TO SEE OR NOT TO SEE

Un séminaire Flux et Nexus se tient au Jeu de Paume depuis novembre 2009, sous l’égide du philosophe Elie During. Il propose un échange de regards transversal sur la synchronisation des images contemporaines. Samedi 15 mai, la cinquième séance s’est achevée par un exemple paradigmatique de la coexistence des images : le jeu « Can you see me now » (Blast Theory) – locative media par excellence  – se présente tel une interface entre réel et virtuel, semblant délimiter une nouvelle aire du temps. Point de rencontre entre ces deux mondes : la photographie qui serait capable d’insuffler le don d’ubiquité…

Les règles de l’art ou du jeu

[vimeo]http://vimeo.com/5489402[/vimeo]

Le protocole de « Can you see me now » est simple : deux personnes s’étant perdues de vue dans la vie réelle décident de se retrouver le temps d’une rencontre virtuelle. Elles sont reliées via Internet et les systèmes de positionnement par satellites (GPS). La première est devant son ordinateur. Paris, New York ou Tokyo ? La localisation géographique importe peu. La deuxième circule dans une ville réelle recréée trait pour trait dans le décalque qui s’affiche sur l’écran de son correspondant. Ses déplacements sont symbolisés par un avatar d’apparence neutre. Témoin de cette rencontre : une photographie, devenue la cristallisation de l’échange entre les deux participants. L’acte photographique apparaît donc comme une nécessité au regard de cette expérience ludique à qui il donne une existence matérielle. Il est son accomplissement. Paradoxalement, la photographie atteste que la rencontre a eu lieu (dans une dimension virtuelle) alors même que le référent était de l’ordre du ressenti et de l’impalpable ; la seule trace « tangible » étant la photo qui reste à imprimer. Le médium photographique est la preuve incarnée d’un « ça n’a pas été », si l’on se place dans le cadre de l’environnement matériel du coureur. Du point de vue d’une réalité augmentée, il devient la marque d’une symbiose spatio-temporelle dont Philippe Quéau avait fait la prédiction, dès 1993. « Le virtuel. Vertus et vertiges » s’ouvre en effet sur l’idée d’une « révolution copernicienne » :

« Nous tournions autour des images, maintenant nous allons tourner dans les images, écrit-il. On ne se contente plus de les effleurer du regard, ou de les feuilleter des yeux. On les pénètre, on se mélange à elles, et elles nous entraînent dans leurs vertiges et dans leurs puissances. En nous donnant l’illusion de pouvoir entrer dans les images, comme Alice dans les merveilles, les mondes virtuels « squattent » notre cortex et imposent leurs lois et leurs jeux ».

Abordant déjà un questionnement sur « l’être » de l’œuvre virtuelle, Philippe Quéau pense ces nouveaux mondes à l’aune de la déesse du flux primordial Rhéa, devenue l’emblème de la récurrence, capable de donner « un nouveau souffle à l’image ».

Quand il y a photos

Quelles sont-elles, ces images émanant de Blast Theory ? Une devanture de magasin, des passants, l’asphalte… restreints au sein de cadrages les identifiant souvent au registre de la photographie amateur. Sans légende, certaines images pourraient même sembler accidentelles. Bien sûr, le protagoniste est physiquement absent de l’image. Sans doute devons-nous admettre que les photographies résultant de ces retrouvailles virtuelles n’ont aucune valeur artistique, en elles-mêmes. Dans la perspective qui nous occupe, l’intérêt de ce projet réside moins dans les objets visuels qu’il génère que dans le mode opératoire qui les engendre. Il s’agit moins d’aborder le « ludant » (ce qui permet de jouer) que le « ludé » (ce qui est joué).

Renversement ontologique ou simple glissement des applications ? Le dispositif pose la question de l’ubiquité. Dans son livre Faux raccords, la coexistence des images, Elie During insiste notamment sur les corps subtils qui encadrent cette notion aux abords surnaturels : « ubiquité convient à un point de vue absolu, mais parfaitement imaginaire, qui tiendrait sous un seul regard une multiplicité de lignes d’action simultanées, en les faisant virtuellement communiquer dans l’instantané. » Une définition qu’il s’agit de mettre à l’épreuve selon différents terrains d’investigation. Ainsi analyse-t-il tour à tour les locative media, les œuvres de Dan Graham ou Marcel Duchamp, une série télévisée (24 Heures chrono) et un film d’Hitchcock (Vertigo), voire une citation de Paul Valéry ou une théorie d’Einstein. Grand ensemble où se croisent différents regards : celui de Bergson auquel l’auteur a consacré un ouvrage de recension à paraître prochainement, Gilles Deleuze, Alain Badiou… Soit une coexistence de points de vue appartenant à différentes époques, où se rencontrent les flux et les temps.

Des futuristes aux futurologues

Jamais Cascio lors de la conférence LIFT 10, source Conference Basics on Flickr

Simultanéité, vitesse, interférence des formes, des rythmes et des lumières : si Elie During nous rappelle que ce vocable est né sous la plume de Marinetti et autres adeptes du mouvement futuriste, il s’applique pourtant avec autant d’accointance aux infrastructures numériques, un siècle plus tard. Les fondements en apparence anodins du jeu Blast Theory révèlent, plus profondément, des problématiques en connexion directe avec notre société. Lors de la dernière conférence LIFT à Genève (5-7 mai 2010), J. Cascio, futurologue et penseur de la globalité, a tenté d’apporter des réponses aux défis actuels liés aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, en prononçant une intervention, dont plusieurs participants ont relevé le caractère emphatique. A cette occasion, il était notamment invité à parler de sa méthode de travail axée sur un mode d’observation accrue de la société, dans l’émission Place de la Toile (de Xavier de la Porte). « Veille par anticipation », « connexions surprenantes », simultanéité des images, chocs et glissements aiguisés entre deux domaines : voilà ses instruments pour élaborer une photographie de notre époque. Produire un mashup intellectuel pour recontextualiser le monde et le percevoir différemment, le recadrer : serait-ce là ses clés pour élaborer des prédictions ?

Aujourd’hui, le jeu semble devenu une manière de représenter le monde. Plus encore, il permet de le vivre, de l’éprouver. Nous pouvons en faire une photographie ou bien repenser la photographie à l’aune de ces nouvelles modalités. Encore s’agit-il de voir cette entrée dans le jeu, du latin in lusio (signifiant illusion) dans lequel « toute nouvelle partie apparaît comme un commencement absolu », selon Roger Caillois.

Références bibliographiques :

-Elie During, Faux raccords, la coexistence des images, Paris, Actes Sud / Villa Arson, « Constructions », avril 2010.

Activités à venir : (Autour d’Elie During)

-lundi 21 juin, 19h30, pour la séance consacrée au « débat Bergson / Einstein », cycle « Selon Bruno Latour » avec Bruno Latour, Olafur Eliasson, Elie During, Jimena Canales, Centre Pompidou, petite salle, entrée libre.

-Samedi 3 juillet, 11h, « Flux et Nexus : la coexistence des images », dernière séance, Jeu de Paume, Auditorium, Tarif unique : 3 euros.

Ressources électroniques :

Blast Theory – « Can you see me now ? »

http://www.blasttheory.co.uk/bt/work_cysmn.html

Emission, « Place de la toile », France Culture, 14.05.10.

Retour sur LIFT 10 : algorithmes, identité, journalisme, politique, Chine et futur

http://www.franceculture.com/emission-place-de-la-toile-retour-sur-lift-10-2010-05-14.html

Site de Jamais Cascio :

http://openthefuture.com/

Du Polaroïd à Photoshop : « Après la photographie ? »

Quentin Bajac nous livre le troisième opus de sa trilogie amorcée avec L’Image révélée (2001) puis La Photographie à l’époque moderne (2005). Après la photographie ? De l’argentique à la révolution numérique (avril 2010) poursuit, chronologiquement, une ligne de mire synoptique de la photographie et ses avatars. Véritable memento vivendi photographique, ce dernier volume dévoile les différents aspects d’une photographie (allant du polaroïd à photoshop, de la « photographie mineure » à l’art) in progress, comme on parle d’une oeuvre qui évolue au grée des environnements dans lesquels elle s’insère. Quelles sont ces données préalables de la flexibilité photographique, sinon les conditions d’existence du médium lui-même (soit le hic et nunc) ?

Après la photographie ? pose d’abord la question du temps, du contexte. Ce parcours nous invite à un voyage télépathique dans l’esprit des chantres de la photographie. Une fois de plus, le rythme, induit par le format de la publication (Découvertes Gallimard), est ternaire. Premièrement, au sein du texte principal, s’établit une chronologie s’appuyant sur les écrits ou évènements fondateurs (de l’ouvrage de Bourdieu, 1965, aux phénomènes de censure rencontrés jusqu’en 2009). Deuxièmement, dans les légendes accompagnant les nombreuses illustrations, certains faits plus précis ou œuvres ponctuent la trame narrative. Troisièmement, au cœur de la dernière section consacrée aux « témoignages et documents », un petit inventaire de sources littéraires ou théoriques, paroles de créateurs et d’appréciateurs parachève l’ensemble. Une filmographie concentrée a su présager de la très belle initiative de la cinémathèque qui avait organisé un cycle de projections autour de la relation entre films et photographie (Le cinéma photographié, automne 2009).

Or, les classifications sont rigoureuses et permettent au spécialiste de se référer, tel à un mémento, au passage plus précis dont il recherche la trace, d’y trouver des surprises ou des références plus précises qui ne lui viendraient peut-être pas spontanément à l’esprit. Chez le néophyte, les propos sont éclairés par l’évidence (du latin videre, voir) des images sélectionnées avec soin et des extraits diversifiés. Le tout est présenté sans hiérarchie des genres. Il ne s’agit pas de livrer des clés mais de susciter des questionnements, de pointer du doigt la direction de promenades intellectuelles possibles.

Après la photographie ? est aussi affaire d’espace. Avec sa petite histoire synthétique de la photographie, Quentin Bajac a opté pour une visée encyclopédique, internationale. Eric Rondepierre, Patrick Faigenbaum et Stéphane Couturier pour la France, ailleurs Bernd et Hilla Becher, Andreas Gursky, Wolfgang Tillmans, en Allemagne, ou encore Hans Eijkelboom pour les Pays-Bas, mais aussi David Hockney, Jeff Wall, Sherrie Levine comme représentants des Etats-Unis… etc… : des artistes majeurs à retrouver parmi tant d’autres images artistiques ou documentaires, qu’elles soient issues des albums de famille, du monde de la presse ou de l’art. Qu’il soit question de marché de l’art ou des institutions, de vue rétrospective sur des expositions marquantes, d’approches théoriques, mais aussi de documents sans propension autre qu’informative, il s’agit d’interroger la richesse de la photographie dans son acception la plus large : serait-ce « un art pauvre ?» (première des six parties) ou plutôt un art tout court (chapitre 4), voire une image plus ou moins sage, ou tout cela à la fois ? Est-il question d’épreuves à imposer au spectateur (impuissant face à l’horreur des reportages de guerre ou dégoûté par l’effet parasite des paparazzis qui vampirisent l’usage de ce médium et favorisent un type de perversité voyeuriste) ? S’agit-il au contraire de proposer des démarches artistiques qui mettent en abyme une réflexion sur le document ou proposent des manipulations sur la texture de l’image ? Ce n’est ni une entreprise de relevé exhaustif (qui n’est pas l’objet de ce type de publication), ni une tentative d’explication ne pouvant être que lapidaire. Mais un questionnement est bien là, à partager.

Après la Photographie ? amène une réflexion sur l’espace-temps. Si le point d’interrogation est parsemé ça et là, c’est parce que ces enjeux nous concernent, aujourd’hui. Le projet est audacieux : non seulement examiner la « révolution numérique » et ses retombées, mais aussi ce qui l’a précédé. Le traitement du sujet repose sur le postulat possible d’une renaissance (semblant immanquablement fondée sur des ruines et vestiges) ou d’une déliquescence de l’information et du réel (si tant est que celui-ci ait jamais pu être contraint dans le champ d’une image…) : deux alternatives. « Il n’est pas impossible, écrit Quentin Bajac, que nous soyons en train d’assister au retour à une phase « pré-photographique », où plus aucune technique n’est là pour spécifiquement attester la réalité. On peut s’en réjouir et voir dans cette évolution une émancipation de la photographie, débarrassée, à l’instar de la peinture au XIXème siècle, de sa fonction documentaire et jouissant désormais d’une large autonomie. On peut aussi s’en inquiéter : qui désormais dira le réel ? » Choisissons la première hypothèse.

Car peut-être faudrait-il comprendre Après la Photographie ? en fonction du trait d’union associant l’espace et le temps ? Saisissant des points de convergence entre des disciplines ou des regards appartenant à différentes sphères, ce livre est à ranger au rayon des indispensables, pour sa qualité d’embrayeur. Aussi, trouve-t-on, par exemple, la trace de Rosalind E. Krauss, mais aussi de Denis Roche ou Don DeLillo, d’Hervé Guibert à W. G. Sebald… Des extraits dont il reste à prolonger l’effort de cohérence dans une perspective qui n’entend pas céder au pessimisme annoncé par exemple par Paul Virilio (« Photo Finish ») mais considère plutôt le paysage foisonnant des images comme un vivier de possibilités, certes éclaté mais retenu dans le cadre d’une époque. La déconstruction des systèmes apparaît comme un préalable nécessaire à toute reconstruction. Réfléchir sur les implications actuelles d’une modification épistémologique de la photographie, cela revient à saisir l’opportunité du kairos, renvoyant, dans la mythologie grecque, à l’éphèbe pourvu d’une touffe de cheveux qu’il s’agit d’attraper au moment où il passe à côté de nous. Il se peut que nous ne l’ayons pas vu, que nous n’ayons pas osé amorcer un geste et c’est alors trop tard. Métaphore photographique par excellence, le kairos est aussi le lien entre le temps et l’espace, l’avant et l’après.

Quentin Bajac, Après la photographie ? De l’argentique à la révolution numérique, Paris, Découvertes Gallimard, 2010.