Publication : « Circulation entre les arts. Interroger l’intersémioticité »

Suite au colloque organisé par Muriel Adrien, Marie Bouchet et Nathalie Vincent-Arnaud,  mon article « Généalogie du roman-photo : origines, détournements et perspectives » est désormais disponible sur Fabula.

bovary-73
« Bovary 73. Roman-photos paru dans le magazine « Nous deux ». Supplément du numéro 1340, 8 mars 1873.

Inspiré par l’esthétique cinématographique de l’après-guerre, le roman-photo connaît d’abord un succès florissant en Italie avant de devenir le sujet incontournable de certaines revues populaires dans toute l’Europe, adaptant son contenu au secteur de la presse féminine. C’est un genre souvent tourné en dérision et critiqué, qui s’adresse aux lecteurs de revues à grand tirage telles que Nous Deux, magazine dont Barthes répète qu’il est « plus obscène que Sade ». Il induit le développement d’une esthétique spécifique reposant sur l’usage combiné de gros plans sur des « têtes » dites « parlantes » aux expressions marquées et de vues plus générales donnant un effet de miniaturisation. Son apparence est directement empreinte des stéréotypes hollywoodiens qui sont caricaturés.

L’accent est porté sur les personnages et leurs émotions. Le rythme est saccadé. Les images s’enchaînent sur le principe de la conversation. Elles sont positionnées avec régularité au sein des vignettes et dialoguent avec des commentaires tour à tour placés en bas de la case ou incrustés dans l’image, sous forme de bulles. La fonction du texte est d’informer sur le dialogue des protagonistes et leurs pensées, sur le procédé de la voix off telle qu’elle est utilisée dans les films. Cela apporte un surenchérissement des indices qui se recoupent, s’accumulent, bégayent. Les informations se superposent sans variation. Le message est exacerbé. Si sa destination oscille alors entre connotations sentimentales, humoristiques, triviales ou documentaires, le principe mis en œuvre reste inchangé : il s’agit de permettre une organisation intersémiotique où le texte et l’image œuvrent de concert.

Chris Marker, La Jetée, Photo-roman, 1962
Chris Marker, La Jetée, Photo-roman, 1962

Ainsi, le roman-photo, cantonné à une diffusion populaire, apparaît d’abord comme un genre exclu de la sphère artistique et inhérent à la culture vernaculaire […] Remanier le roman-photo passe parfois par la reprise matérielle d’images et de contenus associés à ce genre pour ouvrir un développement élargi sur ses dispositifs. En 2006, Valérie Mréjen conçoit une œuvre en s’appropriant des pages de catalogue Manufrance pour construire une histoire. Le contenu narratif qui accompagne les représentations paraît anodin, purement descriptif et pourtant, il donne une interprétation aux scènes qui, séparées, seraient dénuées de toute portée intentionnelle.

 

Les transfuges du roman-photo proposent une relecture et un remaniement des codes qui interprètent les systèmes d’association entre textes et images. La reprise des stéréotypes permet parfois de dépasser paradoxalement ses fonctions. Ses échappées formelles et ses transfigurations visuelles redéfinissent, en pointillé, un genre prolixe et plus ouvert qu’on pourrait l’imaginer. En associant texte et image sous forme de séquence, de nouveaux dispositifs permettent de repenser son infinie capacité à engendrer des « adaptations » répondant à chaque fois à des processus intersémiotiques.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *