PUBLIC POOL #1 « le mythe est une parole » (C-E-A), Cité Internationale des Arts, 21 juin 2016

Dans le cadre du Public Pool #1 « Le Mythe est une parole » organisé par l’association C-E-A / Commissaires d’exposition associés, je présenterai une communication d’après les réflexions barthésiennes sur le studio Harcourt, le 21 juin à la Cité internationale des arts.

Bertrand Lavier, Portrait Harcourt
Portrait Harcourt de Bertrand Lavier

paris-visions-7_4636758Roland Barthes aborde le caractère stéréotypé des visages de comédiens de théâtre et des acteurs de cinéma dans ses articles « Visages et figures », (1953, Œuvres complètes, t. I, p. 268-279) et « L’acteur d’Harcourt » (1957, OE, I, p. 688-690). Mis en scène par les éclairages du studio photographique parisien, ils sont volontairement cadrés en plan rapproché, conférant à l’être immortalisé dans une pose étudiée, une aura divine et un statut d’icône personnifiée.

cabine-Harcourt Que reste-t-il de ce mythe avec la « Cabine photo de luxe Studio Harcourt » ? Comment est-il réinventé au contact de ce transfert paradoxal ?

Depuis les années 1950, les prises de vue en studio s’accompagnent d’un protocole immuable : maquillage, poses, éclairages soigneusement orientés… Tout est savamment orchestré pour valoriser les particularités d’un visage modelé par l’ombre et la lumière.

Pour 10 euros, le photomaton d’Harcourt est-il une promesse raisonnable ?

Formellement, quels sont les rapprochements entre l’esthétique personnalisée des origines et les mécanismes standardisés de la cabine ?

Techniquement, comment s’est constitué le projet ?

Symboliquement, que révèle la recherche de la sophistication d’une photographie « Harcourt » de notre ère des selfies ?

imgres

Bertrand Lavier, Harcourt/Grévin, 2002

PROGRAMME
– 14h00: Clarisse Chanel / Maud Le Monnier, Astrologie
– 14h20: Delphine Chapuis Schmitz, Celui qui voit clair – «Continent perdu»
– 14h40: Daphné Le Sergent, Paris n’a pas été inondé
– 15h00: Peter Brandt, Le visage de Garbo
– 15h20: Muriel Berthou Crestey, Le Photomaton Harcourt
– 15h40: Jean Hubert, Adamov et le langage – Racine est Racine
– 16h00: Iveta Laure, Le visage de Garbo – Le vin et le lait – Strip-tease
– 16h20 : François Salmeron, Publicité de la profondeur – Photo-chocs
– 16h40: Aurélie Haberey / Agnès Violeau, Puissance et désinvolture
– 17h00: Sarah Mercadante avec la participation de Safouane Ben Slama, Claire Dunaud, Lidija Kononenko et Emilie Schalck, Tour de France
– 17h20: Mélanie Blaison, L’écrivain en vacances
– 17h40: Leïla Simon, L’écrivain en vacances
– 18h00 : Ana Byskov / Richard Neyroud, La grande famille des hommes – «Continent perdu»
– 18h20: Clio Simon, Citation de Barthes
– 18h40: Florent Audoye, Le pauvre et le prolétaire
– 19h00: Jean-Christophe Arcos, Le plastique
– 19h20 : Florian Sumi, La grande famille des hommes
– 19h40: Diane Arques, La nouvelle citroënne
– 20h00: Simon Pfeffel, Le Monde où l’on catche
– 20h20: Yuri Leonardo / Luise Volkmann, Racine est Racine

Interventions en français et en anglais.
Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

Cité internationale des arts (Auditorium). 18 Rue de l’Hôtel de ville. 75004 Paris.

« À l’initiative de l’association C-E-A / Commissaires d’exposition associés, PUBLIC POOL #1 « le mythe est une parole » est un évènement en continu, une tribune/forum de discussions sur l’actualité artistique dans son rapport avec les enjeux traversés actuellement par la société.
Prolongement des rencontres POOL conçues et proposées à la Cité internationale des Arts depuis bientôt un an, PUBLIC POOL #1 « le mythe est une parole » prend pour point de départ les 53 textes des Mythologies de Roland Barthes. Comme Barthes le dit lui même, « le mythe est un système de communication, c’est un message ». Ses réflexions, sous forme de textes courts, réagissaient à l’actualité de l’époque (un article de presse, une photographie d’hebdomadaire, un film, un spectacle, une exposition).
Chaque participant est ainsi invité à s’inspirer d’un des 53 mythes afin de proposer une intervention spécifique relevant tant de la prise de position et de la prise de parole que d’une proposition visuelle ou performative ».

Fondation reconnue d’utilité publique qui a pour vocation d’accueillir en résidence à Paris des artistes professionnels étrangers et français, la Cité internationale des Arts accueille chaque année plus de 1 000 artistes venus de plus de 55 pays qui séjournent dans l’un des 325 ateliers de résidence.
http://www.citedesartsparis.net/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *