« Jeu, set et mode » au Musée de la FFT

Vue de l'exposition
Vue de l’exposition « Jeu, set et mode » au Musée de la FFT

Au début du XXème siècle, les États-Unis ont inventé les codes d’une élégance décontractée, jouant un rôle pionnier dans l’hybridation du sport et de la mode. C’est l’histoire du « style tennis » en Occident que le musée de Rolland Garros propose de retracer rapidement de 1900 à nos jours avec une scénographie ludique.

Hermann Landshoff, Tennis balls with models Wanda Delafield and Peggy Lloyd, c. 1945
Hermann Landshoff, Tennis balls with models Wanda Delafield and Peggy Lloyd, c. 1945

L’exposition visible jusqu’au 6 mars réunit à la fois des archives textiles, audiovisuelles et iconographiques (revues illustrées telles que femina ou Le Petit écho de la mode et quelques reproductions photographiques). Les influences sont mutuelles entre les tenues de ville et de sport.

Vue de l'exposition
Vue de l’exposition « Jeu, set et mode » au Musée de la FFT

D’abord empruntée au vestiaire urbain privilégiant le style au confort, les robes de tennis en lin recouvrent de longs jupons ; les messieurs  portent des pulls « col en V » sous des manteaux amples doublés de laine. Jusqu’en 1920, les bottines, dans les deux cas, sont lacées. Progressivement, les tenues évoluent vers des coupes adaptées au mouvement et les stylistes ont recours à des matières textiles souples et résistantes. Le « style tennis » s’émancipe des courts jusqu’à devenir un motif pour les tissus qui s’inspirent des accessoires de ce sport.

Ava Gardner, 1940s
Ava Gardner, 1940s (photographe anonyme)

Le parti-pris chronologique de l’exposition montre, dans la première salle, un déroulé des créations en usage au XXème sièclCALP22yXIAAfEE7e. La voix de Gabrielle Chanel en fond sonore ponctue la visite. L’attention est davantage retenue par les vêtements que par les archives puisque les photographies qui les montrent en situation sont malheureusement en majorité des retirages standardisés.

Vue de l'exposition "Jeu, set et mode" au Musée de FFT
Vue de l’exposition « Jeu, set et mode » au Musée de FFT (robes Ted Tinling)

Ce sont les joueurs les plus performants qui ont contribué à faire évoluer la mode « tennis » : Maud Watson a lancé la vogue du blanc dès 1884 à Wimbledon, suivie par Maurice Germot et Max Degugis lors des Jeux olympiques d’Athènes de 1906. Suzanne Lenglen, « la divine » égérie de Jean Patou est une adepte de la jupe plissée en soie et du turban dans les années 1920. Henry « Bunny » Austin est le premier joueur à porter un short à Forest Hills en 1932. Léa Pericoli revendique la féminité de ses tenues très courtes en dentelles et Karol Fageros porte une culotte garnie d’or 18 carat de Ted Tinling dans les sixties. André Agassi importe les couleurs fluos sur les courts dans les années 1990.

chapeaux et minéraux 555
Vue de l’exposition « Jeu, set et mode » (Robes Jean Patou)

La Haute-couture joue un rôle dans ces évolutions ; la jupe-culotte démocratisée par Poiret en 1910 sera réinterprétée par Schiaparelli pour la championne Lilli Alvarez en 1931. Patou ou Lanvin imaginent des lignes spécifiques stylisées qui tiennent compte des contraintes imposées par la pratique sportive.

Femina, datés du 15 août 1912 et 15 mai 1914
Femina, datés du 15 août 1912 et 15 mai 1914

Le tennisman René Lacoste crée le polo en jersey petit piqué « 12. 12 » en 1933. Ted Tinling dessine lui aussi des vêtements. Il raccourcit les jupes, en les agrémentant de volants et de nœuds fantaisies. Il les personnalise pour chaque tenniswoman qu’ilchapeaux et minéraux 589 habille. La culotte bouffante réalisée pour Gussie « Moran » est ainsi jugée inconvenante en 1949. Dans les années 1960 et 70, les mods et les skinheads font des polos Fred Perry un élément de leurs vestiaires.

Certaines marques spécialisées apparaissent : Filla, Dorotennis, Adidas (créé en 1949), Le Coq sportif et Moncler proposent des gammes « prêt-à-porter » appropriées parfois exclusivement à la pratique du tennis. Réinvestissant l’esthétique du sponsoring, la seconde partie de l’exposition mise sur une répartition par marques en puisant notamment dans les collections de la FFT pour exposer des vêtements dédicacés par des joueurs.

chapeaux et minéraux 644Enfin, la troisième partie se concentre sur les inspirations et emprunts du « style tennis » chez les créateurs, que ce soit dans la Haute couture ou le prêt-à-porter, en réponse à des commandes (Yohji Yamamoto, Chantal Thomas, Christian Dior…) ou selon des envies personnelles (Jean-Paul Gaultier pour Hermès, collection printemps-été 2010). Le visiteur termine en déambulant au centre de la reconstitution d’un podium de défilé où est exhibée la grande variété de chaussures de tennis ayant traversé le siècle passé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *