Archives par mot-clé : Vik Muniz

VIK MUNIZ, EN TOUT OU PARTIE (MEP)

Vik Muniz, Individuals (série Pictures of chocolate), 1998
Vik Muniz, Individuals (série Pictures of chocolate), 1998

Depuis les années 1990, Vik Muniz concilie divers médiums, faisant du détournement et de la récupération un dénominateur de son travail. Les combinaisons entre reprises et citations s’apparentent à du recyclage iconographique, impliquant une transformation à l’œuvre.  La vingtaine de photos exposée à la Mep évoque le regard des collectionneurs Géraldine et Lorenz Bäumer tout en donnant un aperçu significatif de l’évolution stylistique du photographe. C’est un principe de reconstitution qui anime Vik Muniz lorsqu’il s’attelle à un paysage réalisé par le peintre Claude Lorrain à partir d’écheveaux de fils entremêlés ou lorsqu’il dessine les silhouettes d’individus perdus dans une foule en chocolat liquide (1998). vase after odilon redonC’est un geste de diffraction qui intervient ensuite lorsqu’il reproduit une composition picturale d’Odilon Redon (vase avec fleurs, 2004) la Nuit étoilée d’après Van Gogh ou une baigneuse peinte par Degas. Il nous donne l’illusion de voir les atomes qui composent les êtres ou les objets en utilisant des fragments de papiers extraits de magazines. Il réfléchit sur les matériaux, en recréant le tableau de Goya (Incendit, Feu de nuit 1793) DSC_2486composé uniquement à partir de pigments. La photographie stabilise la composition éphémère. Il travaille patiemment sur la sédimentation, l’accumulation et la juxtaposition et privilégie le cibachrome pour la vivacité des couleurs. Il mise sur la tautologie en reproduisant un paysage parisien à partir de cartes postales glanées ici et là (2013).DSC_2500

ob_8dc7cc_degas-0DSC_2507La tradition picturale a fait de la reproduction des œuvres un passage obligé. L’artiste brésilien puise dans des registres iconographiques éclectiques ; il place les chefs d’œuvre et la culture visuelle sur un plan d’égalité. En se donnant pour contrainte de produire des impressions visuelles avec des matériaux composites, Vik Muniz rejoint le principe de l’Ouliphopo, mouvement construit d’après le groupe littéraire presque éponyme.

Vik Muniz construit parfois ses œuvres avec des rebuts pour en faire des rébus. Il engage son musée imaginaire pour créer de nouveaux chaînons de signifiants. L’identité de l’auteur se confond avec la figure de l’interprète.

Le recycleur d’espoirs de Jardim Gramacho

Plasticien brésilien ayant grandi à São Paulo, Vik Muniz réalise d’impressionnantes compositions photographiques en accumulant des matériaux souvent organiques (chocolat, déchets, caviar, confiture, terre, sucre) pour former les portraits mythiques de Pollock, Frankenstein ou Mona Lisa…  Devenu « sculpteur social », il fait des trieurs de la décharge de Jardim Gramacho les héros de ses œuvres. Pour ce projet humaniste, Vik Muniz est filmé au plus près par Lucy Walker. S’écartant des « terres vaines » et cruelles de T.S. Eliott (The Waste Land, 1922) dont il reprend le titre, le film est une ode à l’espoir et à la transformation possible de la vie grâce à l’art. Vik Muniz, lui-même, en a fait l’expérience… Les bénéfices des ventes ont été reversés à l’association des catadores.

Les œuvres sont réalisées à partir des matériaux soigneusement glanés dans la décharge (plastiques, papiers, bandes magnétiques…). Leur iconographie est née avant tout d’un échange, d’une relation humaine faisant de la vie des personnes un matériau au même titre que les autres. En réalisant leurs portraits, Vik Muniz a voulu révéler la dignité de ceux qui, refusant les milieux de la drogue et de la prostitution, acceptent la pauvreté.

Le projet s’inscrit dans la chaîne de recyclage, insérant un maillon supplémentaire à ce principe.

En vue aérienne, la montagne de déchets se colore de taches abstraites, structurées en parcelles. Vik Muniz a pourtant préféré s’intéresser aux personnes, dans un face-à-face, pour les mettre en lumière de façon théâtrale. Dans ce monde hostile, la violence se confronte à la solidarité, lorsqu’un homme blessé voit ses semblables se mobiliser, donnant leur sang pour lui venir en aide.

La volonté de Tião d’améliorer les conditions de vie des travailleurs l’a conduit  à former, seul contre tous, une association où a été créé une bibliothèque nourrie par les livres que les trieurs découvrent parmi les détritus (le Prince de Machiavel, L’art de la guerre ou le Da Vinci Code…)

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=sNlwh8vT2NU[/youtube]

Vik Muniz emploie ses modèles. Ils interviennent activement dans la réalisation des œuvres. Le moment le plus émouvant apparaît sans doute au moment de la concrétisation, lorsqu’ils se découvrent comme faisant partie intégrante des œuvres qu’ils ont fabriquées. C’est avec fierté qu’ils les accrochent chez eux, dans les favelas. Leurs portraits en madone ou en figure historique offerts par l’artiste font alors intrusion dans leurs quotidiens, telle une fenêtre sur un ailleurs possible.