoptique de Bentham qui permettait une vision globale, les espaces photographiques de Thierry Bigaignon s’arrêtent volontairement sur un motif pour montrer sa puissance d’évocation. La série Somnio alterne les plans rapprochés et lointains. Le photographe abstrait de son environnement un rai de lumière. Les perspectives transforment l’espace dont il s’empare. Le temps semble arrêté.

2323_1_m (1)
Thierry Bigaignon, Photographie extraite de la série « Essentia »

Voyeuse ou voyante ? Notre civilisation est celle du regard. A l’heure où Internet offre un nouveau réservoir d’images, ces deux photographes préfèrent restituer des choses vues de leur monde. Observer l’infiniment petit est parfois le meilleur moyen d’accéder à l’infiniment grand… Ingrid Milhaud et Thierry Bigaignon nous donnent des pistes à suivre pour vagabonder dans l’imaginaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.