Archives de catégorie : Agenda

annonces, programmes de colloques et autres manifestations, soutenances, dates de cours, etc.

« Paris – haut-lieu urbain, institutionnel et artistique de la photographie », Paris, Centre allemand d’histoire de l’art – DFK, 3 – 7 juillet 2017

Léon Gimpel, Grand Prix de l’Aéro-Club à l’Esplanade des Invalides [Paris], 26 septembre 1909. Autochrome, 9x12cm. Collection Société française de photographie (coll. SFP). FRSFP_0806im_A_1014, © SFP – Droits réservés
J’ai le plaisir de participer à l’atelier de recherche  « Paris – haut-lieu urbain, institutionnel et artistique de la photographie » organisé par par Ulrike Blumenthal, Julia Drost et Astrid Köhler (DFK Paris) avec Christian Joschke (Université Paris Nanterre) et Helen Westgeest (Universiteit Leiden) au Centre allemand d’histoire de l’art – DFK – Paris du 3 au 7 juillet.

Manifestation organisée par le Centre allemand d’histoire de l’art – DFK Paris, en coopération avec l’Université Paris Nanterre et l’Universiteit Leiden, avec le soutien de la Deutsch-Französische Hochschule – Université franco-allemande, Sarrebruck (http://www.dfh-ufa.org)

Programme complet :

Programm Paris-Photographie

« Dendromorphies, créer avec l’Arbre », Topographie de l’art (26.11.16 – 11.01.17)

dendromorphies-invit-web2Invité par l’espace Topographie de l’art à exprimer la nature polymorphe de l’arbre, Paul Ardenne se livre à un exercice curatorial foisonnant dans ce lieu d’échanges pensé par Clara Djian et Nicolas Leto pour capter l’air du temps.

La « femme à la bûche » est devenue un classique de l’univers lynchéen. Elle permet ici une introduction intéressante aux brouillages des registres auxquels plusieurs artistes s’adonnent. Le travail sur les matériaux rejaillit avec force dans la scénographie : dsc_4979les souches (2007) de Fabrice Langlade sont en résine epoxy, silicate d’aluminium et peinture PU. De petites branches tentaculaires ont été réalisées par Clorinde Coranotto avec du papier d’aluminium et des couvertures de survie (2016). Réunies avec du fil électrique, leur apparence conserve le mystère de tirages photographiques précédemment réalisés sur des étiquettes d’expédition transparentes. L’assemblage circulaire est rehaussé avec des stylos à encre gel or et argent, donnant à cette installation sculpturale l’aspect lustré dont certaines fleurs se parent pour attirer les insectes. Les troncs de Laurent Perbos sont en tuyaux d’arrosage PVC ; ses palmiers en frites de piscine.

 

Vue de l'exposition "Dendromorphies, L'Arbre et ses créations", 2016.
Vue de l’exposition « Dendromorphies, L’Arbre et ses créations », 2016.

Abdul Rahman Katanani crée un olivier avec du fil de fer barbelé dont les torsions donnent à l’ensemble un effet rutilant. Le matériau est utilisé dans sa version la plus rustique avec Laurent Tixador, lauréat du prix COAL Art et environnement 2013, qui donne une vision pittoresque des « réseaux électriques » (2016) réinterprétés en platane. Adepte de la récupération, il a recyclé les rebuts de l’élagage pour concevoir ces structures paradoxales.

Iris Crey, "Les Trois arbres / The Three trees", série de 15 tryptiques, impressions sur bois, 2016.
Iris Crey, « Les Trois arbres / The Three trees », série de 15 triptyques, impressions photographiques sur bois, 2016.

Iris Crey a détourné le bois de peuplier – symbole de souvenir et de liberté – pour en faire un support photographique. Sa pâleur harmonise les contrastes. Il permet d’expérimenter une gamme de nuances autour de quinze triptyques : partant d’un test psychologique qui consiste à cerner la personnalité du patient en lui demandant de dessiner un arbre, Iris Crey a associé ces « images de la pensée » à des photographies parfois prélevées dans son album de famille.

Iris Crey, "Les Trois arbres / The Three trees", série de 15 triptyques, impressions photographiques sur bois, 2016 (détail).
Iris Crey, « Les Trois arbres / The Three trees », série de 15 triptyques, impressions photographiques sur bois, 2016 (détail).

La superposition emboîte plus ou moins les contours, marquant l’écart entre la réalité et le filtre subjectif. La troisième phase reprend alternativement des représentations d’arbres sur lesquels les croyances et superstitions ont projeté des pouvoirs magiques, des évocations artistiques (avec la performance emblématique de Beuys à la Documenta de Kassel) ou prosaïques (avec les photos commerciales des pépinières). Enfin, la technologie s’inspire du mimétisme (par exemple avec l’arbre éolienne).

Aurélie Gravas a élaboré une composition de papiers découpés aux couleurs vives et reflets métalliques où s’accrochent des silhouettes d’oiseaux parfois découpés en creux ou en aplat. L’effet de la peinture aérosol donne un équilibre volontairement instable à cette tribu volatile. Les variations de noirs apportent une densité certaine aux univers de Thomas Lévy-Lasne. Le dessinateur répartit savamment la lumière pour créer des compositions dynamiques. Il donne libre cours à l’effervescence de la foule dans le cadre retenu de la végétation (Manifestation, 2015). Attentif aux événements quotidiens comme aux mouvements sociaux, l’artiste fait de l’arbre un compagnon urbain, témoin de la marche du monde, au jour le jour.

Thomas Levy-Lasne, Manifestation 02 2016 fusain sur papier, 56x76cm Manifestation 01 Manifestation 012016 fusain sur papier 56x76cm La forêt La forêt2015 fusain sur toile 250x325cm Sur le lit Sur le lit2016 fusain sur papier 89x116cm Le vieux juif Le vieux juif2015 fusain sur papier 89x116cm La célébrité La célébrité2015 fusain sur papier 89x116cm Fatigue Fatigue2015 fusain sur papier 89x116cm Les filles aux portables Les filles aux portables2015 fusain sur papier 89x116cm collection particulière Le DJ Le DJ2014 fusain sur papier 89x116cm collection particulière Devant Bernin Devant Bernin2014 fusain sur papier 89x116cm collection particulière La forêt La forêt2014 fusain sur papier 89x116cm collection particulière L'anniversaire L'anniversaire2014 fusain sur papier 61x77cm Les arbres Les arbres2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière Le cinéma Le cinéma2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière La maison de campagne La maison de campagne2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière Le feu d'artifice Le feu d'artifice2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière Les bougies Les bougies2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière Les pigeons Les pigeons2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière Le chemin la nuit Le chemin la nuit2014 fusain sur papier 61x77cm collection particulière Après l'amour Après l'amour2011 fusain sur papier 97x130cm collection particulière La mendiante romaine La mendiante romaine2011 fusain sur papier 97x130cm collection particulière Virgil chez lui Virgil chez lui2012 fusain sur papier 97x130cm Justine chez elle Justine chez elle2011 fusain sur papier 97x130cm collection particulière Câlin 02 Câlin 022011 fusain sur papier 70x70cm collection particulière Câlin 01 Câlin 012011 fusain sur papier 70x70cm collection particulière Mélancolie Mélancolie2008 fusain sur papier 72x80cm Justine Justine2008 fusain sur papier 54x74cm
Thomas Levy-Lasne, Manifestation 02 2016 fusain sur papier, 56x76cm

Kandinsky a découvert l’abstraction en voyant l’un de ses tableaux figuratifs à l’envers. Askhat Akhmedyarov transpose cette propriété en sculpture. Il reprend la thématique de l’arbre inversé comme le proposait Rodney Graham en photo. Avec ce dévoilement hors sol, il exhume la forme fascinante des racines qui se déploient, ondulent avec une grâce ornementale. Les impressions jet d’encre d’archives du duo Ackroyd & Harvey supposent un face à face implacable avec la plante exhibée dans sa globalité, la renvoyant à sa dimension biologique. Le fond blanc ne laisse aucune échappatoire. Les artistes anglais s’inscrivent dans la lignée de l’art écologique, en faisant de l’image un instrument de responsabilisation (notamment dans le cadre de la COP21 avec Beuys’ Acorns: Trees on Tour).

Khvay Samnang, Rubber Man 2014 (extrait de la vidéo)
Khvay Samnang, Rubber Man 2014 (extrait de la vidéo)

Khvay Samnang exprime lui-aussi des préoccupations environnementales dans la vidéo « L’Homme caoutchouc » (2015). Au cœur de la forêt cambodgienne, l’artiste s’identifie à l’hévéa en s’aspergeant de latex frais. Il dénonce ainsi les nuisances de la monoculture pour la biodiversité. Tout semble envisageable, y compris un « Arbre aux quarante fruits », imaginé par Sam Van Aken comme un remède à l’aporie… A moins qu’il ne s’agisse d’une énième tentative de contraindre la nature ? La figure de l’artiste se déplace vers celle de l’inventeur. L’“Arboretum” (2013) de Patrick Van Caeckenbergh l’assimile quant à lui au rôle de collectionneur, recherchant ici et là, les espèces rares, objets plus ou moins curieux qu’il assemble, trie, hiérarchise…  avec le soin méticuleux d’un lépidoptériste qui épingle des papillons.

dsc_4650

Inspirée par l’univers de la BD et du street art, Sara Conti a réalisé de grandes fresques d’une dizaine de mètres (collage papier sur mur), suscitant la curiosité dès l’entrée.  Réinterprétant le thème de la fusion de l’arbre avec l’humain, elle soumet ses créatures à d’étranges germinations. Le ton est ludique. D’abord dessinées à l’aide de logiciels informatiques, les galipettes de ses personnages découpés acquièrent sur les cimaises une dimension nouvelle. Sean Capone interprète lui aussi le mythe de la métamorphose pour donner corps à ses déformations numériques, en incarnant Daphné sous les traits d’une mutante. Les vidéos de Margit Lukács & Persijn Broersen nous baignent dans un environnement surnaturel et idyllique. L’arbre est planté dans le décor d’un jeu vidéo où les héros ont plusieurs vies.

15 rue de Thorigny
75003 Paris

Du mardi au samedi
14h – 19h
ENTRÉE LIBRE
topographiedelart@orange.fr
T. 01 40 29 44 28
F. 01 40 29 44 71

M° : St Paul ou 
St Sébastien-Froissart

PUBLIC POOL #1 « le mythe est une parole » (C-E-A), Cité Internationale des Arts, 21 juin 2016

Dans le cadre du Public Pool #1 « Le Mythe est une parole » organisé par l’association C-E-A / Commissaires d’exposition associés, je présenterai une communication d’après les réflexions barthésiennes sur le studio Harcourt, le 21 juin à la Cité internationale des arts.

Bertrand Lavier, Portrait Harcourt
Portrait Harcourt de Bertrand Lavier

paris-visions-7_4636758Roland Barthes aborde le caractère stéréotypé des visages de comédiens de théâtre et des acteurs de cinéma dans ses articles « Visages et figures », (1953, Œuvres complètes, t. I, p. 268-279) et « L’acteur d’Harcourt » (1957, OE, I, p. 688-690). Mis en scène par les éclairages du studio photographique parisien, ils sont volontairement cadrés en plan rapproché, conférant à l’être immortalisé dans une pose étudiée, une aura divine et un statut d’icône personnifiée.

cabine-Harcourt Que reste-t-il de ce mythe avec la « Cabine photo de luxe Studio Harcourt » ? Comment est-il réinventé au contact de ce transfert paradoxal ?

Depuis les années 1950, les prises de vue en studio s’accompagnent d’un protocole immuable : maquillage, poses, éclairages soigneusement orientés… Tout est savamment orchestré pour valoriser les particularités d’un visage modelé par l’ombre et la lumière.

Pour 10 euros, le photomaton d’Harcourt est-il une promesse raisonnable ?

Formellement, quels sont les rapprochements entre l’esthétique personnalisée des origines et les mécanismes standardisés de la cabine ?

Techniquement, comment s’est constitué le projet ?

Symboliquement, que révèle la recherche de la sophistication d’une photographie « Harcourt » de notre ère des selfies ?

imgres

Bertrand Lavier, Harcourt/Grévin, 2002

Continuer la lecture de PUBLIC POOL #1 « le mythe est une parole » (C-E-A), Cité Internationale des Arts, 21 juin 2016

Colloque international « Du fantôme », 7-8 juin 2016, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

l'âme du couteau
Alain Fleischer, L’Âme du couteau, collections du Centre Pompidou, 1982.

Je donnerai une conférence sur le travail d’Alain Fleischer dans le cadre du colloque sur les fantômes organisé par Miguel Egaña et Anne Dietrich.

(Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR ACTE CNRS 8218)

Centre St Charles

47 rue des Bergers

75015 PARIS

7 et 8 juin 2016

Continuer la lecture de Colloque international « Du fantôme », 7-8 juin 2016, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Journée d’étude « Les arts contemporains et leur espace institutionnel », INHA (salle Vasari), 9 avril 2016.

affiche-e1458246300676Journée d’études organisée par Pamela Bianchi (Maître de conférences) et Jee-Young Kim (doctorante de l’EDESTA)
Avec la participation de l’EPHA / AIAC, École Doctorale Esthétique, Sciences, Technologies des Arts (EDESTA), Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis

Samedi 9 avril 2016, de 9h30 à 16h30
Institut national d’histoire d’art (INHA), Salle Giorgio Vasari
2 Rue Vivienne 75002 PARIS

PROGRAMME

louis-vuitton
Inez Van Lamsweerde et Vinoodh Matadin, campagne « L’Invitation au voyage », Louis Vuitton, 2013.

PREMIÈRE SESSION : THÉÂTRALISATION DES ESPACES INSTITUTIONNELS

  • Le Louvre infiltré : Détournement et réinvestissement des valeurs de l’institution par la photographie de mode, Muriel BERTHOU CRESTEY, Docteur en esthétique, Critique d’art, Commissaire d’exposition
  • Exposition comme dispositif de la ré-expérience : l’acte-expérience de Koki Tanaka, Miki OKUBO, Maître de conférences en arts plastiques, Docteur en esthétique, Université Paris 8

Continuer la lecture de Journée d’étude « Les arts contemporains et leur espace institutionnel », INHA (salle Vasari), 9 avril 2016.

Martin Schoeller, en mode portrait

Martin Schoeller, Christopher Walker
Christopher Walker par Martin Schoeller

L’exposition monographique « Up – Close » présentée au Fotografiska de Stockholm jusqu’au 7 février 2016 rassemble des portraits réalisés par le photographe allemand qui vit à New York depuis les années 1990. Des gros plans réalistes et implacables ouvrent l’exposition.

Martin Schoeller, Hillary Clinton
Hillary Clinton par Martin Schoeller

De Barack Obama à Kate Blanchett en passant par Jeff Koons ou Marc Jacob, Martin Schoeller parvient à diriger l’attention vers la brillance intrigante de regards bienveillants ou inquisiteurs, interrogatifs, crédules ou décidés. Mais ici, les célébrités ne ressemblent plus à l’image archétypale que les médias leur ont façonnée. En optant pour un dispositif technique récurrent, sans profondeur de champ, Martin Schoeller capte la singularité des expressions.

Martin Schoeller, Valentino Garavani
Valentino Garavani par Martin Schoeller

Il emploie deux éclairages néons placés de part et d’autre d’un appareil moyen format argentique et dirigés dans la partie médiane, au niveau du regard, puis il attend l’abandon du modèle. Le choix de formats imposants renforce leur charisme. Positionnées sur un même plan, des personnes anonymes sont intercalées. La posture identique et la similarité des protocoles employés est troublante. Ces portraits ont été effectués dans le cadre de commandes pour le magazine The New Yorker auquel le photographe est associé depuis 1999. Il collabore également à Vogue, Esquire et Vanity Fair.

Martin Schoeller, Usain Bolt at The Metropolitan Museum of Art, New York, 2009.
Martin Schoeller,
Usain Bolt at The Metropolitan Museum of Art, New York, 2009.

Puis, des portraits placés en situation impliquent des mises en scènes insolites ou inhabituelles. Admirateur d’Irving Penn, le photographe imagine des mises en scène loufoques ou inattendues tout en préservant la simplicité et l’économie de moyens formels. Sous un éclairage magistral, la scénographie privilégie les corps surprenants de bodybuildeuses. Enfin, une série de diptyques commandée par le National geographic sonde les mystères de la gémellité en juxtaposant les visages de jumeaux.

Vue de l'exposition "Martin Schoeller" au Fotografiska, Stockholm.
Vue de l’exposition « Martin Schoeller » au Fotografiska, Stockholm.

Si Martin Schoeller a fait de la ressemblance une règle de son travail, c’est pour mieux exacerber la complexité des êtres dont il cherche à pénétrer l’intériorité. Est-ce pour répondre au « close up » de William Klein (1989) qu’il cherche à s’approcher toujours plus près de la vérité des apparences ?

Continuer la lecture de Martin Schoeller, en mode portrait

11-13.05. Colloque « Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental »

Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental / Producing the History of Fashion in the West

Colloque international co-organisé par Les Arts Décoratifs, le CERHIO-Rennes – UMR CNRS 6258, l‟IRHiS – UMR CNRS 8529, et à l‟initiative du Groupement d‟Intérêt Scientifique « Apparences, corps et sociétés » (dir. Jean-Pierre Lethuillier)

Programme du colloque

Mon intervention « Histoire et mode : une symbiose photographique » aura lieu le 11 mai, dans la section « IMAGES ET HISTOIRES DE LA MODE / IMAGES AND HISTORIES OF FASHION » Continuer la lecture de 11-13.05. Colloque « Faire l’histoire de la mode dans le monde occidental »

« Mode et guerre en Europe. 1914-1918. Fashion, dress and society during World War I »

 

NURSE de meyerConférence : « Les photographies du baron Adolf de Meyer dans Vogue : formes, représentations, idéologies », Samedi 13 décembre, 9 heures, salle 0.1 de l’IFM, Paris. 

DANS LE CADRE DU COLLOQUE « MODE, VÊTEMENT ET SOCIÉTÉ EN EUROPE DURANT LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE », 12-13 DÉCEMBRE 2014, IFM (Dir. Maude Bass-Krueger & Sophie Kurkdjian)

mode et guerre en Europe

« 60 chercheurs internationaux venus du monde entier (Allemagne, Canada, Espagne, États-Unis, Finlande, Grande-Bretagne, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Suède…)   interviendront sur l’histoire de la mode féminine et masculine, des femmes et de la presse féminine en temps de guerre, ainsi que sur les questions d’identité et de genre. Ce colloque sur l’histoire de la mode et de la beauté durant la Première Guerre mondiale est une initiative inédite. Jamais une conférence internationale n’a été organisée sur ce thème.

S’inscrivant dans le cadre des commémorations officielles du Centenaire de la Première Guerre mondiale, ce colloque permettra d’interroger le rôle des femmes durant le conflit, mais aussi des problématiques essentielles d’histoire sociale, économique, culturelle et même politique de la mode et de la beauté, telles que les questions liées au genre et à l’identité, à la production et consommation vestimentaire, à la presse féminine, aux couleurs et aux tissus. Ces questionnements, largement oubliés dans l’historiographie, enrichiront considérablement la recherche en histoire de la mode et de la beauté, en éclairant une période dont les femmes ont longtemps été oubliées. Si l’après-guerre est décrit comme une période de libération pour les femmes (même si, à l’exception des domaines de la mode et de la beauté, il faut en relativiser la portée),  et d’évolution formelle des vêtements qui vont vers plus de simplicité, il faut aller en rechercher les origines durant la Première Guerre mondiale, et c’est ce que colloque entend réaliser : comprendre, découvrir les ressorts de l’émancipation féminine de l’après-guerre, tout en abordant aussi la question de la mode masculine. La dimension internationale et pluridisciplinaire de ce colloque permettra de croiser les regards sur ces questions, et d’envisager l’histoire de la mode, de la beauté et des femmes dans une perspective d’histoire connectée. »

Toutes les informations relatives au programme se trouvent sur :

http://wwifashion.com/

Continuer la lecture de « Mode et guerre en Europe. 1914-1918. Fashion, dress and society during World War I »

23. 05. 14. « Mode et images », séminaire « Histoire de la mode », IHTP-CNRS

Frank Horvat, Florence, Italy, High Fashion, 1951.

– Corinne Thépaut-Cabasset, Historienne de l’art et de la mode, chargée de recherche au Château de Versailles, chercheur associée au Victoria&Albert Museum (2010-2013) :

« La mode en image sous l’Ancien Régime »

– Muriel Berthou Crestey, Docteur en esthétique, Chercheur contractuel à l’ITEM (ENS-CNRS) :

“Les photographes de mode de 1950 à aujourd’hui : une question de genre”

– Paula von Wachendeldt, Assistant Professor at the Centre for Fashion Studies, Université de Stockholm : 

“L’image contemporaine du luxe”

Continuer la lecture de 23. 05. 14. « Mode et images », séminaire « Histoire de la mode », IHTP-CNRS

Séminaire « Genèse et autobiographie », ITEM (ENS-CNRS)

Séminaire « Genèse et autobiographie », sous la direction de Catherine Viollet.

Pierre-Louis Pierson, La Comtesse de Castiglione en marquise, 1860s.

Dates du séminaire 2013-2014. Les samedis : 12 octobre, 23 novembre,14 décembre 2013 ; 18 janvier 2014, 08 février, 15 mars, 05 avril, 31 mai 2014.

Les séances ont lieu de 10h à 13h, à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Beckett.

Continuer la lecture de Séminaire « Genèse et autobiographie », ITEM (ENS-CNRS)

Colloque « La Parisienne, du Second Empire aux années folles ». 16-17, 30-31. 01.2014

Eugène Disdéri, La Taille, 1860s.
Eugène Disdéri, La Taille, 1860s.

Colloque « La Parisienne, création d’un mythe : représentations littéraires et artistiques du Second Empire aux  années vingt », en partenariat avec Paris Ouest Nanterre, sous la direction d’ Anne- Simone Dufief, P.J. Dufief, les 16- 17 janvier 2014 et les 30- 31 janvier 2014.

« Le premier XIX° siècle a connu la vogue des physiologies qui ont décliné toute la diversité des types sociaux que les romanciers ont mis en fiction en privilégiant la variété des personnages féminins. Paris exerce une fascination toute particulière et la période va voir progressivement le type de la Parisienne accéder au statut de mythe.

Le colloque s’attachera donc à analyser les différentes formes du type et du mythe dans les lettres, la presse et les arts.

Les interventions s’appuieront sur des approches critiques et des méthodologies diverses faisant appel aussi bien à l’histoire culturelle, à la sociologie et aux études de réception. »

(Extrait de la note d’intention de Anne Simone Dufief et Pierre Dufief).

Programme

Continuer la lecture de Colloque « La Parisienne, du Second Empire aux années folles ». 16-17, 30-31. 01.2014

Journée d’étude « Les Vouloirs de l’empreinte ». 23/10/13

« Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre de recherches en arts plastiques et plus largement dans une réflexion pluridisciplinaire sur les moyens et les démarches de création.  » Direction : Hélène Saule-Sorbé.

Intervenants : Judith Avenel, Muriel Berthou Crestey, Laurence Cavalier, Jacques des Courtils, Alban Denuit, Ghislain Trotin, Hélène Saule-Sorbé.

Université Michel de Montaigne, Bordeaux III.

9h.30 – 17 h.

Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Salle II, 1er étage.

Programme-empreinte

Doriss Ung, « Yonder Blue », Caen, Festival « Normandie impressionniste »

Yonder blue : chromatique des impressions

Depuis 2003, Doriss Ung parvient à capter la douceur et le battement des mécanismes propres au vivant afin de les révéler au sein de chaque environnement. Attentive aux mouvements du cosmos, elle conçoit des espaces complémentaires, fusionnant intérieur et extérieur, nature et artifice. Elle s’attache à glaner, dans les profondeurs outremer ou l’azur aérien, des énergies, des lumières où s’éveillent les émotions. Le milieu naturel déploie une richesse de tonalités dont elle sélectionne précisément chaque nuance. La gamme chromatique s’étend à l’infini. Pourtant, elle nourrit une affection particulière pour les monochromes qui exaltent les aspects miroitants d’une même tonalité. Pour elle, les états d’âme ont une couleur. Les mouvements de la nature apparaissent comme un équivalent des mécanismes humains. Le quotidien est un terreau où fomente l’extraordinaire. Dans ses œuvres protéiformes, les courbes s’hérissent ou se fondent dans le flux mouvant des saisons mais toujours, elles s’unissent à un site et en révèlent des aspects insoupçonnés. Ses installations s’enracinent dans un lieu, une histoire préexistante. Doriss Ung fait naître des survivances formelles sous les sédimentations du paysage ; elle réveille des passions que le temps a recouvertes. Qu’il s’agisse d’arpenter des friches (Refuges, 2012, sur le lieu de l’ancienne métallurgie de Normandie), des abris de mémoire (Au rythme de Camélia, 2008), des chambres ou des jardins, l’artiste parvient chaque fois à ménager des interstices où l’imaginaire voyage en se frayant un chemin. Il s’agit de détourner les habitudes pour modifier notre regard sur le monde.

Diplômée des Beaux-arts de Caen en 2005, Doriss Ung s’élance dans une vie chevillée à l’art tout en cultivant sa première vocation scientifique. Elle en conserve le goût de l’observation des plantes et la conviction de leur pouvoir. L’artiste s’imprègne d’atmosphères générées par des lieux volubiles ou secrets ; elle se tient à l’écoute des relations ayant germé dans les rapprochements entre l’art et les sciences de la vie. Ainsi elle examine les  déplacements physiques et les transports de l’âme.

Le culte du mouvant.

Claude Monet, Bras de Seine près de Giverny, 1897.
Claude Monet, Bras de Seine près de Giverny, 1897.

Invitée à investir de petits territoires du Jardin des plantes de Caen dans le cadre du festival Normandie Impressionniste, Doriss Ung a produit des installations en immersion avec ce lieu intimiste. On y pénètre par un grand portail ; puis on se faufile dans les fines allées séparant les plantes thérapeutiques qui rappelent l’origine du jardin. La marche se poursuit par une légère côte à mesure que l’on s’approche de l’intervention artistique. Pour le projet Yonder Blue, Doriss Ung a colonisé deux espaces : l’un extérieur, l’autre intérieur. L’œuvre bicéphale est un vivier de sensations où les époques se rencontrent : au moment de la plantation, l’artiste anticipe le développement des végétaux tout en prenant en compte l’envergure des arbres parfois couchés par le temps. Elle préserve les équilibres. Les œuvres lui insufflent des schémas de compositions botaniques inédits. Le jardin peint par Monet est une source dans laquelle elle a puisé des mariages colorés. Giverny est déjà transfiguré par l’œil de l’artiste forcé d’imaginer la beauté des couleurs de la nature dont la cataracte le prive à partir des années 1920. Depuis l’infinité du ciel reflété en surface jusqu’aux profondeurs évoquées par transparence, surgissent une multiplicité de couches picturales. Elles génèrent de vertigineuses oppositions de perspectives. Jamais ces harmonies n’ont existé en dehors de la surface de la toile. Doriss Ung a voulu qu’elles s’échappent un instant du cadre pictural. Son regard est filtré par celui du peintre impressionniste. Nouvelle muse, l’image se substitue au réel. Pensé comme une installation artistique, son jardin fourmille d’incitations à la déambulation et aux rêveries.

Là-bas, un autre espace immerge le spectateur dans des nuées de bleu céladon, s’échappant en volutes. Cette deuxième installation fait jaillir des impressions d’eaux vives, contrastant avec le calme des eaux dormantes d’abords aperçues au milieu de la végétation. L’évolution vers un dédoublement des formes est accompagnée d’un paysage sonore répétitif, énigmatique et lancinant. Une artiste lyrique a enregistré des mélopées selon les consignes de Doriss Ung afin d’exprimer la poésie des émotions et sentiments. A l’instar de la machine mémorielle du film Je t’aime je t’aime d’Alain Resnais, la pièce proposée est une ode à la mémoire des formes qui habitent l’Inconscient collectif : Doriss Ung y célèbre les noces de la mer et du ciel, proposant un parcours initiatique dont le spectateur sortira transformé. L’expérience, dans la vie, est réussie, contrairement à la fiction. Des songes bleus accompagnent le spectateur qui suit le fil de ce parcours sensible.

Jardin céleste.

Doriss Ung, Yonder Blue (détail), 2013, Jardin des Plantes de Caen.

Sous l’impulsion de Doriss Ung, les membres de l’équipe se sont transformés en jardiniers d’espaces bleus, répartissant les végétaux par touches. En flânant dans le parc, le visiteur perçoit, tel un mirage, une nuée de bleus chauds tapissant la périphérie de l’installation. En s’approchant pour voir ce tableau mouvant, il découvre alors le bassin devenu miroir ; les masses reflétées s’y répartissent par ricochets dans l’eau. Les branches des arbres y apparaissent dédoublées. Cet espace composé en fonction du projet initial d’une conquête du bleu a demandé un an d’élaboration. A l’époque, la végétation était très développée. Doriss Ung a d’abord travaillé par soustraction, élaguant les branches pour exacerber la faculté des arbres à devenir sculptures. Elle a « redessiné », dit-elle, les buissons, les bambous ainsi qu’un if majestueux dont il fallait redécouvrir la silhouette. Puis, légèrement, des notes de cobalt et du bleu de crésyl ont fleuri délicatement à mesure que les plantes se développaient. Iris, agapanthes, fougères et nénuphars se sont installées çà et là, au centre et en périphérie du bassin faisant le lien entre deux jardins, l’un d’ombre et l’autre de lumière. A mesure que le spectateur circule autour de la composition végétale, les perspectives se transforment ; tout paraît susceptible d’évoluer ; la mise en scène semble chaque fois différente, selon qu’un bouquet d’iris s’impose au premier plan ou qu’un tapis feuillu traverse l’espace de part en part. Cette cellule végétale s’appréhende du dehors. Des barrières de protection empêchent l’accès direct aux deux espaces complémentaires ; un bief réunit les deux plans d’eau. Les courants et les sons produits par de petites cascades ajoutent un sens supplémentaire à la scène parcourue de mousses aux densités plus ou moins délicates ou drues. Les eaux stables et tranquilles évoquent un monde en suspension, arrêté. La Dame du lac ou quelque créature y seraient-elles cachées ? Devenu théâtre d’intervention artistique, le lieu cristallise non seulement les fantasmagories mais il devient plus encore l’équivalent de la page blanche à investir. Plus qu’un motif, il s’apparente alors à un dispositif. L’espace des lavandes planté aux abords d’une courbe distillera des senteurs nouvelles, selon le jour ou la période de l’année où l’on se réfugiera dans l’alcôve. Le lieu est intimiste. Les plantes s’acclimatent selon leur emplacement. Leur disposition a fait l’objet d’expérimentations plus que de calculs.

Doriss Ung n’aura ici, en guise de cartel discret, qu’un petit panonceau sur lequel on écrit habituellement le nom des plantes. Dans ce « désordre organisé », certaines semblent avoir été semées par le vent. Sous le souffle des éléments, des soubresauts indicibles font vibrer ça et là toute la composition. Le passage des carpes provoque des mouvements sous les nénuphars faisant référence au jardin de Monet. Leur floraison est encore latente. L’ombre blanche d’une colombe vient se poser dans la perspective. L’idéal de la peinture impressionniste paraît transmué en réalité. Sur une rive, des bancs sont installés en regard. Le visiteur s’y arrête un moment, se livrant à la contemplation. Pour préparer l’expérience suivante, Doriss Ung veut apaiser l’esprit afin qu’il soit réceptif aux frémissements et vacillements des perceptions. Aller d’un lieu à l’autre nécessite d’arpenter à nouveau le jardin, de passer sous la voute étonnante d’un vieil arbre qui nous protège sous ses frondaisons et de descendre une pente douce pour rejoindre la serre en contrebas.

« Bleu comme une orange »,

Doriss Ung, Yonder Blue, Vue de l’installation en cours de finalisation, le 09.06.2013.

A l’intérieur de l’Orangerie, Doriss Ung a créé le second générateur de sensations. On y pénètre par un petit couloir. Les aménagements de l’artiste s’inscrivent en cohésion avec les dimensions monumentales du lieu. De grands et longs rideaux semblant tissés dans des pigments de Smalt filtrent la lumière extérieure et permutent les longueurs d’onde. La lumière pénètre l’œil par la prunelle. L’ensemble est transparent, léger mais insaisissable. Le sol est blanc, malléable aux empreintes. Un écran, gigantesque, a été légèrement incliné. Les images qui défilent semblent s’abandonner aux chants des sirènes et des anges. Les accords du guitariste accompagnent les contorsions des volutes. Mais il est vain de vouloir accrocher son regard aux détails de cet espace onirique répartissant les masses comme sur un balancier. Tout coule ; tout change et se transforme ; ici, tout tombe ou s’élève. Les tressaillements correspondent aux hésitations des formes qui, telles des cellules, semblent se dédoubler ou se rassembler alternativement. De Caen à Etretat, sur la côte normande, Doriss Ung a observé les phénomènes qui génèrent les mouvements du ressac de la mer. Elle a scruté les caprices des ciels qui structurent les paysages impressionnistes. Elle les a fait se rencontrer. Entre ciel et mer, les perspectives se sont inversées. Sa caméra paraît courir après les vagues. Ne voit-on que du bleu dans cet environnement instable, cotonneux et fantasmagorique ? Le regard est happé dans cette traversée, réclamant une vision flottante pour apprécier tous les enchevêtrements sémantiques de ces motifs visuels et vocaux funambules. Les harmonies complémentaires sont impressionnantes à défaut de se confondre totalement avec l’impressionnisme. Une adaptation nouvelle s’impose à nos perceptions. A quel endroit se situe la lisière entre le regard d’autrui et ce qu’il révèle de nous-même, l’abstraction et la dissolution du réel, l’artifice et la nature, la mémoire et la prospection ?

« Je vois le ciel bleu t’épouser »

Le visiteur change de couleur, à la manière du chien de Berkeley qui, à force de regarder le ciel, deviendrait tout bleu à l’intérieur de son corps. Tout nous apparaît différent sous cette lumière inhabituelle. Certains physiologistes rappellent que la lumière bleue contient en elle-même un paradoxe : théoriquement, elle devrait favoriser l’acuité visuelle mais les expériences démontrent qu’elle trouble au contraire les représentations. Le film éponyme allemand réalisé par Leni Riefenstahl en 1932 rappelle son potentiel énigmatique et mystérieux, faisant de la lumière bleue un vecteur de sorcellerie associé à la pleine lune. Elle appelle aussi à une dimension plus prosaïque ; désormais, elle s’infiltre partout grâce aux écrans de télévisions, téléphones, tablettes, ordinateurs… Sur le plan biologique, elle provoque la sécrétion des hormones de l’éveil, agissant sur les rythmes circadiens en déployant une Haute Energie Visible. L’ambiguïté des formes qui se déploient dans Yonder Blue provient peut-être de ce double versant renvoyant à la fois à la nature et aux constructions artificielles du monde dans lequel nous évoluons. Si les visions se hiérarchisent différemment selon nos désirs et le jardin secret de chacun, Doriss Ung parvient à s’emparer des forces d’attraction universelles sur lesquelles s’appuient nos percepts. Elle les métamorphose : la géométrie disparaît. Les rapports entre le fond et la forme, le motif et son coloriage, s’inversent. Les teintes ne sont plus seulement contenues dans une surface délimitée. Car ce sont les couleurs elles-mêmes qui définissent leurs contours évasifs. Un vacillement bouleverse nos modes de représentations habituels. Les perspectives se renversent. Et quelque chose d’enfoui se révèle, en pénétrant dans l’univers de Doriss Ung. Au-dedans, on se sent transporté comme si « Yonder Blue » était un passage initiatique vers une autre compréhension des phénomènes qui étreignent nos perceptions. Dehors, le monde semble avoir changé de couleur et toutes les teintes paraissent plus chaudes.

Dans l’infini des sensations.

Les deux installations de Yonder Blue ont pour point commun de générer une perte des repères spatiaux et temporels, transmuant les tableaux de Monet en sources d’inspirations tridimensionnelles et plurielles. Ici, les gouttelettes d’eau en suspension rejoignent la mer. Là-bas, les frondaisons se reflètent dans les profondeurs d’un bassin. Carnets de voyages oniriques, ces pièces s’implantent dans des environnements réels, soit en s’enracinant à la terre, à ce qu’elle comporte d’évident ou d’enfoui, soit en s’évadant au contraire dans l’infini des mers et les strates des vagues qui en découvrent incessamment de nouvelles. Elles nous acheminent potentiellement vers d’autres espaces peuplés de réflexions bleues. Les formes et les sons se ressassent ; les floraisons étalées sur un plan d’eau ou un jardin renaissent et reviennent d’une année à l’autre mais ce n’est ni tout à fait au même endroit ni tout à fait à la même époque qu’elles fleurissent. Tous les mouvements amorcés sont différents. L’artiste démontre la singularité de chaque nuance, y compris lorsqu’elles sont choisies dans des gammes très proches.
Puiser dans sa culture pour créer un objet d’art avec la nature : c’est à cette mission que s’attelle Doriss Ung hybridant les registres d’expression. Elle propose ici un crescendo de sensations avant de retrouver le calme et l’apaisement d’un consensus absolument bleu. Ainsi puise-t-elle à la source du sentiment lacustre qui est « […] le fait simple et direct de la sensation de l’éternel (qui peut très bien n’être pas éternel, mais simplement sans bornes perceptibles, et comme océanique) » selon la définition qu’en donne Romain Rolland dans une lettre à Sigmund Freud datée du 5 décembre 1927. Elle confère un supplément d’âme à des environnements qui ouvrent des failles temporelles ; le temps de la contemplation peut s’y adonner amplement. Si « voir, c’est saisir spontanément les rapports des choses » comme l’écrit Odilon Redon le 7 mai 1875, alors regarder pourrait être un acte consistant à discerner le visible sous une autre lumière, à travers une autre sensibilité.

Yves Klein dépose la composition de l’International Klein Blue dans une enveloppe en 1960. Le « bleu Ung » existerait-il ? Si tel est le cas, alors il réside dans la pluralité des accords qu’il produit et sa faculté de changer de nuances, tel un caméléon se métamorphosant selon les lieux qu’il investit non plus pour adopter leur couleur mais pour les transformer. C’est par touches successives que les tonalités du « bleu Ung » se dévoilent, comme une succession d’expériences proposées au regard. Embarquant ses équipes de techniciens ou de jardiniers dans l’alliance bleue, l’artiste est parvenue à explorer la richesse d’un vocabulaire formel iridescent et volubile. Les mouvements centrifuges et centripètes ne s’excluent plus dès lors que les formes semblent nager dans l’espace, comme en apesanteur. L’émotion se concentre dans l’œil. La couleur atteint les sphères infinies de l’imaginaire. Dans le Crépuscule du matin, Charles Baudelaire écrit : « L’air est plein du frisson des choses qui s’enfuient ».

Muriel Berthou Crestey

Texte écrit dans le cadre de l’exposition « Yonder Blue » de Doriss Ung, Festival Normandie Impressionniste 2013.

Conférence « Andy Goldsworthy: apprivoiseur d’éphémère », Festival de l’Histoire de l’art, 01.06.13

Festival de l’Histoire de l’art, Fontainebleau

Andy Goldsworthy, apprivoiseur d’éphémère

1er Juin, 15h.30-16h.30, Théâtre de l’âne vert

« Ce n’est pas du tout pareil de confectionner une sculpture éphémère et d’en faire une qui reste visible tout le temps […] [La photographie en conserve alors une trace]. Il y a dans ce procédé, une intensité que je ne ressens pas lorsque j’accomplis un travail fait pour durer. »

Andy Goldsworthy, Arche, p. 16.

Andy Goldsworthy, Août 87 - Feuilles d'Iris agrafées entre elles par des épines remplies en 5 endroits par des baies de sorbiers/attaque de poissons par en dessous/difficile de conserver toutes les baies becquetées par des canards.

Pour mettre en oeuvre une « subsistance de l’éphémère »[1], le Land Art donne l’opportunité de prolonger les cycles de la nature. La photographie offre un point d’orgue au geste de l’artiste en perpétuant les installations parfois fragiles d’Andy Goldsworthy, faisant d’un acte révolu un présent dont il s’agit de contempler les métempsychoses.

Andy Goldsworthy a fait de l’instant et du temps des partenaires voués à parachever ses créations : il lance des poudres colorées qui s’estompent dans les airs, place sur la surface d’un lac des feuilles d’iris agrafées avec des épines qui se délitent progressivement sous l’attaque des poissons. Enfin, il sculpte la glace pour en faire des mausolées à l’éternel. Le land artist a construit des œuvres qui empruntent leur temporalité à la nature. Ainsi marque-t-il l’avènement d’une autre beauté, celle dont Charles Baudelaire affirmait la dimension « transitoire, fugitive, contingente » qui est « la moitié de l’art » [par opposition à] l’autre moitié [qui] est l’éternel et l’immuable. » (Cf. Les peintres de la vie moderne). Regarder une photographie de l’une de ces installations précaires, c’est s’inscrire en deçà du « ça a été » barthésien, pour réitérer l’action, mentalement et la revivre au présent. Le temps dans l’œuvre (ses transformations, sa déliquescence) se dissocie alors du temps de l’œuvre (et ses possibles extensions via la photographie). Le passage d’un médium à un autre transforme alors ses modes d’inscriptions temporels. « Il n’est pas nécessaire que la photographie se fane et tombe comme une feuille pour que le changement soit intégré dans le travail photographique »[2]. L’étude portera sur ces zones de frictions temporelles à partir des « lieux de temps » dissociés par Jean-François Lyotard, à savoir les temps de production, de consommation et celui auquel l’œuvre se réfère, dont elle constituera bientôt une nouvelle épiphanie.

Muriel Berthou Crestey


[1] Michel Ribon, L’Art et l’or du temps, Essai sur l’art et le temps, Paris, Kimé, p. 162.

[2] Charles Auquière, La Nature photographique d’Andy Goldsworthy, Paris, La Lettre volée, 2002, p. 9.

Séminaire « Roland Barthes » ITEM (ENS/CNRS)

« L’équipe de recherche dirigée par Claude Coste et Éric Marty se donne un double objectif : explorer les manuscrits de Barthes déposés à la Bibliothèque Nationale et rendre compte de l’état des études barthésiennes, tant en France qu’à l’étranger.

Chacune des séances de séminaire, organisée au gré de l’actualité éditoriale de l’année (commentaire, traduction, édition…), donne l’occasion à un ou plusieurs spécialistes d’exposer un travail abouti ou une recherche en cours. »

Le séminaire ITEM-ENS, ouvert à tous, a  lieu à l’École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Responsables : Claude Coste, professeur à l’université de Grenoble 3-Stendhal (coste.claude@wanadoo.fr) et Éric Marty, professeur à l’université Paris 7-Denis Diderot (eric.marty12@wanadoo.fr).

  • Le 10 novembre 2012 (10h-12h)
    Kohei KUWADA (université des langues de Tokyo) « Barthes et l’existence »
    Lieu: ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle Beckett
  • Le 08 décembre 2012 (10h-12h)
    Christophe BIDENT (université de Picardie) « Le geste théâtral de Roland Barthes »
    Lieu: ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Celan
  • Le 12 janvier 2013 (10h-12h)
    Claudia AMIGO PINO (université de Sao Paulo) « Et l’aventure continue. La sémiologie romanesque de Roland Barthes »
    Lieu: ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle Cavaillès
  • Le 23 février 2013 (10h-12h)
    Mathieu MESSAGER (université de Paris 3) « Roland Barthes : grammaticalité de l’existence »
    Lieu: ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle Beckett
  • Le 30 mars 2013 (10h-12h)
    Muriel BERTHOU CRESTEY (Item-CNRS) « « To like/to love: Studium/punctum » de Roland Barthes »
    Lieu: ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle Beckett
  • Le 20 avril 2013 (10h-12h)
    Éric MARTY « Visibilité de Barthes : « le Roland Barthes par Roland Barthes » »
    Lieu: ENS, 45, rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle Beckett
  • Le 18 mai 2013 (10h-12h) Jean-Pierre MARTIN « Noms d’absents, points aveugles » – Lieu : ENS, 45 Rue d’Ulm, 75005 Paris. Salle Cavaillès

Colloque « Photolittérature, littératie visuelle et nouvelles textualités », 26-27. 10, NYU, Paris

Colloque international

NYU Paris,  Université Rennes2, Université du Québec à Montréal

Photolittérature, littérature visuelle et nouvelles textualités

« La photolittérature réfère à des productions imprimées dans lesquelles ont été insérées des photographies, le plus souvent à titre d’illustrations, au sein d’œuvres ayant un statut littéraire ou vocation à être perçues ou reconnues comme telles. Par extension, le mot désigne aussi l’ensemble des productions éditoriales dans lesquelles l’image photographique joue un rôle structurant. Ce colloque a pour ambition de contribuer à une réflexion sur l’histoire passée et la mutation contemporaine des littératures, du livre, de la photographie et plus largement des formes de textualités. »

ContactPhlit.org@gmail.com

Direction : Paul Edwards (NYUF, CHCSC, UVSQ) Vincent Lavoie (Uqàm) Jean-Pierre Montier (université rennes 2 )

Renseignements: Université NYU Paris

56 rue de Passy
75016 Paris
Tél. : +33 (0)1 53 92 50 80
Métro : Métro Passy ou La Muette Code rue B9821
Bâtiment de la deuxième cour

VENDREDI 26 OCTOBRE 2012

9h > session 1, plénière, salle 6
« Inventions photolittéraires » introduction par Paul Edwards

Catherine Clot (nYu) : « Le valois de Gérard de Nerval illustré par Germaine Krull »

Carla Manfredi (Queen’s university, Kingston, Canada) : « Fantasmagories du Pacifique: la photofiction de Robert Louis Stevenson »

Shaba kowsar (doctorante, uvsQ, ChCsC) : « Une séance de pose d’Henry Monnier en 1860 »

Xavier Fontaine (doctorant, Princeton, new Jersey) : « La photographie non-identifiée de Bruges-la-Morte »

14h > session 2, salle 11
« Fictionnalisations photolittéraires »

Emna Beltaïef (université de la Manouba, tunis) : « Paris tendresse, Brassaï & Modiano, de la photographie à l’écriture »

Côme Martin (doctorant, Paris iv) : « Usage thématique de la photographie dans extremely Loud & incredibly Close de Jonathan Safran Foer »

Catherine Poisson (Wesleyan university, Connecticut) :
« Textures : Le petit Chaperon rouge revu et supplanté par Sarah Moon ? »

Chantal Bizzini (Chercheuse indépendante, Paris) : « illuminations de Sebald »

14h > session 3, salle 6
« Littératies plasticiennes »

Ji-Yoon Han (doctorante, université de Montréal) : « La Poupée de Bellmer : variations éditoriales sur le montage d’une série photographique »

Jérôme Dutel (université Jean Monnet, saint-etienne, CeLeC) : « Les horizons incertains (2010) de Martine Aballea »

Danièle Méaux (université Jean Monnet, saint-etienne, CiereC)) : « Quand les artistes viennent questionner le dispositif photolittéraire »

Márcia arbex (université de Minas Geraïs, Belo horizonte, Brésil) : « Les récits-images de Jean Le Gac et de Michel Butor »

17h30 > Conférence de clôture, salle 6 suzanne Doppelt, écrivain

___________________________________________

SAMEDI  27  OCTOBRE 2012

9h > session 4, salle 6
« Intermédialités et visualités du livre »

Céline Cadaureille (docteure, Membre associée LLa-Créatis, toulouse) : « Les scripts secrets des fantasmes sur papier glacé »

Andrea oberhuber (université de Montréal) : « Par-delà l’illustration : projets photolittéraires et modes de lecture du livre-objet dans les années trente »

Gyöngyi Pal (docteure, universités rennes 2 et szeged, hongrie) : « Tendances et spécificités de la photolittérature hongroise »

Gersende Camenen(université de tours) : «Les étranges textes-images de Mario Bellatin»

9h > session 5, salle 11
« Mutations photolittéraires »

Dalhia El seguiny (université du Caire, égypte) : « Du visuel dans le scriptural : la photo dans l’autobiographie moderne »

Muriel Berthou Crestey (docteure, membre associée ITEM/CNRS) : « Rhétorique du référent invisible »

Anahí Alejandra Ré (université de Cordoba, argentine) : « De la “dés-adressibilité” à la naissance d’un nouveau langage : agrippa (1992) de Gibson »

Arcana Albright (albright College, Grande-Bretagne) : « Textualité sans frontière : Livre /Louvre de Jean-Philippe Toussaint »

14h > session 6 , plénière, salle 6
« Nouvelles textualités de l’image » introduction par Vincent Lavoie

Servanne Monjour (doctorante, rennes 2, Cellam) : « Penser les virtualités de la photographie en dehors du numérique : retour imaginaire d’Atiq Rahimi »

Érika wicky (Post-doctorante, uqàm, Figura) : « Transparence et aura : la reproduction de tableaux au XXIe siècle ».

Anne Reverseau (Post-doctorante, K.u. Louvain, Belgique) : « Les cartes postales du désordre : des nouvelles du continent numérique »

Anne-Cécile Guilbart (université de Poitiers, ForeLL) : « Photolittérature argentique des années 1980, le chant du cygne ? »

17h30 > Conférence de clôture, salle 6

Bertrand Gervais (uqàm, Figura) : « Une figure suspendue. Reprise et dédoublement de the Falling Man dans les fictions du 11 septembre 2001. »

Festival de l’Histoire de l’art, 1er-3 juin 2012

J’ai le plaisir de participer à la seconde édition du Festival de l’Histoire de l’art qui se déroulera du 1er au 3 juin 2012. Aussi, je vous invite à découvrir la programmation diversifiée de cet évènement qui réunit des débats (« Autour de la science de l’image » avec E. Alloa, M. Bruhn, P. Geimer, M. Zimmermann, « Documenta : quelles conceptions de l’international ? » avec P. Falguières, T. Schneenman et  « la galerie d’art contemporain de promotion » avec T. Dufrêne ou F. Hergott, J. Wolff), des tables rondes ( A. Gunthert, B. Khalvadjian, L. De Pémille, A. De Nervaux, N. Pernac « La reproduction des œuvres et le droit d’auteur » ou encore P. Wat, F-R. Martin, « Cranach et J. Martin ») des lectures (Olivier Rolin, Isabelle Etienne, « Un chasseur de lions »), des présentations d’expositions (S. Lemoine, M. Poirier, « Lumineux, Dynamique ! ») et d’ouvrages (Anne Tronche, L’Art des années 1960), des projections (« L’Animal d’acier, W. Zielke » présenté par M-J. Mondzain, « Sur la route du Land Art, F. Danesi, F. Flahutez, A. Lausson »), des concerts (l’Exil américain, Dvorak, Prokofiev) et communications (Riccardo Venturi sur H. Matisse, W. Hofmann « La beauté est une ligne. D’Altamira à Max Ernst », A. Pinelli sur le Grand Tour), etc. Ma conférence du 03.06.12 portera sur les « Images au bout de la nuit : le voyage intérieur dans les arts visuels contemporains » et aura lieu de 15h.30 à 16h.30 au Salon des Fleurs du Château de Fontainebleau.

Journées d’études « Circulations entre les arts : interroger l’intersémioticité », 30-31.03

Journées d’études organisées à l’Université de Toulouse II – Le Mirail sous l’égide de Nathalie Vincent-Arnaud, Muriel Adrien et Marie Bouchet.

programme_JE_ARCA

Argument : « Comment penser la circulation de la représentation d’un code à l’autre dans les œuvres intersémiotiques ? Que se joue-t-il lorsque l’on passe d’une forme à une autre, comme dans l’adaptation, ou lorsque l’œuvre elle-même circule entre les codes sémiotiques et les mêle (opéra, film, bande dessinée, insertion d’une image dans le texte ou de texte dans l’image, installation) ? Y-a-t-il circulation fluide entre les codes ou prééminence d’un code sur l’autre, voire illusion de circulation, simple « effet » d’un autre code ? »

Programme :

Vendredi 30 mars 2012

salle AR201, Université Toulouse II-Le Mirail

9h00 Accueil des Participants

Ouverture de la Journée d’Etudes

Présidente de séance : Marie Bouchet

9h30 Théval Gaëlle Université Paris III

« L’écriture intersémiotique de Julien Blaine : l’exemple des « Poèmes métaphysiques » »

10h00 Cifuentes-Louault Juanita Université Paris III

« Circulations artistiques dans l’œuvre de Susana Thénon »

10h30 Nägeli Christina Université de Zurich (Suisse)

« L’articulation intersémiotique du souvenir chez Camille Laurens »

11h00 PAUSE CAFÉ

11h30 Berton-Charrière Danièle Université de Clermont-Ferrand

« Trans/ou inter-figurations » sémiotiques : réflexions sur « Theatre painting »

12h00 Vincent-Arnaud Nathalie Université Toulouse II-Le Mirail

« Itinéraire obstiné du Boléro :Thierry Malandain, Michèle Lesbre, ou deux regards contemporains à l’œuvre »

12h30 pause déjeuner

Présidente de séance : Muriel Adrien

14h00 Fitzgerald Annelie Université Toulouse II-Le Mirail

« Resisting Intersemioticity : Wyndham Lewis »

14h30 Gris Fabien Université de Saint-Etienne

« La mémoire comme composante de l’intersémioticité. L’exemple de l’intersémioticité cinématographique en régime littéraire »

15h00 PAUSE CAFÉ

15h30 Berthou-Crestey Muriel

« Généalogie du roman-photo : Origines, détournements et perspectives »

16h00 Jullier Laurent Université Nancy II

« Des promesses, toujours des promesses : Passer d’un code à l’autre avec le film et son affiche »

20h00 Dîner en ville

**********************************************

Samedi 31 mars 2012

Salle du Château, Université Toulouse II-Le Mirail

Présidente de séance : Nathalie Vincent-Arnaud

9h30 Arden Charles Université Paris VIII

« La critique musicale des compositeurs, une écriture intersémiotique »

10h00 Bennett Fionn Université de Reims

“Music & language in ancient verse : the dynamics of an antagonistic intimacy”

10h30 PAUSE CAFÉ

11h00 Février Etienne Université Toulouse II-Le Mirail

« « Cat ‘N’ Mouse » de Steven Millhauser : un cartoon linguistique »

11h30 Laborde Barbara Université Paris III

« L’adaptation de La Rue des Crocodiles de Bruno Schulz par Stephen et Timothy Quay (1986) : réflexion intersémiotique sur le corps comme signe »

12h00 pause déjeuner

Présidente de séance : Nathalie Cochoy

13h30 Meillon Bénédicte Université de Perpignan

“The Vertigo of Reiteration through Adaptation : Nicompictopoop Representations in City of Glass, and Smoke

14h00 Giordano Corinne Université Montpellier III

« Des Choses de la Vie à Intersection : Une question de transmodalisation »

14h30 Bénard Rosine Université Paris III

« L’Annonciation : du texte biblique à Godard en passant par Fra Angelico »

15h00 PAUSE CAFÉ

15h30 Meunier Emmanuelle Université Paris VIII

« Les métamorphoses intersémiotiques du mythe casanovien »

16h00 Sebbah Alain Université Bordeaux III

« Le dialogue des arts dans les adaptations des Liaisons dangereuses »

19h00 Musée des Augustins, Toulouse

Création « Ecrire la danse, danser l’écriture »

Atelier de danse Michèle Broda

Colloque « Leurrer la nature », 25 et 26.01.12

Dans le cadre du colloque « Leurrer la nature », j’interviens à propos de l’artiste Liu Bolin le jeudi 26 janvier au Collège de France (salle Halbwachs).

Liu Bolin, série "Hide in the City", Nine Dragons Screen, 03-2010

Comme les buissons de Dante ou Daphné métamorphosée par l’imagination d’Ovide, l’artiste contemporain Liu Bolin se défait temporairement de son apparence humaine. Le plus souvent, c’est dans les villes qu’il se fond, faisant du mimétisme un langage plastique. Le temps d’une photographie, il compose un ensemble de mises en scène afin de dissoudre sa propre image dans le tissu urbain. Voulant mettre au jour certaines préoccupations politiques et culturelles, il a choisi un code singulier pour faire passer ses idées : en 2005, Liu Bolin découvre son atelier pékinois dévasté. En se dissimulant dans le paysage, il donne un voir une représentation collective qui dénonce le statut de l’artiste dans son pays. Parfois imperceptible, sa présence dans l’image sollicite une attention particulière. Liu Bolin se cache dans l’oppression pour ne pas y disparaître, ne pas y laisser sa peau. Ses mues sont labiles, donnant parfois à sa détection une forme ludique. Intégré au centre culturel et politique de la Chine, le plasticien occupe volontairement des lieux chargés d’histoire et de sens, se métamorphose en fonction des diktats des lieux. L’artiste est pris dans le tissu conjonctif de l’image. Se pourrait-il qu’il devienne invisible aux yeux d’Argos ? Paradoxalement, Liu Bolin s’enferme dans l’image pour ne pas être prisonnier d’un système. Depuis cinq ans, celui-ci parait infatigable dans ce jeu de cache-cache et d’inclusion visuelle, produisant un art de la dissimulation et de la feinte, assimilant le fond et la forme pour fusionner avec l’environnement. La ville se présente comme un curieux théâtre où l’acteur devient invisible, pour reprendre le titre de l’ouvrage de Yoshi Oida, acteur japonais prônant l’art de disparaître dans le personnage qu’il incarne. Une leçon appliquée depuis longtemps par les adeptes du théâtre traditionnel chinois (canjunxi). Une fois photographiés, ces montages génèrent un nouveau type de trompe l’œil évoquant une mise en abyme du dispositif photographique, à savoir ce procédé « caméléon » en perpétuelle adaptation face aux innovations. Néanmoins, il y a un certain paradoxe à l’utiliser aujourd’hui comme un leurre mimétique alors même que l’on ne croit plus à une vérité photographique ou à la théorie du référent.