Rencontre avec Éric Rondepierre

 

Éric Rondepierre, Passagère (Seuils), 2008, Courtesy Gallery RX

Acteur de la scène artistique contemporaine, Éric Rondepierre est un artiste polymorphe, tour à tour comédien, danseur, peintre de l’obscurité, enseignant féru d’apprentissage ou encore écrivain de la page noire, travaillant à partir d’images littéraires ready-made. Huit livres et des milliers d’images à son actif, jusqu’à présent… Ainsi est-il parvenu à faire d’abord de sa vie le théâtre de multiples expériences avant d’apparaître, dès les années 1990, au centre de l’arène photographique sans être alors photographe. Devenu lauréat d’une aide à la création (Ministère de la culture, 1990) puis de la Villa Médicis hors les murs (USA, 1993) ainsi que de plusieurs commandes publiques, il s’attelle à décortiquer la carapace d’une société chaotique qui, soucieuse de faire disparaître ses taches, n’en révèle pas moins ses auréoles. Immergé dans une époque qui se voudrait axée sur le « documentaire » et la transparence, Eric Rondepierre produit, à contre-courant, des images complexes et surtout rétiniennes : se plongerait-il dans un art de l’anticipation ? Présent dans de grandes collections internationales (MoMA, Houston Fine Arts Museum, Los Angeles County Museum of Art, Maison Européenne de la photographie, Cinémathèque Française, Fonds National d’Art Contemporain, Société Française de Photographie, Centre Pompidou, etc…), il continue d’explorer le monde entier en exposant ses histoires sans trame à la lumière de nouvelles interprétations. Les oeuvres tournent autour d’innombrables problématiques qui se croisent entre réflexion et hybridation des médiums, faisant se rencontrer des domaines qu’on pensait imperméables les uns aux autres. Elles revêtent sans cesse des aspects inédits, changeants, mais forment dans le même temps une cohésion, déployant des réseaux de fils sémantiques qui finissent par se relier. Les séries se suivent mais, souvent, ne se ressemblent pas. Fonctionnant constamment selon le principe de l’intermittence, les œuvres récentes d’Éric Rondepierre se positionnent entre reprises d’images cinématographiques subtilisées au répertoire d’un passé qui lui est étranger et images arrachées de sa vie photographiée, écrivant au jour le jour le déroulé du spectacle. Empruntant leurs décors figés au flux des films où circulent les protagonistes du quotidien d’Éric Rondepierre, les Seuils produisent des récits de fictions, à l’appui de preuves en images. Le photographe tient dans ses mains les déclencheurs de nos rêves ou cauchemars, où apparaissent des spectres entraînés dans le sillage d’une colonie d’énigmes. A l’occasion de son exposition au château des Adhémar (Montélimar), Éric Rondepierre répond à quelques questions.

Éric Rondepierre, Champs-Élysées (Seuils), 2009, Courtesy Gallery RX

M.B. Le fabuliste du XIIIème siècle, Nasr Eddin Hodja, poursuivant son sosie, interrompt momentanément sa course pour se demander : « au fait, à quoi servirait-il de me rattraper ? » A votre avis, le personnage de l’image Champs-Élysées (Seuils) se pose-t-il la même question ?

E.R. A brûle-pourpoint, comme ça, je dirais non. Je pense que c’est plutôt une question de filature, qu’elle se suit parce qu’elle est une autre. Est-elle jalouse d’elle-même ou de cette femme qui est avec cet homme ? Cette femme, je la vois à la fois en train de regarder l’autre et de la suivre. Les deux pulsions à l’œuvre dans la filature sont le voyeurisme et le mimétisme (comme dans le film où Buster Keaton veut devenir détective et se place derrière la personne pour construire une véritable machine à deux corps et deux pieds). On doit ignorer que l’autre nous regarde pour qu’une filature soit viable. Ne pas se retourner. Comme Orphée vers Eurydice.

M.B. N’est-elle pas à la recherche d’elle-même, essayant de se rattraper ?

E.R. Je ne pense pas qu’elle essaie de se rattraper. Mais elle se regarde. Elle est au spectacle et se surprend elle-même. Elle est comme voyeuse d’elle-même et se voit par effraction. Le couple ne sait rien de sa présence. Enfin, c’est le cinéma que je me raconte mais je n’y ai absolument pas pensé au moment où j’ai fait l’image. Et puis, les Champs-Élysées sont liés à mon enfance. J’y avais mon école, mes amis, ma mère… D’ailleurs, je me suis débrouillé pour raccorder une image des années trente avec une vue actuelle. C’est la même perspective, la même image, les mêmes arbres.

M.B. Serait-ce une façon de cloner le passé pour le faire rejaillir dans une autre temporalité, de créer des univers parallèles ?

E.R. Peut-être, oui, peut-être. En tout cas, c’est un moyen de faire communiquer le passé avec quelque chose de vivant. Parce que le passé, c’est fini. Rendre quelque chose possible, encore. Comme dit l’autre, « le cadavre bouge encore ». Essayer de refaire vivre des choses qui sont terminées… C’est pour cela que beaucoup de gens parlent de fantômes en voyant mes photos. Artaud a beaucoup parlé de ces expériences où le mort ne l’est pas tout à fait et qu’il continue à errer.. . Mais Artaud avait un délire de type paranoïaque si l’on suit la terminologie médicale. Or, il y a un syndrome dit de Capgras qui consiste à voir tous les gens comme des doubles. Ma mère était comme cela. Elle me disait : « ce n’est pas le vrai, c’est un sosie, quelqu’un qu’on a mis à la place ».

M. B. Serait-ce un moyen de créer des avatars de la réalité pour la démultiplier ?

E.R. Je ne sais pas. Qu’est-ce que la réalité ? Est-ce : ce qui est donné ? Mais une donnée n’est jamais pure. C’est difficile de dire ce qu’est la réalité. J’ai posé la question à mes étudiants : « a partir de quel moment considérez-vous qu’une réalité est mise en scène ? » Quand on fait une photo de famille, on dit « Souriez »… C’est déjà de la direction d’acteur. A partir du moment où l’on sait qu’on pose, il y a de la mise en scène. Comme les frères Lumière, qui donnaient des indications aux ouvriers lors des sorties d’usine. Et pourtant, ces images sont considérées comme des documents. Je ne sais pas très bien ce que recouvre le terme de réalité. Evidemment, on peut l’opposer à l’imaginaire. Et là-dessus, je suis plutôt lacanien, c’est-à-dire qu’il me semble que la réalité, c’est l’imaginaire.

M. B. Dans vos photos, vous reliez des pôles opposés.

E.R. On pense que la photo montre des choses qui existent. Alors, je préfère l’utiliser à contre-emploi, pour fictionnaliser le réel. Sinon, c’est du reportage, mais même ça, c’est douteux, vous le savez bien. Personnellement, j’y vais carrément. Je mélange tout. J’essaie d’introduire le maximum de trouble, de questions, d’hypothèses, etc. […] C’est ce que disait Debord : le monde est un spectacle : nous sommes tous des figurants… et la mise en scène fonctionne toute seule.

M. B. Ou des acteurs…

E. R. Nous sommes tous des acteurs, essayons de mimer quelque chose qui n’est plus, qui n’a jamais été, c’est encore pire. Je ne revendique pas ce discours parce que je le trouve presque idéaliste dans la mesure où c’est une élaboration théorique. J’ai tendance à faire avec ce qu’il y a. Si l’on me dit que je ne suis pas, c’est possible. Mais je pense que c’est cela « être ». C’est quelque chose que j’ai retenu de Shakespeare. Quand Iago, dans Othello, dit, en quelque sorte : « je suis celui qui n’est pas » par rapport à Othello qui, lui, est ce qu’il est. C’est cette atmosphère, ce caractère faux et double de toute incarnation.

M. B. Comme Ulysse qui dit s’appeler « personne » (Métis)…

E.R. Oui, c’est très profond. Persiste toujours l’idée que l’on naît avec un Moi, que nous sommes une sorte d’identité. Persiste toujours l’idée que l’on naît avec une identité à défendre, comme cela, toute notre vie. J’ai  toujours eu conscience toute ma vie de n’être personne. Je suis comme un oignon avec plusieurs pelures et chaque fois qu’on enlève une couche, on voit un masque différent. J’ai toujours l’impression de jouer un rôle. Parfois, je joue le rôle de photographe.

M. B. (Aparté) Est-ce que la figure du prestidigitateur ou de l’illusionniste se téléportant dans le temps pourrait être l’un de ces rôles ?

E. R. Oui, je pense à Orson Welles qui fait de la magie lorsqu’il filme un plan de Don Quichotte en Espagne, le suivant en Italie et le troisième en France. Il mélange tout, dit que c’est dans le même lieu.

M. B. Vous répliquez des images déjà reproduites, menant une démarche très réflexive.

Éric Rondepierre, Doubliner 3, 2004

E.R. Même dans la série Doubliners, qui n’est pas une série photographique, j’ai quand même éprouvé le besoin de reprendre en photo mes dessins. Je me suis toujours demandé pourquoi. J’ai d’abord pris en photo les gens, les ai ensuite dessiné avant de reprendre en photo les dessins. Je prends les gens à la dérobée. Pourquoi je fais ça ? C’est lié au cinéma. Je voulais prendre des choses qui échappaient au flux du film et au fur et à mesure, cela a évolué. J’ai souvent pensé à faire des remakes de mes oeuvres.

M. B. Il y a des effets de mise en abyme dans vos oeuvres…

E. R. Oui, il s’agit plus de clins d’œil. Mais la réflexivité est présente dès les Loupes/Dormeurs. Je pense au rétroviseur dans Orphée de Cocteau. Orphée perd Eurydice par le rétroviseur, parce qu’il n’a pas fait attention. « RETRO-VISION » : regarder en arrière. Il la perd, là, je crois, définitivement. […]

La photographie est un doubleur. C’est ce que je dis toujours : je fais de la reproduction de documents. Certes, je documente le document mais comme il est déjà une fiction… Il y a une valeur documentaire de la fiction. C’est ce dont se sont aperçus les historiens, à savoir qu’il y a des éléments historiques coagulés à la fiction. Marc Bloch précise bien que la façon dont un témoin énonce ce dont il parle est plus parlante que le contenu même de son discours ; personnellement, je serais pour une réhabilitation du rétinien. Cette espèce de surenchère sur la reproduction de la reproduction, du recyclage, du vol… Qu’est-ce que ça m’apporte ? Quand je vois certaines œuvres dupliquées, je ne suis pas ému. Alors qu’une peinture de Vélasquez, vous pouvez la regarder infiniment. Je dirais même une peinture de Matisse.

Je pense aussi à la répétition. Au théâtre et à la danse, dans les années soixante dix. On répétait beaucoup sur des musiques répétitives. On répétait les mouvements, quoi. On répétait les mouvements, quoi. On répétait les mouvements, quoi. Mais on devient fou quand on fait ça. Les enfants veulent toujours qu’on répète exactement la même histoire. Il y a un plaisir de la répétition pour la répétition. Evidemment, ce plaisir s’émousse quand on grandit. Quand on est comédien, on a des répétitions. Quand on fait une représentation, on joue toujours le même spectacle et pourtant, ce n’est jamais le même. C’est étrange. Cela dépend de l’acteur, du public, de ce qu’il se passe entre les deux. Le théâtre est une matrice pour comprendre la répétition. Il y a un livre de Kierkegaard qui s’appelle La répétition.

Par contre, la performance, elle, ne se répète pas. J’ai l’impression. C’est tellement dépendant du lieu, des gens qui sont là.

M. B. Quel rôle joue le titre de votre exposition au château des Adhémar : « Alba, lai, reverdie » ?

E.R. Ce sont des formes poétiques du Moyen-Age, en référence à l’époque du château (douzième siècle). Certains s’accordent pour dire que l’amour courtois est né à cette époque… Or, il y a beaucoup de couples dans les images de Seuils. J’ai préféré prendre un titre comme un jeu où personne ne comprend le sens de ces mots qui ont disparu de la langue …

M. B. Cela implique l’idée de retour, de réminiscence…

E. R. Cela nécessite de remonter loin dans le passé. Il y aura donc trois temps : le temps des murs, celui du film et de la photo. Le temps des murs est très ancien. D’ailleurs, cela va être un lieu assez difficile mais très beau, avec d’énormes pierres séparées par de grands espaces. C’est immense. Je vais montrer un film, aussi. « Manège » sera projeté dans une salle. Je vais faire le noir. Il y aura Seuils et les Trente étreintes.

Eric Rondepierre, Les Trente étreintes, 1997-1999, Courtesy Gallery RX

M.B. Existerait-il un dénominateur commun aux deux séries réunies dans l’exposition ?

E.R. Elles ne sont pas réunies. Elles sont séparées. L’une renvoie plus au cinéma, avec le film et l’autre à la photographie.

M.B. Pourquoi opter pour le jumelage des pratiques (notamment la mise en relation de l’écriture avec les images) ?

E.R. Il y a toute une histoire de la mise en relation entre l’écriture et les images, depuis le début de mon travail. Par exemple, parmi les nouveaux Seuils exposés, il y a une image qui comprend du texte. Elle s’appelle 100 titres. Il y a un tel potentiel narratif dans mes images que je préfère le laisser à l’état embryonnaire. Même si j’écrivais un texte, il serait probablement assez décalé par rapport à mes images. D’ailleurs, j’ai failli le faire ; j’ai hésité longtemps. Et puis, finalement, j’ai mis ce texte en image. J’ai sorti deux livres, dernièrement. Le premier s’appelle Vols de nuit : ce sont uniquement des sous-titres d’images noires. Et j’en ai sorti un autre qui s’appelle Vols de nuits au pluriel.

M.B. Décidément, la nuit vous inspire, puisque votre premier roman s’intitulait déjà La Nuit cinéma

E.R. D’ailleurs, c’est cette thématique qui a inspiré récemment Isabelle Rozenbaum dans la vidéo intitulée « La Voyageuse de nuit ». J’ai choisi ce titre en référence à Chateaubriand car Bernard Lamarche-Vadel m’avait dit que s’il devait écrire un article sur moi, c’est ainsi qu’il l’aurait appelé. C’est très noir. Pourtant je ne suis pas du tout un noctambule. J’aime me lever tôt le matin. Ou alors je lutte peut-être…

M. B. Mais vous ne vous êtes pas tout à fait défait du noir puisque dans les Seuils il y a encore du noir et blanc…

E.R. C’est vrai, il y a encore du noir et blanc. Enfin, le noir et blanc, ce n’est pas le noir. Mais le noir, oui, j’en ai besoin, j’ai besoin de ne rien voir pour avancer. Je ne sais pas où je vais mais j’aime bien cet aveuglement.

Propos recueillis le 13 janvier 2011 aux Amandiers, par Muriel Berthou Crestey

 

Liens :

Éric Rondepierre

http://www.ericrondepierre.com/pages/fr_actu.html

Éric Rondepierre, « Alba, Lai, Reverdie », Château des Adhémar, Montélimar (La Drôme), du 22 janvier au 13 mars 2011.

http://www.ladrome.fr/fr/le-tourisme/les-chateaux-de-la-drome/programmation-culturelle/montelimar-expo-eric-rondepierre/index.html

Éric Rondepierre, dans « La Bibliothèque fantastique » :

http://labibliothequefantas.free.fr/index.php?/projects/eric-rondepierre/

Galerie RX :

http://www.galerierx.com/

Colloque « L’espace pliable ». 18 et 19. 01

Colloque organisé conjointement par la ligne de recherche Art et monde contemporain du CERAP (Centre d’Etudes et de Recherches en Arts Plastiques), l’Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris – Val de Seine.

A la croisée de l’architecture et des arts plastiques, ce colloque se propose de discuter la notion du pli et son rapport à l’espace. L’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val-de-Seine et le Centre d’Etudes et de Recherches en Arts Plastiques associent création et réflexion. Cette rencontre a aussi pour objectif de lier à la fois des approches théoriques de l’architecture, philosophiques et plastiques.

Intervenants du colloque : Muriel BERTHOU CRESTEY /Richard CONTE / Jean-Jacques DUPAS /Clotilde FROMENTIN-FELIX / Aurélie HERBET / Delphine JACOB / Laurence KIMMEL / Edith MAGNAN /Antoine PICON / David RENAUD / Bruno TRENTINI / Patrick YIU / Collectif d’artistes Microtruc (représenté par Caroline DELIEUTRAZ et Julien LEVESQUE)

sous la direction de Aurélie Herbet, Edith Magnan et Patrick Yiu

Programme :

Mardi 18 janvier 2011

10h00 – Discours d’ouverture

Interventions de Richard Conte (directeur du CERAP, Paris 1), Aurélie Herbet (doctorante en arts plastiques, Paris 1), Edith Magnan (ATER en arts plastiques, Paris 1) et Patrick Yiu (architecte et enseignant, ENSA Paris – Val de Seine).

10h30 – Muriel Berthou Crestey (docteur en esthétique, Bordeaux 3), « Origamis photographiques »

11h00 – Jean-Jacques Dupas (mathématicien), « Introduction sur le Flexaèdre et les Aplatoïdes »

12h00 – Questions et discussion de synthèse

12h30 – Pause déjeuner

14h30 – Antoine Picon (professeur, Graduate School of Design Harvard University), « Le pli et la quête de la continuité dans l’architecture numérique »

15h00 – Bruno Trentini (philosophe, Paris 1), « De l’autre côté de la pliure : Alice de Markus Raetz »

15h30 – Pause

16h00 – Collectif d’artistes Microtruc représenté par Caroline Delieutraz et Julien Levesque, « Microplis »

17h00 – Questions et discussion de synthèse

Mercredi 19 janvier 2011

9h00 – accueil des intervenants

9h30 – Laurence Kimmel (architecte et enseignante, ENSA Normandie), « Les avant-gardes comme source de l’esthétique du pli chez Álvaro Siza : les sculptures de Katarzyna Kobro. »

10h00 – David Renaud (artiste), « Plis et replis de la carte »

10h30 – Clotilde Fromentin-Felix, (designer et doctorante, Lille 3), « Le Kouglof comme pli réglé, “des plis là où l’on ne s’y attend pas” »

11h00 – Delphine Jacob (architecte et doctorante en Histoire de l’architecture, Paris 1), « Pierre Guariche, créateur d’illusions »

11h30 – Questions et discussion de synthèse

12h00 – clôture du colloque