La douceur des cactus vue par Ralph Gibson (galerie Thierry Bigaignon)

gibson bigaignonRalph Gibson expose à la galerie nouvellement créée par Thierry Bigaignon à l’Hôtel de Retz. Douze photographies d’une récente série ont été produites spécialement pour l’événement. Dans la photographie choisie pour l’affiche, le sfumato vaporise un cactus d’une douceur inattendue.  Au second plan se dessine un nuage blanc sur fond bleu. Net et précis, le contour se découpe sur un aplat de ciel. Les valeurs s’inversent. Ce qui est associé dans notre imaginaire à des formes précises devient flou. Dans la première photo, la rigueur du cadrage capture des feuilles tombées comme deux taches rouges sur la surface blanche de l’image. Il isole ensuite des éléments d’architecture ouvragés. Les nervures végétales apportent un contrepoint aux géométries des matériaux industriels coupés, fractionnés. Tout est mis sur un plan d’égalité dans cet art des proportions où les opposés créent un équilibre des volumes. La densité des noirs insondables structure les compositions où la couleur apparaît de façon inédite. Des réminiscences affleurent pourtant avec la technique du noir et blaDSC_3257nc dont le photographe s’était fait une spécialité dès les années 1960. Et la sobriété des lignes et des rythmes plastiques se retrouve dans l’humilité de la gamme chromatique.

« Où ai-je commencé ? Où commence une photographie ? » (Ralph Gibson, Passé Imparfait, p. 109)

De ses débuts à Magnum, le photographe a gardé un goût pour la technique et les innovations, capables de susciter des regards nouveaux sur la vie. Il a longtemps utilisé un Leica argentique 50 mm, imposant une proximité avec le sujet. Son art de l’épure s’est d’abord exprimé dans l’obscurité des laboratoires jusqu’à l’arrivée des progrès démultipliés du numérique. Il utilise un appareil 135mm, privilégiant toujours la simplicité. Thierry Bigaignon remarque : « après s’être approché toujours près des objets, à présent, ce sont les objets qui viennent vers lui ». Ce changement technique a des répercussions sur les jeux formels qu’il perpétue. A 77 ans, R. G. a la même acuité dans les découpes serrées et les cadrages osés. La verticalité des formats crée un hiératisme dans les structures associant les angles acérés aux courbes architectoniques.

gibson 2 building madison - Courtesy Thierry Bigaignon
Ralph Gibson, Building Madison, 2016, Courtesy Thierry Bigaignon.
malevitch
Malevitch, Suprématisme, 1915.

L’architecture est, avec le nu, l’une de ses obsessions de toujours. Le détail est peut-être la clé, la signature qui permettrait d’élucider ce maniement des contrastes où l’image devient plate et tous les éléments s’organisent de façon égale. Deux rapaces créent une ligne imaginaire dans leur vol. Au lieu de les éloigner, la perspective les relie. Ralph Gibson porte une attention privilégiée aux textures et aux matières. Il barre les architectures de grandes lignes sombres, rappelant les gestes radicaux du constructivisme et du suprématisme  en peinture. L’ombre de Malevitch et de Rodtchenko plane toujours un peu dans ces points de vue soignés, recentrés sur l’essentiel : « le cadre délimite les paramètres de ma réalité. Je dois être pleinement conscient et responsable de chaque millimètre carré en son sein ». Les formes négatives, semblant découpées à l’emporte-pièce dans le réel, assure cette maîtrise permanente des rythmes qui l’entourent.

« Tu as photographié ce qui ne se photographie pas […] le spectacle de la vie » (Marguerite Duras s’adressant à Ralph Gibson, à Paris, en novembre 1950).

gibson - bigaignonLe regard se promène sur les fragments de réalité préservés dans l’image. Isoler les particularismes de ces environnements nous conduit à les apprécier sous un nouvel angle. Le rectangle vertical participe de cette réappropriation : « Quand je me rends dans une nouvelle ville, la première chose que je remarque est la largeur des rues et la hauteur des bâtiments » (R. G.).

Arpenteur d’une ville qui ne dort jamais cernée de gratte-ciels, Ralph Gibson propose, sous l’impulsion d’un commissaire féru de photographie, de prolonger les premières expériences éprouvées dans son ouvrage The Somnambulist (Lustrum Press, 1970), témoignant toujours d’une longueur d’avance sur son époque.

« Le travail est toujours en avance sur ma capacité à le comprendre. L’art est en avance sur l’artiste ; la photographie est en avance sur le photographe » affirme R. G. lorsqu’il est amené à réfléchir sur le principe d’ambivalence…
1d44f54986435974a049f28672614dd9
Ralph Gibson, Freeway diagonals, 2016, Courtesy Thierry Bigaignon.

Souvent, les zones d’ombre et de lumière se contredisent dans une composition dynamique où les plans semblent mobiles. Comme dans une illusion d’optique, le regard s’accroche tour à tour aux ombres ou aux lumières partagées selon un savant équilibre. Tout est affaire de répartitions et de rythmes.

« Je crois beaucoup […] au mélange des genres, dans le fait de se jouer des codes et de bousculer l’ordre établi » affirme Thierry Bigaignon dans un entretien accordé à L’œil de la photographie. Ayant d’abord investi le monde des entreprises après des études de sciences politiques et d’histoire à Londres et New York, le galeriste a voulu livrer sa vision subjective de l’art. Ses choix exigeants et ouverts à l’innovation répondent à une volonté de trouver du sens et d’affirmer une marge d’actions diversifiées. Définissant sa galerie spécialisée en photographie en « espace de liberté », il veut montrer des « signatures d’auteur », se plaçant dans la lignée de la galeriste Agathe Gaillard qui avait elle-aussi exposé Ralph Gibson pour sa première exposition en 1975. Ralph Gibson inaugure un espace promis à de belles découvertes.

gibson 1

Vertical Horizon Ralph Gibson 

Du 10 juin au 27 août 2016 

Galerie Thierry Bigaignon 

Hotel de Retz – Bâtiment A 

9 rue Charlot, 

75003 Paris France 

http://www.thierrybigaignon.com 

http://www.ralphgibson.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *